PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LA MUSIQUE ROCK



HISTOIRE DE LA MUSIQUE POP

Au sens général, la musique "pop" a été définie par l'apparition du 45 tours. La forme matérielle de celui-ci a impliqué la courte durée des chansons (moins de 3 minutes en moyenne), comme leur brève carrière commerciale, quelques semaines ou quelques jours en haut du hit-parade, fugitif symbole de l'air du temps.


UN PRODUIT BAPTISE "MUSIQUE POP"

Universellement diffusée par le disque la radio, la télévision puis la vidéo, la musique pop est une production industrielle destinée par nature, à toucher un large public. La pop music se confond ainsi avec la duplication infinie des productions culturelles modernes avec leur démocratisation, diront certains, avec leur abâtardissement, diront les autres.

Dans cette optique, les performances en public des artistes importeront moins que leur enregistrement, la chanson pop s'affirmant d'abord comme une expertise dans la production technique des œuvres (d'où le rôle déterminant des producteurs et desingénieurs du son). Avec le développement de la télévision et des images en général, l'apparence de ces artistes finira par importer au moins autant que la qualité de leurs œuvres enregistrées, la star pop incarnant physiquement et plus seulement musicalement, la mode du moment.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


La musique pop a des racines multiples, qui vont du gospel à la soul en passant par le folk anglo-irlandais et la country. Les choses se nouent quand la chanson sentimentale d'avant-guerre dans le genre Cole Porter et George Gershwin fusionne avec l'intensité et la spontanéité de la musique noire afro-américaine. Cette fusion s'opère dans les années 1950 avec le rock'n'roll et Elvis Presley, premier exemple de musique pop, sans en porter l'étiquette. Elvis Presley, nourri de gospel et de chants protestants, réadapte la musique noire pour la communiquer à un public blanc.

Peu de temps après, les artistes noirs commencent à habiller les lignes de rhythm'n'blues avec des violons comme le font les Drifters, en 1959, sur la chanson There Goes My Baby. Mais ce fut incontestablement les artistes de la maison de disques Tamla Motown qui réalisèrent au mieux la fusion entre musique populaire noire et blanche. Des groupes comme The Temptations, Martha and the Vandelas ou Marvin Gaye, dans les années 1960, en sont des exemples parmi bien d'autres.

Le producteur Phil Spector poussera le genre à son maximum. Il inventera pour ses groupes de filles (The Ronettes, The Crystals) un son urbain construit entièrement en studio, avec des chansons aux harmonies imparables, soutenues par un rythme puissant. Bref, une synthèse idéale entre la mélodie de tradition européenne et la pulsation de base de la musique afro-américaine.

LA POP ANGLAISE

Ainsi définie, la "pop music" va prendre sa forme définitive en Europe, avec l'explosion anglaise des années 1960. Avec The Kinks et quelques autres dont The Beatles qui seront au centre de ce phénomène. Leurs mélodies, nettes, accessible à tous, en sont le pivot central. Autour, on ajoute des voix aériennes, avec, souvent, une voie solo qui s'appuie sur des chœurs ou sur des voix en contrepoint...

THE KINKS...
LES POÈTES ANGLAIS DE LA POP MUSIC

En cette fin de l'été 1964, quand les Rolling Stones viennent enfin d'obtenir un hit avec It's all over now, on entend encore A hard day's night des Beatles, alors que de rares initiés frémissent à l'écoute du premier solo enregistré par Eric Clapton : A certain girl avec The Yardbirds. Au même moment un nouveau groupe voit le jour, avec un bref, mais percutant, morceau de deux minutes et douze secondes (You really got me) The Kinks ! Une rythmique simple et excitante au possible, un chant nasillard pour un texte souvent répété, un solo débridé et confus, mais avec un son unique et des harmonies originales. Simples, mais redoutablement efficaces, accrocheurs, tels seront les succès des Kinks de 1964 à 1968. Citons les fameux All day and all of the night et I need you, dont les lignes mélodiques étaient pratiquement les mêmes, et surtout A well respected man qui connut un succès en France. Waterloo sunset compte parmi les meilleures réussites du groupe.

