PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

DEVENIR FACTEUR/ACCORDEUR DE PIANO


LE COURRIER DES INTERNAUTES



LE MÉTIER DE FACTEUR/ACCORDEUR DE PIANO
A T-IL UN AVENIR ?

Pierre

Bonjour, j'ai lu sur cette page ACHETER UN PIANO DROIT OU A QUEUE ce que vous marquiez sur l'avenir du piano, la montée du numérique et je suis légèrement inquiet car depuis un moment je veux devenir facteur de piano.

Il y a-t-il à votre avis un avenir pour ce métier ? Cet univers va-t-il se rétrécir de plus en plus ou est-ce que la mode du piano acoustique va revenir un jour ?


Piano Web


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Economiquement parlant, je ne vous apprendrai rien en vous disant que la société se porte plutôt mal. Devenir accordeur ou facteur de piano n'échappe pas à la règle et la concurrence est âpre. C'est ainsi que le constructeur de piano Pleyel, anciennement Rameau (situé à Alès dans le Gard), et qui était également une école de formation pour les futurs accordeurs doit normalement fermer ses portes cette année.

La concurrence du piano numérique est bien présente. Les avantages de ce dernier sont nombreux et sont décrits sur cette page : LE PIANO NUMERIQUE.

Les pianistes débutants, qui sont les plus nombreux, offrent une perspective économique intéressante pour les constructeurs. Souvent pour le même prix, voire moins, ils préfèrent s'offrir un piano numérique qui demande moins d'entretien et qui au final s'avère plus pratique. Quant à la qualité sonore de l'instrument, elle est toujours subjective. Le vendeur habile pourra toujours contourner la faiblesse sonore en mettant en avant les avantages techniques offerts par le tout électronique. C'est la société de consommation qui veut ça.

Un piano acoustique peut durer toute votre vie si vous l'entretenez régulièrement. Pas un piano numérique, sauf à ne pas s'en servir. Si l'on peut réparer un piano du 19e siècle, je vois mal comment ce serait le cas au niveau du numérique qui est en perpétuelle évolution et où les stocks des pièces détachées finissent toujours un jour où l'autre à manquer.

Quand on achète un piano numérique, c'est en principe pour une durée de vie de 10 à 20 ans au maximum. Si sa seule faiblesse (actuelle) est sa restitution sonore sur le plan acoustique (réflexions directes et indirectes des ondes sonores), des progrès importants ont été apportés au niveau du toucher (lourdeur, réponse à l'attaque, rebond). Le marché est aujourd'hui assez équilibré entre la demande acoustique et électronique, mais le numérique a toutes les chances de s'imposer dans le bas de gamme à moyen terme.

Le métier de facteur de piano devrait à mon avis se rétrécir, comme vous dites. Sauf à servir dans le cadre d'atelier spécialisé dans la restauration de piano ancien et de haut de gamme, les interventions techniques au niveau de l'entretien des pianos acoustiques droits devraient devenir plus rares, pas pour tout de suite, mais pour bientôt.

La musique classique est LA musique qui sauvegarde l'emploi de l'acoustique, par son exigence au niveau du plan sonore mais également par " l'impasse " qu'exige son style. Je vois mal aujourd'hui (mais peut-être pas pour demain) un morceau d'un grand compositeur classique joué par un concertiste sur un piano numérique, lors d'un concert.

Les pianos acoustiques "midifiés", c'est à dire avec implantation d'un équipement électronique, équipe déjà depuis plus de 20 ans certaines grandes marques de piano acoustique (Yamaha, par exemple). Cette transformation de l'outil de base est déjà le signe évident d'une évolution, d'une phase de transition vers le tout électronique.

Enfin, le facteur humain est à considérer, dans le sens où des réticences sont toujours présentes et où le fait de sauter le pas vers le tout électronique n'est pas devenu comme une évidence. La question que vous posez n'aurait pas eu de sens il y a 30 ans.

Tant que le piano acoustique sera le reflet pour l'utilisateur lambda d'une image sonore de qualité supérieure au piano numérique, le marché du piano acoustique existera, peut-être de façon plus confidentielle, mais il ne disparaîtra pas.


Vous désirez poser une question ? N'hésitez pas à nous écrire !

CONTACT