PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LES QUESTIONS DU CANDIDE



JOUER DANS UN GROUPE DE MUSIQUE (entretien)

LE DÉSIR DE JOUER DANS UN GROUPE


Pourquoi a-t-on le désir de jouer en groupe ?

La musique est communication. Elle est communication avec soi-même, mais également entre les êtres. Généralement, quand on joue seul, au bout de quelques mois, de quelques années, la routine finit par arriver et l'ennui s'installe. Je conseillerai donc, à tous ceux qui me liront, de ne pas attendre les moments de 'solitude musicale' pour réagir. Dès que l'on est en mesure d'interpréter quelques morceaux, que l'on a une certaine confiance dans son jeu, il faut foncer et se mettre en quête de trouver des musiciens avec qui jouer. D'ailleurs, le sentiment de partager la musique avec d'autres viendra peut-être vous surprendre sans que vous vous y attendiez. C'est aussi ça, la musique !


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Généralement, la stimulation personnelle est plus forte lorsqu'on joue avec d'autres musiciens. Le plaisir que l'on en retire est différent, très gratifiant, surtout quand tout va pour le mieux… Oui, car jouer dans un groupe, c'est un peu comme pénétrer au cœur d'une famille. S'il existe des points de convergence, il peut exister également des points de divergence !

C'est-à-dire ?

Voyons d'abord le côté constructif. Jouer en groupe est un moyen de remettre en question sa façon de travailler la musique, parfois de revoir ses orientations musicales. Jouer en groupe, c'est également une possibilité de se construire un noyau de relations solides, celui de fonder un cercle d'amis aux valeurs enrichissantes…


Et le côté négatif ?

A ma connaissance, il n'existe pas de côté négatif. Toutefois, le jeu en groupe met en avant ce que l'on est. Il révèle aux yeux des autres, ses forces mais également ses faiblesses. Le jeu en groupe est capable de vous mettre à nu, parfois dans vos contradictions. Accepter de s'exposer peut ne pas être facile, surtout si vous pensez dans votre for intérieur que vous êtes un musicien irréprochable...

Quand la musique est au centre de débats passionnés, quand les points de vue sont trop divergents, elle provoque des tensions qui font vite oublier, malheureusement, ses vertus. Et quand la compétition, la supériorité ou la comparaison viennent s'y rajouter, la musique, là également, n'en sort jamais victorieuse !

Mieux vaut positiver, alors ?

Exactement. Monter un groupe nécessite une vision toujours positive, sinon mieux vaut ne pas y penser…


REJOINDRE UN GROUPE PRÉEXISTANT

Rejoindre un groupe déjà formé, est-ce une bonne solution ?

Disons que cette solution est plus facile pour un débutant. Elle lui évite d'avoir à tout construire. Sans expérience, un musicien a fort peu de chance de réussir à monter un groupe du premier coup. Non, vraiment, pour le débutant c'est le choix idéal.

Et comment doit-il s'y prendre ?

D'abord, lire les petites annonces dans les journaux ou dans les magasins de musique. Généralement, celles-ci sont nombreuses. Accessoirement, vous pouvez faire passer une annonce dans une radio locale ou faire marcher le bouche-à-oreille. Sauf à posséder une certaine renommée, même les musiciens professionnels utilisent ces moyens-là…

"Recherche bassiste motivé, guitariste virtuose, pianiste blues...", il y en a pour tous les goûts. Outre le genre d'instrumentiste recherché, elles informent généralement sur le style musical, le niveau d'expérience, le lieu et même si des dates de concert sont déjà programmées. N'hésitez pas à contacter également les associations musicales. Il en existe peut-être une ou plusieurs là où vous habitez.


LES PIÈGES À ÉVITER QUAND ON EST UN DÉBUTANT

Quels sont les pièges à éviter lorsqu'on souhaite jouer dans un groupe ?

