PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

CHOISIR SON INSTRUMENT QUAND ON DÉBUTE L'APPRENTISSAGE DE LA MUSIQUE


LE COURRIER DES INTERNAUTES



Sandrine - Paris

Bonjour,

J’ai un fils âgé de 11 ans qui souhaite apprendre la musique car il a un petit copain qui joue de la flûte au conservatoire. Le problème que je rencontre vient du fait que mon enfant ne sait pas vraiment sur quel instrument il désire jouer. Un jour c’est la batterie, le lendemain le piano ou le saxophone. Pensez-vous que commencer par le piano serait une bonne solution pour lui ? Merci.


Piano Web

Pas forcément, car chaque instrument possède ses attraits et ses inconvénients. Au départ, le piano est certainement plus gratifiant que le violon ou la flûte. Il est vrai que lorsqu’on frappe sur une touche d’un piano, même maladroitement, la note obtenue sera aussi juste que l'accord du piano l'est. Idem pour les percussions. Dans cette famille d'instrument le résultat est direct, instinctif sur le jeu, sans forcément avoir la tête plongé dans de la théorie ou du solfège, du moins dans les premiers temps... d'où son utilisation en classe d'éveil. Toutefois, je ne vous conseille pas de vous arrêter à ce genre de considération, car ce serait concevoir la musique à court terme et donner une « mauvaise note » à des instruments qui ne méritent pas ça.


DES CRITÈRES POUR CHOISIR SON PREMIER INSTRUMENT


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


En dehors de tout attrait pour tel ou tel instrument, une des observations essentielles est d’être attentif au rôle joué par l’instrument au cœur de la musique. En effet, si le piano se suffit à lui-même, aussi bien du point de vue de son utilisation courante que de sa littérature, ce n’est pas le cas de tous les autres instruments. Les instruments à cordes, les bois, les cuivres ou les percussions sont plus captivant à jouer au cœur d'un ensemble que seul. Donc un apprentissage comme la flûte, le violon ou la batterie devra nécessairement, tôt ou tard, s’intégrer au cœur d’une formation pour trouver leur place.

Quand on opte pour un instrument, quel qu'il soit, deux questions essentielles se présentent : le lieu d'utilisation de l’instrument et le bruit qu'il génère. Pratiquer le piano ou la batterie peut poser problème quand on habite dans un immeuble, d’où la solution d’opter pour un « piano numérique » et une « batterie électronique ». Même si ce n’est pas toujours l’idéal, ça a le mérite d’exister ! D’autre part, placer un piano dans le salon, c’est bien joli, mais ce n’est pas du tout pratique pour travailler. S’isoler est nécessaire pour bien travailler. En musique, il faut toujours penser à une solution viable sur le long terme. La réussite est à ce prix.

Autre critère : l'avantage de la miniaturisation de l'instrument. Cela apporte bien des avantages au quotidien. Les instruments nomades comme la flûte, le violon, la guitare et certaines percussions peuvent se travailler en toutes circonstances et où que l'on se trouve.

Evidemment, ces indications parfois subjectives ne peuvent aller à l’encontre des désirs de votre enfant. Toutefois, le choix peut être plus ou moins dicté. Par exemple, il peut être influencé par la « domination » psychologique d’un professeur ou par des copains qui font de la musique. Vous devez en tenir compte. Un enseignant peut induire par son talent pédagogique et sa personnalité un choix qui se porte sur un instrument très différent que celui désiré par l’enfant.

Proposez-lui de poser son regard sur des instruments qui n’ont pas encore retenu son attention. Il existe pour cela des disques de découverte sonore, d'éveil musical. Le concert est également une excellente école pour éveiller les sens. Le critère du son, bien souvent, est essentiel dans le choix, bien plus qu’une technique qui, de toute façon, ne peut être évalué sans avoir commencé.

Pour conclure ce chapitre, il est toujours bon de rappeler qu’il n’existe pas d’échelle de valeurs en fonction de l’instrument choisi. Ils sont tous aussi « nobles » les uns que les autres.


AU SECOND STADE DE L’APPRENTISSAGE

Tous les instruments n’apportent pas les mêmes débouchés. Pour en revenir à des instruments classiques comme le piano, le violon ou le saxophone, chacun joue un rôle précis dans la musique. Le piano est un instrument d’accompagnement (on l’oublie trop souvent) tandis que les deux autres inscrivent leur jeu en collectif (pupitre) ou en tant qu’instrument soliste, donc le plus souvent dépendant des autres.

Ensuite, tous les instruments ne vivent par leur art avec la même concurrence. Le violon est certainement un instrument d’un grand niveau d’exigence, et pour lequel la concurrence est grande, mais dont les orchestres ont grand besoin. Par contre, le piano, tout aussi compétitif que le violon, bien que demandé pour accompagner des cours de danse, des chanteurs, etc. souffre de son autonomie à faire cavalier seul. Un orchestre symphonique aura plus de 40 violons mais qu’un seul piano. En piano, les places sont très chères !

D’autres instruments s’en tirent mieux que d’autres parce que leur image est moins « prestigieuse ». Dans la famille des cordes l’alto est plus demandé que le violon, idem pour le tuba chez les cuivres. Dans les bois, des disparités existent également. En raison de leur difficulté première, le hautbois et le basson n’ont pas la même côte d’amour que la flûte ou la clarinette. Il existe bien souvent un sous-effectif de ce genre d’instruments dans les orchestres amateurs, comme les fanfares ou les orchestres municipaux.

Le choix de l’instrument repose donc essentiellement sur trois critères : prioritairement le son, ensuite la technique imposée par l’instrument et enfin le débouché que celui-ci offre. A ceci s’ajoute le coût de l’instrument et la disposition du lieu où il sera pratiqué.

  par ELIAN JOUGLA


EN COMPLEMENT D'INFORMATION : LES QUESTIONS DU CANDIDE : CHOISIR UN INSTRUMENT DE MUSIQUE


Vous désirez poser une question ? N'hésitez pas à nous écrire !

CONTACT

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la ou bien suivez-nous !