PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

MATÉRIEL DE MUSIQUE



HOME STUDIO : LE CÂBLAGE ET LE RACCORDEMENT DES ENCEINTES

Dernière étape importante concernant vos enceintes home-studio : le câblage.


(cette page vient en complément de : acheter des enceintes pour home-studio)



SOIGNER LE CÂBLAGE

CÂBLE ATOHM

CABLE ATOHM

Vous êtes maintenant en possession de vos enceintes et vous avez optez soit pour des enceintes actives, soit pour des enceintes passives. Du point de vue physique, vous raccordez dans le premier cas des câbles de ligne – si possible symétriques – et dans le deuxième des câbles d’enceintes. La nature de ces câbles diffère selon la modulation à transporter : un niveau de ligne véhiculera plutôt des variations de tension (volts) tandis qu’une liaison de puissance ( à la sortie de l’ampli) sera plutôt généreuse en courant (ampères).


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Utilisez toujours des câbles de bonne qualité, dans un cas comme dans l’autre, sous peine de détériorer la définition de ce que vous cherchez à écouter. Pour les câbles de ligne, mieux vaut brancher des câbles en cuivre OFC (Oxygen Free Copper), ou du cuivre désoxygéné, isolé par des matériaux proches du Téflon (PTFE) ou autres, d’une constante diélectrique proche de l’air. Mieux vaut utiliser du cuivre OFC dans les conducteurs et dans la tresse de masse, plutôt que de panacher avec, par exemple, une paire OFC blindée par une tresse de cuivre étamé. Attention également aux alliages cuivre + argent : si cette combinaison de métaux a été mal conçue au départ, l’argent risque de se désolidariser du cuivre qui va s’oxyder. L’isolant doit posséder deux caractéristiques importantes : la solidité, une bonne résistance à la chaleur du fer à souder et l’insensibilité aux « effets de peau ».

Ces perturbations électriques se manifestent par la charge électrostatique emmagasinée par l’isolant au passage du signal : la gaine se comporte alors comme une infinité de minuscules condensateurs et le résultat se traduit à l’écoute par une perte de définitions, dans les transitoires (signaux très brefs, de grande amplitude et chargés en harmoniques conformément aux théorème de Fourier) et un manque de fermeté dans tous les registres du spectre audible.

Il existe malheureusement très peu de fabricants sérieux au point de proposer dans leur gamme de câbles des produits d’aussi bonne qualité. Comme vous voulez certainement des noms, citons le japonais Mogami et les français Link Monitor et HiFi Câbles, par exemple, réputés pour leur absence audible de dégradation du signal. Exemple d'une documentation pour câble chez Hifi-cables.


CÂBLE ENCEINTES HP CUIVRE OFC MEDIA SUN 2X1,5mm²

CABLES CUIVRE OFC POUR ENCEINTES

SORTIR DE L’AMPLI

Le courant de sortie d’un amplificateur est très important. Par exemple, s’il est donné pour une puissance de 100 watts par canal sous 8 ohms, cela signifie qu’il sera capable de délivrer cette puissance importante dans une enceinte de 8 ohms d’impédance moyenne.

Cette valeur d’impédance n’est en aucun cas celle que l’on peut mesurer à la sortie de l’ampli. En règle générale, à l’exception des amplis à tubes (lampes), l’impédance de sortie d’un ampli dépasse rarement un dixième d’ohms. Plus cette valeur sera faible, et plus l’ampli sera capable de délivrer du courant, conformément à la loi d’Ohm.

Cela signifie que l’amplificateur restera inconditionnellement stable quels que soient les accidents d’impédance de l’enceinte, que l’ampli verra comme une variation de charge.

Parfois dans les notices des amplificateurs, on donne une valeur assez hermétique appelée « damping factor » ou « facteur d’amortissement » : il s’agit, en fait, de la faculté de l’amplificateur de supporter des charges complexes sans se mettre à genoux et éventuellement disjoncter, quand ce n’est pas griller.

Dans un manuel de l’utilisateur, lorsque vous lisez « damping factor : 800 - 1 kHz/8 ohms », il faut comprendre que pour un son de 1 kHz - l’enceinte acoustique indiquant à l’amplificateur une impédance caractéristique de 8 ohms à cette fréquence - l’impédance de sortie de l’ampli est donc de 8/800 = 0,01 ohms, soit donc 1 centième d’ohm, presque le court-circuit (zéro ohm).

Le courant ne doit pas rencontrer d’obstacles avant de parvenir à l’enceinte, c’est la raison pour la quelle on privilégiera les câbles de forte section, au moins 2,5 mm, de préférence en cuivre, ou en cuivre argent de bonne qualité, et les trois fabricants cités plus haut proposent aussi dans leurs gammes des produits très raisonnables en terme de prix, pour une musicalité optimale.


LE BI-CÂBLAGE

Un petit plus pour la restitution fidèle de vos travaux musicaux : doubler les câbles des enceintes passives. Ce qui signifie deux câbles vers le haut-parleur de graves et deux autres vers le médium-aigu (pour une enceinte à deux voies). D’un point de vue purement électrique, cela revient presque à diminuer par deux la résistance-série d’un câble, puisqu’on le double : deux résistances identiques montées en parallèle voient leur résistance résultante divisée par deux.

EXEMPLE DE RACCORDEMENT EN BI-CÂBLAGE
(source HDfever)

EXEMPLE DE RACCORDEMENT EN BI-CABLAGE

D’autre part, le fait d’alimenter le boomer indépendamment (même à partir du même amplificateur) limite l’interaction de ce transducteur sur le comportement des autres : lorsque le boomer revient en place, il produit une petite tension qui peut venir perturber le filtre médium/aigu, si tout le monde est relié au même câble.

En revanche, le bi-câblage atténue fortement ce phénomène. La plupart des enceintes sont maintenant équipées de doubles borniers strappés d’origine : il suffit de retirer des straps (cavaliers) qui relient les deux parties du filtre de l’enceinte au niveau des prises d’entrée, et de relier à ces deux paires de connecteurs deux paires de câbles. Vu de l’ampli, ce bi-câblage ressemble à un ‘Y’, le pied représentant la sortie de l’ampli, et chacune des branches une entrée de filtre, côté + (borne rouge) du filtre grave et du filtre médium-aigu. Pour la masse (zéro volt) on raccordera le ‘Y’ de la même manière.


EN CONCLUSION

Loin de vous pousser à une consommation éhontée, cette démarche simple permettra d’optimiser l’installation de vos monitors, et la qualité de l’écoute s’en trouvera grandement améliorée. Pour une écoute plus précise et transparente, proscrivez les corrections de timbre dans la section de monitoring. La fidélité de restitution est à ce prix, sachant que ces enceintes de monitoring (avec ou sans appellation contrôlée) se situent à une distance relativement petite de l’auditeur.

De plus, les caractéristiques des enceintes acoustiques sont mesurées à 1 mètre de distance : on détermine la sensibilité de l’enceint en dB à 1 W sous 8 ohms (2,83 volts efficaces) et on mesure la réponse en fréquence. Ces mesures, effectuées en chambre sourde, présentent des valeurs théoriques, mais vous saurez-vous en rapprocher si vous suivez les conseils de ce long dossier, avec bine sûr un peu de temps, de soin et d’attention !

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la ou bien suivez-nous !

L'AVIS DES INTERNAUTES

Soyez la première personne à publier votre message ici, en remplissant le formulaire ci-dessous.