Généralement, le jeu en groupe favorise les progrès techniques. Chaque musicien doit être en mesure de suivre l'autre, d'être à l'écoute de l'autre, comme une chaîne solide, indestructible. Malheureusement, dans les faits, de nombreux groupes se séparent. Le manque de cohésion technique ou d'entente préalable et même le manque d'ambition de certains sont souvent à la base de ces échecs. Comme dans la vie en couple, des concessions sont souvent nécessaires. L'erreur souvent commise par de nombreux groupes est de se précipiter dans l'action, plutôt que dans la réflexion…

Tous ces propos convergent vers la maturité…

Ces propos veulent mettre en évidence l'acte réfléchi, mettre en avant la part de responsabilité, c'est vrai. Jouer en groupe est toujours une aventure humaine enrichissante que je ne peux que conseiller, même si pour certaines personnes l'expérience n'est parfois pas facile. Il faut oser, c'est tout ! Quand on participe dans un groupe et même si les interventions sont ponctuelles, c'est toujours une excellente école pour se former. On apprend à écouter les autres jouer, à anticiper leurs réactions, à les suivre… Et ce n'est certainement pas tout seul, chez soi, que l'on apprend cela !

Une autre question qui taraude celui qui veut vivre sa première expérience de groupe est sa compétence technique…

Le niveau technique n'a pas besoin d'être très élevé pour jouer dans un groupe. Bien sûr, un minimum de pratique instrumentale est nécessaire. Au départ, un groupe qui se forme n'est généralement pas homogène. Il apprend à se construire pas à pas en fonction du niveau et de l'expérience de chacun. Toutefois, pour revenir à votre question, si la différence de niveau est trop importante entre les musiciens, celui ou ceux qui 'rament' finiront par en souffrir. Dans le jeu en groupe, on a souvent tendance à vouloir se surpasser. C'est donc un piège qui peut, à l'occasion, se refermer sur le musicien en difficulté…

Cela dépend également de la musique visée. Il faut que la technique s'accorde avec le choix musical. Les Beatles ou le groupe Police, pour ne citer qu'eux, n'étaient pas à leur début des musiciens ayant une technique très solide, bien au contraire, mais ils ont su évoluer, trouver des idées originales et s'affirmer musicalement au fil des années. En groupe, l'expérience compte. Un musicien qui a du 'métier' évitera toujours certains pièges, sachant que la technique n'est qu'un maillon de la chaine.

Ne dites-vous pas cela pour rassurer ou encourager les musiciens débutants ?

Non, pas du tout. Le musicien débutant ne doit pas croire que son manque de technique sera son handicap majeur. Il existe des musiques qui ne réclament pas beaucoup de connaissances à la base, comme le blues, le reggae, voire certains courants de musique rock. On peut certes les rendre techniques, mais on peut également les jouer simplement... Ainsi, tant que le niveau exigé sera en accord avec la capacité du musicien, le plaisir conservera sa place comme au premier jour.


LE MOMENT DE L'AUDITION

Je suppose qu'une audition est nécessaire lorsqu'on veut rejoindre un groupe, même amateur ?

En effet, une audition est incontournable. C'est un peu comme un entretien d'embauche qui n'en a pas l'air. L'audition permet d'évaluer vos capacités techniques, mais pas seulement. Le facteur humain entre également en ligne de compte, parfois le look, la disponibilité, l'âge, l'expérience…

Soignez votre premier contact avec les membres du groupe. Soyez avenant, souriant, en un mot décontracté. Les musiciens le sont souvent et n'apprécient généralement pas les attitudes trop hautaines. Très souvent, vous aurez en face de vous des musiciens qui se connaissent déjà, qui ont l'habitude de jouer ensemble avec peut-être des objectifs précis ou quelques exigences singulières à vous soumettre.

Derrière la façade d'un groupe, il existe donc certaines règles ?

