PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

ANALYSE MUSICALE : LA MUSIQUE DE FILMS



LES PLUS BELLES CHANSONS AU CINÉMA - 3

31 - ON BROADWAY - Jerry Leiber / Mike Stoller / Barry Mann / Cynthia Weil (ALL THAT JAZZ - Bob Fosse - 1979)

Cette vieille chanson sera remise au goût du jour par le guitariste de jazz George Benson. Sa version qui apparaît dans l'album live Week-end in L-A est absolument superbe. C'est donc cette version brillante qui sera utilisée en ouverture du film de Bob Fosse. On retrouvera cette même chanson 10 ans plus tard pour le film Big business (Jim Abrahams - 1988). En France ce sera Johnny Hallyday et Frank Alamo qui la chanteront.



Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


32 - ONLY YOU - Ande Rand / Buck Ram

C'est sans aucun doute l'un des slows les plus populaires et le plus chargé d'émotion pour de nombreux couples. La version française (Loin de vous) sur des paroles de Jacques Plante sera reprise par François Deguelt et Louis Mariano. Mais la version la plus célèbre reste celle des The Platters qui atteindra en 1956 le sommet du hit-parade. Elle sera utilisée dans le cinéma pour des films à consonance rétro : Américan graffiti (Georges Lucas - 1973), A nous les petites anglaises (Michel Lang - 1975) ou bien Le bal (Ettore Scola - 1983). The Platters l'ont chanté pour le film Rock around the clock (Fred F. Sears - 1956) et Michael Douglas joue la mélodie en faisant tinter des verres dans le film The war of the roses (La guerre des Roses - Danny de Vito - 1989).


33 - PLAISIR D'AMOUR - Jean-Pierre Claris de Florian / Jean-Paul Martini

Cette chanson est inspirée d'un poème de Florian intitulé La romance du chevrier. Malgré un texte au ton pessimiste, la renommée de Plaisir d'amour traverse les générations. De nombreux chanteurs et chanteuses l'ont chanté : Tino Rossi, Nana Mouskouri, Joan Baez… Au cinéma, elle est chantée par Louis Mariano dans le film Napoléon (Sacha Guitry - 1954) et par Brigitte Bardot en compagnie de Guy Marchand dans le film Boulevard du rhum (Robert Enrico - 1973). Aux Etats-Unis, sous le titre Can't help falling in love, elle sera interprétée par le king Elvis Presley dans Blue Hawaï (Norman Taurog - 1961) et par la chanteuse Christine McVie du groupe pop Fleetwood Mac dans le film A fine mess (Blake Edwards - 1987).


34 - PUT THE BLAME ON MAME - Doris Fisher / Allan Roberts (Gilda - Charles Vidor - 1946)

Souvent dans l'histoire du cinéma, le charme féminin a créé des stars, des icônes à la beauté et à la sensualité foudroyante. Rita Hayworth est la vedette du cinéma hollywoodien des années 40. Dans le film Gilda, elle met en avant ses atouts dans une sorte de strip-tease pour attiser la jalousie de Glenn Ford. Ce passage cinématographique atteint son sommet quand elle chante Put the blame on name en faisant glisser lentement un de ses gants avec beaucoup de sensualité. Doublé par la chanteuse Anita Ellis, la chanson est reprise plus tard accompagnée à la guitare sur un ton de berceuse, mettant ainsi, en évidence, la personnalité complexe de Gilda (Rita Hayworth).


35 - QUE RESTE T-IL DE NOS AMOURS - Charles Trenet / Léo Chauliac

Que reste t-il de nos amours est une chanson importante dans la carrière de Charles Trenet. Sa mélodie émouvante faite de contraste a été reprise par Tino Rossi, Dalida et Sacha Distel. La version anglaise qui porte le titre de I wish you love (A. A. Beach) fut interprétée par Marlène Dietrich. On peut entendre cette chanson interprétée par Charles Trenet dans La cavalcade des heures (Yvan Noë - 1943) et pour le film de François Truffaut, Baisers Volés (1968).


