PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

TECHNIQUE ET MAO



GLOSSAIRE DU SYNTHÉTISEUR ANALOGIQUE

Comme pour le piano, le synthétiseur analogique possède son propre lexique. Destinée prioritairement à celui ou celle qui découvre ce genre d’instrument, cette page explique le rôle des principales fonctions et commandes qui les équipent.


PETIT LEXIQUE DU SYNTHÉTISEUR ANALOGIQUE


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


ATTACK (Attaque) : l’attaque caractérise la montée du son, entre le moment où le son n’existe pas et celui où il a atteint son maximum. La durée de l’attaque est déterminée par le générateur d’enveloppe et varie en fonction du type d’instrument à imiter.

BENDER (Bend) : le bender sert à « tordre » le son vers le grave ou l’aigu grâce à un ou plusieurs paramètres auquel il est associé. Il peut agir manuellement (molette, joystick ou potentiomètre) ou automatiquement via un générateur d’enveloppe.

CHORUS : l’effet de « chorus » est créé artificiellement en modulant un rapport cyclique, c’est-à-dire en changeant périodiquement la valeur relative de la durée des alternances positives et négatives du signal. Le « chorus » produit à l’écoute un enrichissement du signal, une « épaisseur » sonore.

CUTOFF (coupure) : c’est la fréquence à laquelle un filtre commence à agir. La notion Cutoff relevée sur un synthétiseur signifie que le bouton en question permet de régler la fréquence de coupure du filtre. Le potentiomètre fixe la limite autour de laquelle la fréquence du filtre évoluera en fonction de la tension de commande.

Korg MS20

DECAY (chute) : période de l’enveloppe qui agit après l’attaque. L’enveloppe d’un son peut débuter par une période transitoire de grande amplitude suivie d’une période pendant laquelle le niveau reste constant, et enfin d’une dernière partiel à décroissance plus ou moins rapide.

DOUBLING (doublage) : le doubling est une augmentation de la hauteur du son d’une octave. Le passage peut être progressif, le fondamental se trouve alors enrichi de l’harmonique 2.

EMPHASIS (accentuation) : terme employé pour signifier qu’un filtre accentue le niveau des signaux aux fréquences proches de la fréquence de coupure du filtre. L’accentuation confère une certaine brillance au son, identique à « Résonance » et « Bright ».

ENVELOPPE (enveloppe) : un son est constitué d’une série d’oscillations à des fréquences audibles. Leur niveau évolue en fonction du temps. L’enveloppe est une « ligne » qui réunit toutes les crêtes de ces oscillations ; la figure ainsi formée enveloppe les oscillations.

FILTER (filtre) : c’est l’un des composants essentiels du synthétiseur. Le filtre est chargé en partie de contrôler le timbre du son. Son rôle est de modifier la composition spectrale du son, de mettre en évidence certaines harmoniques, d’en atténuer d’autres. Il peut être commandé par potentiomètre pour le réglage du timbre et aussi par tension, ce qui permet d’assurer un timbre constant tout au long du clavier. NB : contrairement aux tables de mixages, dans lesquelles on rencontre aussi des filtres, ceux des synthétiseurs ne servent pas à éliminer des défauts.

GLIDE : cette fonction est analogue au portamento. Le glide consiste à assurer le passage d’une note à l’autre progressivement (en glissant). Sur la plupart des synthétiseurs qui en sont pourvus, la vitesse de passage entre les notes peut être réglée. L’effet est propre aux instruments dont les notes ne sont pas fixées par des dimensions mécaniques fixes (violon, trombone à coulisse, par exemple).

KEYBOARD (clavier) : le synthétiseur est généralement équipé d’un clavier dont la taille est variable (la référence étant celui à 60 notes – 5 octaves). Le synthétiseur analogique est un instrument dont la hauteur de note est déterminée par une tension. Pour rendre le synthétiseur plus facile à utiliser, on le dote d’un clavier délivrant une suite de tensions convenablement échelonnées. Les claviers permettant de délivrer simultanément plusieurs tensions différentes équipent les synthétiseurs polyphoniques.

MODULATOR (modulateur) : la modulation consiste à modifier un ou plusieurs paramètres du son. Une modulation d’amplitude est obtenue en faisant varier l’amplitude du signal par l’intermédiaire d’une tension auxiliaire. Le signal résultant est fonction de deux autres signaux. On peut moduler également la fréquence du signal. Une modulation d’amplitude s’appelle trémolo, une modulation de fréquence, vibrato. Une modulation de rapport cyclique donne un effet de chorus. Avec les synthétiseurs analogiques, on peut aussi moduler le timbre d’un son en appliquant la tension de modulation au filtre, le filtre aura sa fréquence de coupure qui changera périodiquement (voir ‘Ring Modulator’, un autre modulateur beaucoup plus complexe).

