PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

PULSATION TEMPO ET RYTHME, QUELLES DIFFÉRENCES ?


LE COURRIER DES INTERNAUTES



Valérie

Bonjour,

J’apprends actuellement le piano et j'ai beaucoup de mal à comprendre dans le domaine du rythme comment on fait la différence entre la pulsation et le tempo. Pouvez-vous m'aider ? Merci par avance.


Piano Web

La pulsation est à rapprocher du tempo qui sert à indiquer au musicien la vitesse d’exécution : pulsation lente = tempo lent, et pulsation rapide = tempo rapide. C’est le principe même du métronome qui indique le nombre de pulsations à la minute. Lorsqu’on positionne le curseur à 60, on obtiendra une pulsation chaque seconde et à 120 deux pulsations par seconde (la pulsation ou tempo correspond au bpm - battements par minute - indiqué sur les boîtes à rythmes et séquenceurs).


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


La pulsation n’est qu’une composante sommaire du rythme. Quand vous tapez du pied en écoutant une musique, vous battez la pulsation. Tandis que le rythme est en fait une association et/ou une combinaison de figures rythmiques semblables ou dissemblables (blanche, noire, croche, soupir, etc.) qui mit bout à bout forme un rythme.

Il est important de signaler que quelle que soit sa forme et sa complexité, le rythme est toujours l’esclave du tempo. En fonction de la vitesse d’exécution, un rythme simple peut devenir difficile à reproduire, voire impossible. Le tempo ne doit donc pas être prit à la légère !

Généralement, dans la plupart des musiques classiques et contemporaines, le tempo peut prendre des valeurs métronomiques approximatives. En classique, il s'exprimera en mouvement, ce sera par exemple adagio, andante ou allegro, tandis qu'en musique "moderne" le tempo pourra être désigné par un style lié à des danses : valse, swing, rock, ballade, slow, etc. Il existe bien sûr des œuvres où la valeur métronomique exacte est précisée (exemple : une noire = 84 pulsations), et d’autres où c’est la durée de l’œuvre en minutes et/ou secondes qui est mentionnée (comme chez Eric Satie ou Béla Bartök).

Contrairement à de nombreuses musiques actuelles qui assoient le tempo d’une façon presque immuable, la musique classique introduit très souvent des variations de tempo dans le déroulement des œuvres. Chaque changement est alors porté sur la partition par des indications. Par exemple, rallentando ou ritenuto, pour ralentir, accelerando ou più mosso pour accélérer, et tempo primo ou a tempo pour revenir au tempo initial. Au 19e siècle, pendant la période faste du piano romantique, apparaîtra la notion de tempo rubato pour transcrire l’idée d’une pulsation qui se dérobe (œuvres de Chopin et de Liszt). Bien plus tard, quelques compositeurs de musique contemporaine iront jusqu’à effacer virtuellement l’idée d’une quelconque pulsation ressentie (œuvres de Ligeti, Stockhausen, Boulez).

Quand une musique est très complexe sur le plan métrique et rythmique, la sensation d’un quelconque désir de battre du pied s’évanouit. A l'inverse, pour qu'une musique donne envie de taper du pied, elle doit posséder des rythmes simples, accessibles et le plus souvent répétitifs. Ils doivent marquer les temps forts et/ou accentuer des syncopes à des moments précis. Pratiquement toutes les musiques de danse sont construites autour de ces critères : valse, rock'n'roll , disco, techno, etc.

  par ELIAN JOUGLA

Vous désirez poser une question ? N'hésitez pas à nous écrire !

CONTACT