PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LES QUESTIONS DU CANDIDE



LES TUTORIELS POUR PIANO, QUE FAUT-IL EN PENSER ?

L’enseignement du piano en ligne, ce sont des cours par visioconférence mais aussi des tutoriels ; un support qui bat actuellement des records sur la Toile. Pour autant, quelle crédibilité peut-on accorder à ces cours ciblés qui s’invitent chez vous ? À qui sont-ils destinés et pour quel résultat ? Peut-on faire confiance à ces sites qui gèrent l’enseignement comme un business ? Tentons d’y voir clair…


PARCOURIR LES EFFETS D’ANNONCES

La première règle avant d’entreprendre l’apprentissage d’un instrument est d’avoir du recul, une comparaison détaillées des différentes sources et une info surtout objective. Or, réunir ces éléments n’est pas facile, surtout quand les connaissances personnelles et l’expérience musicale sont quasi absentes. Alors comment faire pour suivre la bonne voie et ne pas avoir le sentiment, après coup, que les efforts consentis et l’investissement financier (même modeste) ne donnent pas le sentiment amer de s’être tromper de direction ou de s’être fait avoir ?

« On dit souvent que plus c’est gros, plus ça marche. Mais dans la musique est-ce aussi le cas ? » (1)



Ad Block


À première vue, la plus grosse arnaque serait d’accepter une solution qui propose la réussite en quelques cours, vous certifiant par exemple que vous saurez jouer votre chanson préférée au bout de quelques heures passées sur le clavier. Pour vous en convaincre, l’animateur du site vente alors sa « méthode miracle » en montrant quelques exemples positifs en vidéos ; le sourire en plus, cela va de soi.

© Futur Pianiste

Une telle démarche commerciale n’a rien d’étonnant, d’autant que cela existait bien avant l’arrivée d’Internet. Dès le début des années 80, au moment où l’apprentissage de la musique était en plein essor, outre de nouvelles méthodes, des pianistes proposaient de vous apprendre des chansons du style ‘Les feuilles mortes’ en trois quatre cours pour un tarif exorbitant. Au bout du compte, vous ne saviez jouer que ça, même maladroitement, mais cela faisait « chic » lors de soirées branchées. Donc une annonce du genre « Apprendre le piano en 24 heures » sur Internet n’est au fond qu’une réponse à une demande qui existe non seulement virtuellement mais aussi dans la réalité. Cela traduit surtout une méconnaissance totale de ce que veut dire « jouer d’un instrument ».

1. Question qui nous est parvenue par courriel.


LE GROS BLUFF

Mais à qui la faute, me direz-vous ? C’est là que je vais me sentir obligé de rentrer dans les détails…

Le plus gros bluff est de morceler l’apprentissage de l’instrument par petit bout en n’en retenant qu’un ou deux éléments sans informer l’élève (le client) que les autres sont tout aussi indispensables pour continuer sereinement à progresser dans la musique. C’est le principe même de la plupart des méthodes d’apprentissage qui sont, par nature, toujours limités et dirigistes.

Le principe de base : Durant le tutoriel, l’enseignant évoque avec plus ou moins de détails ce qu’il faut savoir du morceau à étudier : les notes, l’aspect technique, les pièges à éviter, le tout accompagné de diverses démonstrations visuelles. Un programme bien rodé, bien étudié, mais toujours exclusif et répondant à une demande bien précise. C’est un peu comme si au volant de votre voiture, vous regardiez toujours la route droit devant vous, sans modifier l’allure, sans regarder dans le rétroviseur et sans jamais mettre le clignotant dans l'intention de changer de direction !