NOISE (bruit) : alors que le bruit est considéré comme un élément parasite dans le domaine de l‘amplification, dans le synthétiseur, il apporte un élément de nature aléatoire et non musical (voir : Pink noise, Red noise et White noise).

PATCHBOARD (matrice de programmation) : accessoire indispensable pour la mise en œuvre des synthétiseurs analogiques modulaires. L’assemblage des modules se fait par l’intermédiaire de matrice. Les contacts sont établis par fiche ou par cordons terminés par fiches jack. À noter que le ‘patchcord’ est le câble servant à assurer la liaison entre les modules.

PINK NOISE (bruit rose) : bruit obtenu à partir d’un bruit blanc. Ce bruit est composé d’une infinité de fréquences, l’amplitude des composantes diminue au fur et à mesure que la fréquence augmente. Le Pink Noise est un bruit dont l’énergie dans une bande de fréquence d’une octave est constante. Puisqu’une bande de fréquence d’une octave située à 10.000 Hz est beaucoup plus large qu’une octave à 40 Hz, on conçoit bien la chute des fréquences hautes. La chute de niveau se fait à raison de 3 dB par octave.

PITCH (hauteur du son) : la commande de pitch sert à modifier la hauteur d’un son. Il peut s’agir d’un bouton d’accord servant à accorder la hauteur globale de l’instrument, d’une molette de modulation manuelle ou d’un pitch à ruban.

PORTAMENTO : voir Glide.

POTENTIOMETER (potentiomètre) : dispositif de commande indispensable dans tout synthétiseur. Le potentiomètre sert à corriger une tension d’une certaine magnitude. La tension de sortie est fonction de la position du curseur du potentiomètre, donc de son bouton de commande. La tension de sortie d’un potentiomètre est toujours inférieure à sa tension d’entrée. On distingue des potentiomètres à glissière (rectiligne) et des potentiomètres rotatifs (boutons). À noter qu’un clavier peut aussi être considéré comme un potentiomètre d’un style particulier, un ruban également.

PRESET (préréglé) : la fonction preset est très utile sur les synthétiseurs de scène en appelant un son différent très rapidement. Une série de preset constitue une banque de sons. Le preset peut être loger dans une mémoire vive ou à demeure dans une mémoire morte (sons d’usine).

RANDOM (aléatoire) : un phénomène aléatoire se produit erratiquement. Le bruit est par exemple une succession de signaux aléatoires. De fait, il n’est pas possible de savoir exactement le son qui va se produire à un instant déterminé. La nature aléatoire des signaux permet de créer des motifs musicaux eux aussi aléatoires, ce qui permet d’obtenir des suites de notes sans mélodie particulière.

RATE (quantité) : on trouve cette inscription sur des commandes de générateur de signaux à très basse fréquence. Cette commande choisit la fréquence d’un générateur de modulation, le nombre d’impulsions par seconde ou par minute.

RED NOISE (bruit rouge) : on associe à la lumière une longueur d’onde et une fréquence. La lumière blanche composte toutes les fréquences. La lumière rouge est une lumière à basse fréquence, à grande longueur d’onde. Un bruit rouge sera un bruit à très basse fréquence, un bruit filtré dont toutes les fréquences hautes ont été enlevées. Ces générateurs de bruit sont utilisés pour la constitution de générateurs aléatoires.

RELEASE (deuxième chute) : dans une enveloppe de type ADSR, c’est la dernière partie qui correspond à la phase de disparition du son. Sa durée peut être réglée par potentiomètre.

RIBBON CONTROLLER (commande à ruban) : la commande à ruban est une commande manuelle permettant de modifier la hauteur (ou tout autre paramètre) du son. À la place d’un classique potentiomètre, le curseur est remplacé par une « toile métallique » suspendue au-dessus d’une « piste » résistante. Lorsqu’on pose le doigt sur le ruban, le contact s’établit entre la piste du potentiomètre et la toile métallique. Ce type de commande – très différent dans l’usage du pitch-bend – permet de balayer très rapidement et de façon continue toute une gamme de fréquences.

RING MODULATOR (modulateur en anneau) : modulateur très particulier donnant des effets sonores typiques que l’on ne trouve que dans les synthétiseurs analogiques. Le modulateur en anneau peut éliminer en particulier la fréquence originale du son pour faire apparaître deux fréquences situées au-dessus et au-dessous de la fréquence originale. Le modulateur en anneau est utilisé comme générateur d’harmoniques lors de la reconstitution du son d’un instrument à percussion comme le gong ou tout autre instrument métallique. Le modulateur en anneau produit un son paraissant faux.

SAMPLE AND HOLD (échantillon et maintien) : la fonction électronique Sample and Hold consiste à prendre une tension, en général aléatoire, et à la conserver en mémoire le temps de son maintien. Une fois le maintien terminé, on reprend une autre tension et on renouvelle l’opération. Un clavier mettant en mémoire une tension de commande d’oscillateur utilise un système d’échantillonnage. Le fait d’appuyer sur la touche met en mémoire une tension qui correspond à la note ; une fois la touche relâchée, la note se maintient et il faut appuyer sur une autre touche pour changer de note.