36 - RAINDROP KEEP FALLING ON MY HEAD - Hal David / Burt Bacharach (Butch Cassidy and the sundance kid - Butch Cassidy et le kid - George Roy Hill - 1969)

Ce western est un peu à part dans le cinéma des années 60. Il est basé sur un duo d'acteur en vogue pour l'époque : Robert Redford/Paul Newman, et d'autre part, il délivre des messages contre les institutions et l'amour en communauté (le film est tourné en pleine révolution Hippie). Le film remporte de nombreux oscars : le scénario, la photographie et la musique signée par Burt Bacharach, un compositeur à succès. La chanson Raindrop keep falling on my head intervient dans le film au moment où Paul Newman réalise des "acrobaties" à bicyclette, sous le regard admiratif de Katherine Ross. La chanson au départ devait être interprétée par Ray Stevens, mais en définitive elle sera chantée par Billy Joe Thomas. La version française (Toute la pluie tombe sur moi) sera pour Sacha Distel un de ses plus grands succès.


37 - REALITY - Jeff Jordan / Vladimir Cosma (La boum - Claude Pinoteau - 1980)

Ce film révéla la comédienne Sophie Marceau. Comme souvent, les comédies servent de révélateur aux maux de la société. Dans cette satire gentillette, le conflit de génération, les fugues, le rapport ados/parents dans un milieu bourgeois sont mis en avant. Tous ces ingrédients participeront au succès du film. La bande son, dans l'air du temps, est signée par un habitué du box-office : Vladimir Cosma. Sur des paroles anglaises commises par Jeff Jordan, Réality fut disque d'or au bout de trois semaines. La chanson Your eyes du film La boum 2 (Claude Pinoteau - 1983) et écrite par les mêmes auteurs ne rencontra pas le même succès.


38 - ROSE (THE) - Amanda McBroom (The rose - Mark Rydell - 1979)

The rose est un film porté par la chanteuse/comédienne Bette Midler. Pour sa première apparition à l'écran, elle incarne de façon saisissante le destin tragique d'une pop-star. Le film calqué en grande partie sur la vie de Janis Joplin (sauf la fin, le suicide n'a pas lieu dans une chambre d'hôtel, mais sur scène devant ses fans) vaut à Bette Midler de la part du grand public un succès d'estime. Elle rejouera des rôles pour le cinéma, bien plus tard, surtout dans des comédies (Le clochard de Beverly Hills, Y'a t-il quelqu'un pour tuer ma femme ?). La chanson The rose est interprétée dans le film de façon émouvante par Bette Midler, faisant penser à la voie blues et cassée de Janis Joplin.


39 - SHADOW OF YOUR SMILES (THE) - Paul Francis Webster / Johnny Mandel (The sandpiper - Le chevalier des sables - Vincente Minnelli - 1965)

Grand succès pour le chanteur de jazz Tony Bennett, The shadow of your smiles est une lente mélodie langoureuse qui sera au répertoire de nombreux jazzmen. Ce film réunissait le couple hollywoodien le plus célèbre des années 60, Richard Burton et Elisabeth Taylor que les spectateurs avaient déjà vus quelques années plus tôt dans César et Cléopâtre. Richard Burton incarnait un pasteur tandis que Elisabeth Taylor jouait le rôle d'une artiste. La chanson accompagnait le film dans les moments intimes et amoureux du couple. Elle est reprise à la fin du film, orchestrée de façon symphonique avec des chœurs.


40 - SHAFT - Isaac Hayes (Shaft - Gordon Parks - 1971)

La bande son révéla le compositeur Isaac Hayes au niveau international. Ce compositeur, ancien saxophoniste de Otis Redding, signe avec la chanson Shaft un hit international (elle reçoit un oscar). L'orchestration est typique de l'époque : roulement de charleston et guitare wah wah. La bande son navigue entre blues, soul et jazz (Café Regio's, Ellie's love thème). Ce film fut tourné à une époque où aux Etats-Unis la lutte pour l'égalité raciale entre noirs et blancs progressait. Le détective noir devait être un exemple d'intégration pour les ghettos. Au départ, le rôle devait être interprété par Isaac Hayes, mais les producteurs décidèrent au dernier moment de confier l'interprétation à Richard Roundtree.