Concevoir l’étude d’un instrument par « le petit bout de la lorgnette » est la norme sur Internet. Le concepteur du tutoriel y trouve quelques avantages. D’abord, il se protège en n’abordant qu’une toute petite partie de l’enseignement de l’instrument, ce qui lui permet de ne pas s’étendre sur tout le reste et sur ses réelles capacités pédagogiques. Ensuite, il se déresponsabilise par rapport à une attente visiblement formulée ou pressentie par un public pressé d’obtenir un résultat ciblé. Enfin, au-delà de certaines faiblesses, les tutos présents sur les plateformes comme Youtube comptent sur la loi du nombre pour subsister sur le long terme.

Dans un monde qui vit dans l’urgence des lendemains, il est difficile à un secteur comme la musique d’éviter certaines facilités, surtout depuis que l’Internet est devenu une source économique qui attire toutes sortes de désirs. La solution clé en mains, qui consiste à obtenir ce que l’on veut dans un temps record sans ressentir en profondeur l’énorme déploiement d’énergie et l’investissement en temps que réclame l’étude de la musique, va à contre-sens de toute discipline artistique correctement enseignée.

« Critiquer est facile ! Tout le monde ne souhaite pas devenir un musicien tout court, mais cherche surtout à se faire plaisir, non ? » (2)

Se faire plaisir au piano est essentiel, mais sans vouloir botter en touche, il est surtout très facile de tromper les gens, surtout en musique où l'on dit tout et son contraire. Face à l’écran, il est difficile d’évaluer la compétence d’un musicien qui propose ses services, surtout quand le « client » est directement confronté à l’action d’agir et de décider. « Je clique ou je ne clique pas ? ». « Je poursuis ou j’arrête ? ». La décision appartient toujours au « client », et la responsabilité d’un échec lui revient. Elle n’incombe pas à la personne qui gère les tutoriels, sauf bien sûr si le « client » a payé pour des cours auxquels il n'a pas eu accès.

Quand un enseignant possède une expérience acquise au fil des années, cela lui permet d’avoir une vue globale sur la plupart des envies qui poussent le « client » à apprendre un instrument : le facteur psychologique, le besoin de liberté, d’autonomie aussi, le désir d'apprendre et de partager, etc. Même si la demande évolue toujours dans le temps, l’honnêteté de l'enseignant et son respect pour la musique doivent (devrait) toujours être la priorité. Le musicien (professeur) qui s’engage dans la voie de l’enseignement engage sa responsabilité et les conséquences qui en découlent… Et comme la transparence n’est pas le point fort du Web, chacun tirera la conclusion qui s’impose.

2. Question qui nous est parvenue par courriel.


© Musicclassroom

LES POINTS POSITIFS DES TUTOS

Fort heureusement, tout n’est pas noir. Les tutoriels ont quelques points positifs et indiscutables.

1. Pas de limites ! Avec les tutoriels, l’âge, le niveau, les goûts, les ambitions, la motivation de chacun, les horaires, ne sont nullement un obstacle à entreprendre. Toute personne est libre de ses envies et de ses choix, contrairement au conservatoire ou aux écoles de musique qui limitent, pour diverses raisons, l’accès à l’étude d’un instrument (ce qui par ailleurs est regrettable).

2. Le solfège. La plupart des musiciens autodidactes le redoutent (ou cherchent à l’éviter à tout prix). Certains tutoriels offrent des solutions alternatives à même de les rassurer (même si sur le fond certaines propositions sont très discutables).

3. Un terrain d’initiation. Même s’il est n’est pas possible de « devenir un pianiste » grâce aux tutoriels, ils permettent d’initier le candide sur les diverses façons d’aborder des détails techniques ou de mettre en avant des idées qui conduisent à progresser autrement.

4. Des sujets éclectiques. Les tutoriels sont ouverts à toutes les musiques et adaptés au niveau de chacun. On peut y apprendre une chanson, un œuvre classique simplifié comme les bases des accords ou comprendre les mécanismes de la composition.

5. Répétition. Contrairement à un cours avec un professeur particulier qui s’achève au bout d’une demi-heure ou d’une heure, le tutoriel offre l’avantage de pouvoir être revu autant de fois que nécessaire. La majorité d’entre eux sont basés sur l’imitation en suivant, par exemples, le déplacement des mains du pianiste.