Fondé par les deux frères Davies, Ray (21 juin 1944) et Dave (3 février 1947), tous deux guitaristes et chanteurs, soutenus par Mick Avory à la batterie et Pete Quaife à la guitare basse, le groupe est issu d'un quartier populaire et pittoresque du Nord de Londres, Muswell Hill, qui aura de l'importance dans l'œuvre des Kinks en 1971. S'habillant à Carnaby Street d'une manière exentrique pour l'époque, drainant le public à la fois snob et populaire du pays, ils acquièrent une solide réputation grâce à leur musique excitante et violente, originale, contrastant avec leur élégance précieuse et tapageuse. Comme d'autres formations devenues célèbres par la suite, les Kinks sont découverts par le producteur Larry Page (Troggs) et signent avec les disques Pye.

Durant 3 années The Kinks figurent parmi les cinq groupes les plus connus d'Angleterre, mais à partir de 1968, leur popularité subit une forte baisse. Moins de violence, plus d'importance donnée aux textes et une trop subtile richesse mélodique sont les causes de ce regrettable oubli de l'un des grands groupes des années 60. Pourtant, en avril 1969, l'album The Kinks are the Village Green Preservation Society, bien que boudé en Europe, obtient le succès aux USA où l'orchestre effectue une tournée triomphale peu après.

Arthur or the decline of the British Empire (1969) est leur œuvre la plus ambitieuse, mais cet opéra-rock naît juste après celui des Who, Tommy, ce qui en diminue le mérite. Moins révolutionnaires musicalement qu'à leurs débuts, The Kinks doivent leur renouveau en 1971, à Ray Davies, un des grands poètes anglais de la Rock-Music. Pete Quaife étant déjà remplacé par John Dalton, l'organiste-pianiste John Gosling devient le cinquième Kink en juin 1971.

En 1972 sort un album ironique de bout en bout, Lola Versus Powerman and all Moneygoround, un album empreint d'un humour corrosif, agressif envers ce milieu musical des affaires (le show-business) fondé sur le pouvoir et l'argent. Cet humour, particulier aux Anglais, fait de toute l'œuvre des Kinks, et surtout de ce disque, une injure énorme, jetée à la face du système Sexe/Musique/Fric.

Malgré de trop rares concerts, The Kinks gardent depuis 1964 un noyau inconditionnel de fans qui accueillirent en 1975 avec enthousiasme l'excellent A Soap Opera, basé sur la frustration de l'homme du 20e siècle. Ray Davies s'est attaché depuis 1968 à la réalisation d'œuvres ambitieuses qui, si elles sont méconnues par la jeune génération, restent des joyaux de la Rock-Music des années 70.

Durant les années 80, le groupe reste présent dans le paysage musical, surtout aux Etats-Unis. The Kinks profitent d'un certain renouveau de la musique pop véhiculé par The Pretenders (reprise de Stop your sobbin') et The Jam (avec la reprise de You really got me) pour écrire des chansons comme Victoria ou Mr Churchill Says. C'est ensuite la séparation du groupe, malgré la parution d'albums en 1990. Depuis, les frères Davies continuent de collaborer ensemble et de donner des concerts de façons occasionnelles.

L'instrument de base de la "pop music" comme du "rock" est la guitare, qui distille des notes sucrées ou acides et des guirlandes d'arpèges. Petit à petit, on ajoutera des instrumentations plus sophistiquées en même temps que les textes deviendront plus ambitieux. Mais, à la base, la chanson pop, c'est une gentille mélodie, un rythme entraînant mais pas trop, des paroles rigolotes, insignifiantes, contestataires ou visant à la poésie. L'album des Beatles, Rubber Soul (1965), peut être considéré comme le pinacle de l'art pop, avec des chansons comme Drive my car, Michelle ou Norvegian Wood. Tout y est : la grâce mélodique, les guitares détendues, la batterie pas trop appuyée, les textes drôles, mais sans grande prétention (si l'on excepte peut-être Nowhere Man).