SEQUENCER (séquenceur) : dispositif à mémoire qui permet de jouer des séquences de notes automatiquement. Le synthétiseur joue tout seul, ce qui permet de libérer le claviériste qui peut, pendant ce temps, jouer d’un autre instrument.

SUSTAIN (maintien) : alors que sur un orgue, le niveau du son est maintenu tant que l’on appuie sur la touche, sur un synthétiseur, c’est la section de l’enveloppe (ADSR) située après le premier transitoire, après la première chute (Decay), qui détermine le niveau du sustain. Sur certains claviers électroniques, le sustain correspond à un maintien de la note en fréquence avec une décroissance progressive du son lorsque la touche est relâchée.

TRIGGER (gâchette) : chaque fois qu’une touche d’un synthétiseur est enfoncée, il y a génération d’un signal déclenchant des phénomènes transitoires : attaque, decay, etc. Le signal de déclenchement peut être commandé par un générateur T.B.F. autorisant la répétition d’une note (fonction repeat) ou la commande périodique du générateur d’enveloppe. Le générateur d’enveloppe se charge de mettre en forme le niveau d’une note et il faut que l’enveloppe débute lorsqu’on appuie sur la touche, c’est le rôle de cette « gâchette » qui est ici entièrement électronique.

TUNE (accord) : opération qui consiste à régler la hauteur de l’une des notes du clavier sur celle d’autres instruments (le diapason LA 440Hz, par exemple). Une fois l’accord obtenu, toutes les autres notes sont justes. De fait, le clavier détermine une fois pour toutes les intervalles entre les notes.

VOLTAGE (tension) : c’est la base du synthétiseur analogique. Une pile délivre une tension, fixe ; suivant la pile, on obtiendra une valeur de tension donnée. La tension de commande d’un oscillateur peut au contraire varier de façon infinie ; grâce aux circuits électroniques, on peut faire varier des fréquences, des niveaux à partir de tension. Ainsi, une tension élevée donnera une fréquence de note élevée et bien évidemment une tension plus basse, une hauteur de note plus faible.

VOLTAGE CONTROLLED AMPLIFIER – VCA (amplificateur commandé par tension) : il permet de faire varier le niveau d’un signal audio par l’intermédiaire d’une tension. Plus la tension est élevée et plus le niveau est grand, plus elle est basse, plus le niveau sera faible. Si on met une tension de forme complexe, le niveau suivra cette force. Le VCA est commandé par le générateur d’enveloppe ; générateur qui donne une tension à l’image de la variation du niveau de sortie.

VOLTAGE CONTROLLED OSCILLATOR – VCO (oscillateur commandé par tension) : le VCO est le générateur de hauteur de note. Il délivre des oscillations électriques dont la fréquence est imposée par la valeur d’une tension continue ou lentement variable. Une évolution lente de la tension provoque une variation lente de hauteur du son ; une tension alternative à très basse fréquence superposée à la tension continue permet de créer un effet de vibrato. Les circuits de sortie de cet oscillateur permettent de distribuer au filtre un signal de forme donnée : dent de scie, signal carré, impulsions, sinusoïdes.

VOLTAGE CONTROLLED FILTER – VCF (filtre commandé en tension) : c’est l’un des éléments essentiels du synthétiseur analogique. Lors de l’évolution dans le temps d’un son, on peut observer une évolution du timbre. L’attaque correspond en général à un niveau important des harmoniques qui sont amorties plus rapidement que le fondamental. On envoie par l’intermédiaire d’un générateur d’enveloppe un signal, déclenché par l’enfoncement d’une touche et qui pourra donner une bande large au filtre lors de l’attaque, une bande plus étroite lors de la chute. Pendant le maintien, la bande passante du filtre restera constante. En multipliant les générateurs d’enveloppe, on pourra créer des variations de timbre indépendantes des variations de niveau.

WAVE SHAPE (forme d’onde) : une onde rectangulaire est composée d’un fondamental et d’harmoniques paires. Pour obtenir un timbre particulier, on utilisera des signaux de formes différentes : dent de scie, impulsions, etc.

WHITE NOISE (bruit blanc) : c’est le bruit contenant le plus de fréquences hautes. Son timbre est très clair, très aigu. Un tel bruit envoyé dans des enceintes acoustiques non prévues pour le recevoir risquent de voir leur haut-parleur d’aigu subir des détériorations.

Par E. Lemery
(source : Disc 1976)

À CONSULTER

CRÉER UN SON AVEC UN SYNTHÉTISEUR ANALOGIQUE

LE FONCTIONNEMENT DU SYNTHÉ ANALOGIQUE TRANSFÉRÉ AU NUMÉRIQUE