Consulter : APPRENDRE LE PIANO PAR IMITATION ET OBSERVATION


LES LIMITES DES TUTOS

1. Un manque de souplesse. Malgré les efforts consentis pour rendre « vivant » un tutoriel, il est difficile de ne pas éprouver une lassitude quand, pour progresser, il est nécessaire de suivre un programme dont on ne distingue pas toujours l’intérêt ou le suivi. Un cours avec un professeur particulier permet de rebondir si nécessaire dans les secondes qui suivent en répondant aux questions posées par l’élève. Internet demande en revanche un certain temps ; sans compter la bonne volonté de celui qui est chargé d’y répondre.

2. Les raccourcis dans le tutoriel. Il est difficile de les éviter, car la crainte pour son auteur est de voir l’internaute fuir pour voir ailleurs. Le tutoriel doit aller droit au but, dirons-nous, même si parfois des conseils important sont écartés. N’oublions pas que la plupart des tutoriels ne reposent pas sur des intentions altruistes, mais économiques (les concepteurs qui annoncent une totale gratuité ne le font généralement qu'un temps).

3. Un enseignement ciblé. L’enseignement en ligne demande de la rigueur, de la persévérance et de la régularité. Sur le fond, il n’échappe pas aux règles dictées par un « enseignement traditionnel ». Sans une bonne motivation, un enseignement virtuel a peu de chances d’aboutir à moyen terme, voire à court terme. La conséquence de toute cette exigence implique qu’une majorité des sites d’apprentissage soit destinée à un public d’adulte. Celui-ci compense - normalement - les faiblesses liées à l’âge par une meilleure prise en main des éventuels progrès. Contrairement à un enfant, l'adulte s’organise au mieux pour que chaque acquit lui apporte pleine satisfaction. L'effort consenti ne doit jamais être perdu... et c'est bien là tout le risque couru avec l'usage exclusif des tutoriels.

4. La musique classique. C’est le maillon faible. Le classique est une musique écrite. Il est difficile de l’aborder par l’oreille ou par d’autres moyens (accords) si l'on cherche à respecter l'original. Les tutoriels ciblent prioritairement la musique dite « vivante ». Le seul véritable moyen d’étudier le classique est d’emprunter le chemin de l'alphabétisation musicale.

© MrGalagoMusic


LES TUTORIELS DU WEB : COMMENT FAIRE POUR ‘BIEN FAIRE’ ?

Sur la Toile, les tutoriels sont très nombreux. Comment les départager ? (3)

Tout ce qui a trait à la chanson s’en sort plutôt bien. Pour un adulte débutant qui n’a pas peur de s’engager, il est tout à fait possible de fractionner les connaissances (lecture, rythme, doigté…) quand celles-ci ne sont pas trop abondantes, ce qui est le cas de la plupart des chansons qui fonctionnent sur des cycles (couplet, refrain).

Mais avant cela, et si l’on n’a jamais posé ses doigts sur un clavier, il faut privilégier les vidéos qui abordent d’abord la posture face au piano, celui du corps, des doigts, etc. Puis le repérage du nom des touches par des exercices qui permettront de repérer visuellement celles-ci d’un simple coup d’œil.

L’autre point important est la façon dont le tutoriel développe son cours. Tous les aspects techniques (qui peuvent être très nombreux - et applicable en même temps au moment de jouer : doigté, indépendance rythmique, déchiffrage...) doivent être présentés et expliqués dans les détails de façon simple et accessible (d’où la nécessité d’éviter si possible les tutoriels qui utilise les raccourcis - ce qui est souvent difficile à voir pour une personne qui ne connait pas le sujet). Important : La mise en pratique doit également s’accompagner de conseils pour expliquer comment organiser le travail chez soi pour éviter de s’égarer et rendre ses efforts contre-productifs.