Aux Etats-Unis, The Beach Boys relèvent le défi des Fab Four et conçoivent en 1966, le fantastique Pet Souds, dont l'auteur principal, Brian Wilson, dira, sans fausse modestie, que c'était "le premier album qui communiquait à la jeunesse du monde de la musique et pas seulement du rock'n'roll sur trois accords".
On opposera bientôt la pop, légère mais bien ciselé, non rebelle, au rock, pur et dur, violent, contestataire, refusant (en théorie) la récupération par les maisons de disques.


LA MUSIQUE POP CONSUMÉE

A la fin des années 1960, les technologies d'amplification et d'enregistrement ont fait une avancée extraordinaire en l'espace de quelques années. Les premières boîtes d'effets sont apparues sur le marché. Si les Beatles sont les premiers à utiliser les moyens sophistiqués du studio avec leur producteur George Martin, c'est au génie de Jimi Hendrix que l'on doit une transformation radicale de la composition rock. Par son utilisation originale et exclusive de la guitare électrique, il intervient sur la structure même du son et ses solos de guitare sont devenus une référence chez les virtuoses de l'instrument à six cordes. Malheureusement, l'autre facette du personnage est moins glorieuse, indissociable d'un fléau rattaché aux années folles de l'art pop, la drogue.

D'abord considérée comme un moyen d'approfondir la connaissance de soi-même, elle va faire de nombreux ravages dans tous les milieux artistiques de l'époque. De grands héros de la musique rock vont payer de leur vie cette boulimie de paradis artificiels : Brian Jones (1969), Jimi Hendrix (1970), Janis Joplin (1970), Jim Morrison (1971). Bien que ces disparitions dans la fleur de l'âge aient fait réfléchir, le slogan "Sex & Drugs & Rock'n'Roll", immortalisé par Ian Dury, est celui qui reflète le mieux l'état d'esprit de la nouvelle décennie.

VERS UNE POP PÉJORATIVE

Au milieu des années 70, le terme de pop devient progressivement péjoratif, synonyme de variété commerciale, avec des compositions interchangeables et des artistes au talent édulcoré, à l'image des Osmond Brothers ou de David Cassidy.
La pop devient universelle et le groupe suédois Abba connaît alors un succès mondial avec sa "powerhouse pop", un mélange harmonique impeccable avec des mélodies "tout terrain". Les Anglo-Australiens The Bee Gees vont donner pour leur part, une nouvelle direction à la pop en introduisant derrière leurs harmonies vocales de néo-castrats une rythmique frénétique qui va bientôt s'appeler le disco. Leur BO du film Saturday Night Fever se vendra à plus de 30 millions d'exemplaires.

En france, la pop, en tant que telle, ne sera bien souvent qu'une adaptation locale des succès anglais, à la Ronnie Bird. On rappellera quand même la dimension pop de l'œuvre de Serge Gainsbourg, avec des chansons comme Qui est in, qui est out ? ou Docteur Jekyll et Mister Hide (écrites toutes deux en 1966) ou certains éléments de l'album Melody Nelson (1971). On pourra également citer des artistes comme Françoise Hardy, Laurent Voulzy ou Etienne Daho, dont les belles compositions témoignent de l'existence d'une pop française de qualité.

Au cours des années 80, la new wave, pour froide et intellectuelle qu'elle voudra être, ne sera jamais bien loin des canons pop. Et que dire des années 90, sinon constater un réveil de ce qu'on appelle la "brit-pop", c'est-à-dire le retour des jeunes musiciens anglais à la tradition inaugurée dans les années 80, avec des groupes comme Blur ou Pulp, qui ressortent toutes les leçons apprises au cours des trois décennies passées...


EN SAVOIR PLUS : LE MOUVEMENT POP

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la ou bien suivez-nous !

L'AVIS DES INTERNAUTES

Soyez la première personne à publier votre message ici, en remplissant le formulaire ci-dessous.