HISTOIRE DE LA MUSIQUE ET DES INSTRUMENTS



LE SACKBUT, UN CLAVIER EXPRESSIF AVANT-GARDISTE DATANT DE 1948

Le physicien et facteur d'instruments canadien Hugh Le Caine était un avant-gardiste à l'image de Raymond Scott. La preuve nous est donnée avec un clavier datant de 1948, l'Electronic Sackbut. L'objectif de cet instrument de musique était d'épouser l'expressivité du violon en la transmettant sur un clavier électronique via l'utilisation d'un joystick révolutionnaire...


REPRODUIRE LES CAPACITÉS VIVANTES DU VIOLON

À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, un instrument comme le violon constituait toujours un excellent point de départ pour développer de nombreuses idées mélodiques. Ses capacités expressives ne devait pas échapper à Hugh Le Caine qui voulut reproduire, au moyen d'un dispositif électronique, les changements subtils de l'instrument à cordes frottées à l'aide d'un clavier. C'est dans cet objectif qu'il créa le Sackbut, nommé d'après le précurseur médiéval du trombone moderne.

© ingeniumcanada.org – Le Caine avec son « Sackbutt » en 1954. Pour l'anecdote, le physicien a ensuite modifié l'orthographe indiquée, en laissant tomber le deuxième « t ».

Dans les années 1940, l'électronique, malgré ses énormes avancées, est encore à ses balbutiements. Tout reste encore à inventer. Le Caine s'en rendra compte dès que son rêve se confrontera aux subtils contrôles des nuances à l'intérieur d'un intervalle inférieur à un demi-ton, ce que le violon permet. Toutefois, l'idée soulevée par le physicien avait vu juste, puisque déjà, dans les années 1920, il existait des instruments électroniques qui proposaient diverses méthodes de contrôle, généralement pour la hauteur et le volume, comme le Thérémine et les Ondes Martenot.

Dans la décennie suivante, l'accent créatif se déplacera vers la polyphonie, une autre source de recherche qui verra naître de nombreux instruments, dont l'orgue Hammond est probablement le plus populaire. Les dispositifs présents étaient essentiellement contrôlés par des interrupteurs on/off qui activaient les pitchs (hauteurs) et les timbres disponibles – la plupart ayant été calqués sur l’orgue à tuyaux. Or, Le Caine n'était pas satisfait par ces contrôleurs rudimentaires et la construction d'un autre mécanisme incorporant une plus grande variation d'effets s'imposait à ses yeux.


UN MODE DE CONTRÔLE DU SON RÉVOLUTIONNAIRE

Le Sackbut repose sur la combinaison du piano (toucher) et du violon (expression). Il a été conçu comme une extension de ces deux instruments traditionnels. Un musicien jouant de l'instrument est tenu de contrôler le son par de petits gestes physiques, comme une violoniste, afin de coordonner les mouvements des doigts avec ceux correspondants au changement de note. Les qualités expressives du vibrato, de l'intensité et de l'attaque sont manipulées par le biais du toucher et de la pression sur un clavier sensible de quatre octaves et d'une pédale d'expression, tandis que les changements de timbre sont sous les doigts de la main gauche. La plage de quatre octaves du clavier peut être déplacée vers trois registres différents.

LE JEU DE LA MAIN DROITE

La main droite de l'interprète contrôle la dynamique du son comme avec un piano en exerçant une pression verticale du doigt sur les touches. La même main peut également changer la hauteur de la note en déplaçant la touche horizontalement d'un côté à l'autre (une technique développée pour la première fois pour les Ondes Martenot en 1928). La commande tactile du clavier montre l'écart par rapport au pas standard et un curseur détermine le taux de déviation du « tangage » de la touche. Il existe de même un contrôle de sensibilité pour la pression verticale. Pour des fluctuations de hauteur plus étendues, une bande de glissement tactile est située juste derrière le clavier. La pédale de portamento contrôle le « glissement » entre les deux emplacements (bas et haut).