La lecture de notes : Savoir lire les notes de musique est important. Vous êtes plus autonomes, surtout à long terme. Dès lors, en fonction du contenu du tutoriel, certaines informations et conseils développés deviennent plus compréhensibles dès qu’une portée se présente à l’écran, ce qui est le cas d’une majorité de tutoriels. En sachant lire les notes, vous êtes « raccordé » à un langage universel.

3. Question qui nous est parvenue par courriel.


DERNIÈRES REMARQUES AVANT DE S'ENGAGER

Le piano est un instrument en trompe-l’œil.

Derrière l’apparence ordonnée des touches du clavier et la facilité à pourvoir faire sonner des notes, l’instrument cache en réalité de nombreuses difficultés. Voici les principales :

  • 1. La coordination rythmique et indépendante des deux mains (polyrythmie).
  • 2. La dynamique indépendante de chaque doigt (nuances).
  • 3. L’utilisation des pédales (surtout la pédale forte).
  • 4. Le répertoire qui oblige tôt ou tard le pianiste à travailler le déplacement des mains sur le large clavier.

Le jeu du pianiste est construit sur une superposition de techniques qui doivent cohabiter en même temps.

Cette remarque est importante. La plupart des techniques pianistiques citées ci-dessus doivent former un tout cohérent, quel que soit le répertoire et le niveau ; sans oublier la lecture de partitions, généralement en clés de sol et de fa ou en clé de sol avec accompagnement harmonique.

Dès que les deux mains se posent sur le clavier, la polyrythmie intervient. La pédale aussi. Peu d ‘œuvres échappent à son utilisation. Concernant le déplacement des mains, on peut raisonnablement estimer que la technique peut être abordée ultérieurement en choisissant un répertoire progressif et adapté. Quant au jeu des doigts (lié, détaché, piqué) et aux nuances (piano, mezzoforte, forte, etc.), ils sont du domaine de l’interprétation et peuvent attendre le moment où vous vous sentirez suffisamment libéré pour y songer sérieusement.

À travers cet exposé aussi objectif que possible, il est facile de comprendre que brûler les étapes ne peut être que contre-productif. Prendre son temps, avoir cela à l’esprit, permet déjà d’éviter de nombreuses erreurs de parcours et de drame en sursis. Seul, peut-être, un pianiste qui a déjà des bases bien construites, solides, peut aborder des tutoriels avec un regard analytique qui lui permettra de relativiser sur leur contenu.

« Motivation, patience, persévérance, régularité, résultat, consolidation. »

Ces six mots clés résument parfaitement l’apprentissage d’un instrument, quel qu'il soit ; les deux derniers étant la conséquence des quatre premiers. Donc, si vous êtes motivé, patient, persévérant et régulier dans votre travail, vous obtiendrez un résultat, et si vous les accumulez, alors vous consoliderez votre technique instrumentale !

par ELIAN JOUGLA (Piano Web - 10/2021)


À propos des captures d'écran présentes sur cette page : Ces captures sont là à titre d'exemple pour témoigner de la diversité des sujets abordés dans les tutos que l'on peut trouver sur la Toile, et seulement cela. Elles n'incriminent en rien les sites cités et la qualité de leur enseignement.


À CONSULTER

LES ANNUAIRES DE PROFESSEURS : ARNAQUE ET INFOS DISSIMULÉES

APPRENDRE À JOUER D'UN INSTRUMENT DE MUSIQUE

PRENDRE DES COURS DE PIANO AUJOURD'HUI, MISE AU POINT


PARTICIPER/PUBLIER : EN SAVOIR PLUS
Facebook  Twitter  YouTube
haut
haut
Accueil
Copyright © 2003-2021 - Piano Web All rights reserved

Ce site est protégé par la "Société des Gens de Lettres"

Nos références sur le Web - © Copyright & Mentions légales