41 - STAND BY ME - Jerry Leiber / Mike Stoller / Ben E. King

En 1960, Ben E. King, Jerry Leiber et Mike Stoller composent quatre titres en très peu de temps. Parmi ces compositions figurent Stand by me. Le succès est immédiat. Elle est reprise en France par Dalida sous le titre Tu croiras et en Italie par Adriano Celentano sous le titre Preghero. Mais c'est la version originale qui sera utilisée pour le cinéma, d'abord pour The wanderers (Les seigneurs - Philip Kaufman - 1979) et ensuite pour The Flamingo Kid (Le kid de la plage - Gary Marshall - 1984). Elle apparaît curieusement dans un film consacré à la vie de John Lennon (Imagine - Andrew Solt - 1988).


42 - VIE EN ROSE (LA) - Edith Piaf / Louiguy

Cette chanson célèbre d'Edith Piaf fut adaptée en Angleterre par Frank Eyton en 1947 et aux Etats-Unis par Mack David en 1950. Les interprétations et adaptations de la Vie en rose sont légion : façon crooner par Dean Martin, façon music-hall par Joséphine Baker ou façon disco par Grace Jones. Au cinéma c'est Edith Piaf en personne qui la chante dans le film Neuf garçons, un cœur (George Freedland - 1947), puis c'est au tour de Marlène Dietrich d'en donner sa version dans le film d'Alfred Hitchcock, Stage Fright (Le grand alibi - 1954). Plus près de nous, Claude Lelouch pour son film Edith et Marcel (1983) ne pouvait pas l'ignorer et l'incorpora à la bande son de son film.


43 - VOLARÉ (NEL BLU DIPUNTO DI BLU) - Domenico Modugno / F. Migliacci

Chanson qui a traversé le temps en de multiples adaptations très éloignées les unes des autres. On l'entend dans le film Don Camillo en Russie (Luigi Comencini - 1965), reprise en cœur par la population leur disant au revoir et dans la comédie musicale Nel blu dipunto diblu (Piero Tellini - 1958). Elle apparaît en France sous le titre Dans le bleu du ciel bleu et elle est interprétée par Dalida (elle reprendra la chanson quelques années plus tard dans une version disco). En 1989, elle revient en force dans la comédie Vanille fraise (Gérard Oury) dans une version signée par les Gipsy Kings.


44 - WHAT'D I SAY - Ray Charles

What'd I say est un morceau entraînant empreint de swing, proche dans l'esprit d'un boogie-woogie. Il est né d'une improvisation entre Ray Charles et ses musiciens sur scène. Par la suite, les spectateurs participèrent en répondant aux What'd I Say que The Realetts entonnaient. Ray Charles l'interprète au cinéma dans le film Ballad in blue (Paul Henreid - 1966) et Elvis Presley la chante dans Viva las Végas (Georges Sidney - 1964). En France, le morceau est écrit par Daniel Hortis et Pierre Saka avec comme titre Est-ce que tu le sais ?. Ce sera le premier grand tube de Dick Rivers et des Chats Sauvages. En 1984, elle réapparaît dans le film Souvenirs, souvenirs d'Ariel Zeitoun (1984- version Ray Charles) et dans Black Rain (Ridley Scott - 1989).


45 - WHAT'S NEW PUSSYCAT ? - Hal avid / Burt Bacharach (What's new Pussycat ? - Quoi de neuf, Pussycat ? - Clive Donner - 1965)

Dès le générique la voix chaude et puissante de Tom Jones impose la mélodie de What's new Pussycat ? La chanson deviendra rapidement un hit international. Ce film marque les débuts de Woody Allen en tant qu'acteur. Au générique, on peut y voir également Romy Schneider, Peter Sellers et Peter O'Toole. Même si le film ne rencontre pas vraiment les faveurs du public, la chanson et les "wou-ou-wou" de Tom Jones s'imposeront rapidement, surtout auprès des dames qui trouveront dans la voix du chanteur beaucoup de charme et de sensualité.


- PAGE 1 - PAGE 2 - PAGE 3


Parcourez d'autres articles et analyses consacrés à la musique de films sur CADENCEINFO.COM