Figure 1. Diagramme fourni par "Radio Ingineers"

LE JEU DE LA MAIN GAUCHE

La main gauche contrôle plusieurs aspects du timbre (voir Fig. 1.) : trois types de modulation de fréquence, de forme d'onde et deux fréquences de formants (fréquences accentuées en amplitude caractéristiques des instruments acoustiques). Toutes ces commandes sont accessibles par la main gauche, laissant la main opposée jouer librement sur le clavier. La couleur du son peut être modifiée par la modulation de fréquence, le bruit ou la tension et la modulation d'amplitude. Ce joystick avant-gardiste contrôle les formes d'onde de base : impulsion, carré et octave. Le curseur de formant détermine la netteté de la résonance. La fréquence peut être modifiée ou omise par l'interprète pendant que la note est tenue ou être réglée sur "automatique". La vitesse de changement est déterminée par les paramètres d'attaque et de l'extinction du son.

Le contrôleur de fréquence des formants du prototype conçu par Le Caine était constitué d'un levier en bois manipulé par le pouce de la main gauche (voir photo). Dans le modèle de production proposé vers 1972 (il existera quatre modèles différents), les commandes de formants seront revues pour devenir plus pratiques. Les commandes de modulation, qui se trouvaient à l'origine à proximité du joystick, seront déplacées vers le centre du panneau avant.

Figure 2. Diagramme fourni par "Radio Ingineers"

Le joystick de forme d'onde de base peut modifier la couleur du son de manière continue et fluide. Le Caine avait organisé les formes d'onde les plus caractéristiques de certains instruments acoustiques, de sorte qu'en déplaçant la manette du joystick d'un endroit à un autre, la qualité sonore, à la façon d'un morphing, évoluait vers le timbre suivant (voir Fig. 2).

L'enveloppe du Sakbut est composée de deux sections : "sustained" (sustain) et transient (transitoire). La fonction sustain permet à la tonalité de durer aussi longtemps que la touche est maintenue enfoncée. Le curseur d'attaque ajuste le taux d'augmentation du volume lorsque la touche est initialement enfoncée, tandis que le curseur d'extinction sonore (release) contrôle le taux de diminution du volume lorsque la touche est relâchée. Les curseurs de sustain peuvent être utilisés seuls ou avec le module transitoire, pour lequel la tonalité commence à décliner dès qu'une valeur limite prédéfinie est atteinte. Cette fonction peut être utilisée conjointement avec le module de commande tactile du clavier.

Dans le document audio ci-dessous, le Sackbut remplace entre autres la clarinette de la Rhapsodie In Blue de George Gershwin. Diverses explications sont ensuite apportées sur les possibilités techniques de l'instrument avec des exemples (source "TechnoScience").


Comme vous pouvez le constater à l'écoute, le Sackbut met l'accent sur le contrôle évolutif du timbre, plutôt que sur des timbres imitatifs prédéfinis. Évidemment, sur cet instrument, une série de notes mono-timbrales oblige l'interprète à garder la main gauche dans une parfaite maitrise des effets à reproduire, et changer brusquement de timbre nécessite plusieurs mouvements simultanés. Le Caine assumait cette difficulté de maniement. Il préférait les changements évolutifs de timbre en fonction de la musique jouée, ce qui est impossible à rendre lorsque les couleurs sonores sont actionnées par des boutons-poussoirs.

Le Sackbut a été développé entre 1945 et 1948. La première description du Sackbut a été publiée dans les "Proceedings Of The Institute Of Radio Engineers" en 1956. Il devait être fabriqué pour une distribution commerciale par la société Dayrand de Montréal, sous les brevets délivrés à Hugh Le Caine, René Farley et Dave Rocheleau, mais la production en série de l'instrument ne verra jamais le jour. Son maniement, certainement trop subtil, est la principale raison de sa condamnation avant l'heure, ce qui est regrettable vis-à-vis de son avancée technologique indéniable. Depuis, le Sackbut original réside au "Musée des sciences et de la technologie" à Ottawa, au Canada, et repose sur les planches de sa caisse d'emballage comme au premier jour.

Piano Web (06/2024)


PARTICIPER/PUBLIER : EN SAVOIR PLUS
Facebook  Twitter  YouTube
haut
haut

Accueil
Copyright © 2003-2024 - Piano Web All rights reserved

Ce site est protégé par la "Société des Gens de Lettres"

Nos références sur le Web - © Copyright & Mentions légales