Oui, exactement... Il faut surtout rester humble, car avant de devenir un membre actif du groupe, irremplaçable, vous ne serez peut être qu'un musicien de remplacement, un musicien de 'passage'. Au départ, ne misez pas tout dessus. Ne cherchez pas à vous faire remarquer, même si vos capacités techniques sont excellentes. Etre en harmonie avec le style et le niveau exigé est le principal. Ni plus, ni moins.

Sachez également que les formules d'audition varient d'un groupe à l'autre. Généralement, vous devez travailler quelques morceaux choisis. Vous aurez alors en main soit une partition, soit simplement l'enregistrement d'une répétition comme support. Parfois l'enregistrement d'un disque, quand il s'agit de reprises de morceaux. C'est à ce moment là que le système 'D', celui qui ne s'apprend pas dans les manuels ou dans les écoles de musique, prend ici toute son importance…

Professionnellement, il m'est arrivé d'être obligé de faire des réductions/adaptations de big band pour 4 ou 5 musiciens ; le principal dans ces cas là étant le savoir-faire… Les musiciens sont très attentifs à ces 'adaptations de terrain' plus ou moins improvisées. L'aptitude du 'musicien candidat' à se fondre dans le style de musique jouée par le groupe est également très important. Interpréter à plusieurs et avec art une partition de musique classique ou savoir se lancer dans des improvisations quand il s'agit de jazz ne s'apprend véritablement que sur le terrain, rarement à son domicile !

Et après l'audition que se passe-t-il ?

Logiquement, avant, pendant ou après l'audition, vous devez être au courant du fonctionnement interne du groupe, de ses projets, du lieu de répétition et de leur nombre par semaine... Toutefois, si vous êtes accepté, je conseillerai de ne pas donner votre accord dans l'immédiat, de prendre un peu de recul et de vous poser certaines questions, du genre : l'ambiance du groupe m'a t-elle semblé bonne ? Le niveau exigé par les musiciens est-il trop élevé ou trop insuffisant pour moi ? Les objectifs du groupe sont-ils assez précis ou réalistes pour que j'accepte ?…


COMMUNIQUER AU SEIN DU GROUPE

Jouer en groupe, c'est d'abord apprendre à jouer avec les autres. Existe-t-il des conduites à tenir ?

Tout dépend du style musical, car bien souvent le style musical entraîne des attitudes chez les musiciens. Alors que dans le jazz, la mise en place de solos met en avant le talent des musiciens, dans un répertoire de chansons, c'est le chanteur qui est le conducteur, le 'phare' du groupe… Dans ce dernier cas, ce que vient écouter le public, ce sont des textes mis en musique et non la virtuosité de quelques musiciens. Apprendre à jouer en groupe, c'est être au service des morceaux que l'on exécute et non au service de soi. Ce respect donné à la musique est très important, car il conditionne également le rapport entre les musiciens. A ce sujet là, je mettrai un bémol en ce qui concerne les chanteurs de variété qui ont tendance à faire un distinguo entre eux et les musiciens, ce qui va bien sûr à l'encontre de la notion de groupe, d'unité…

Normalement, au fur et à mesure des répétitions, l'esprit du groupe prend forme. Chez les amateurs, le plus difficile est souvent la discipline. Quand deux musiciens discutent pour mettre en place certains détails, il n'est pas rare que les autres musiciens, par impatience, jouent dans leurs coins quelques notes en attendant de reprendre la répétition. Je vous laisse imaginer l'ambiance !

Mais encore…

Les musiciens sont très critiques. Si chaque musicien ne l'était que pour lui-même, je ne pourrais que m'en réjouir. Hélas, leurs jugements débordent trop souvent, comme quand ils s'attaquent à des artistes reconnus, les rejetant plus bas que terre pour un détail souvent insignifiant ou pour un disque moins 'top' ! Quand la critique est futile, quand elle est plus dectructrice que constructive, elle crée au sein du groupe des 'prises de position' souvent irréversibles. C'est un ennemi redoutable. Avec le temps, elle s'insinue, faisant resurgir les rancœurs, justifiant les jalousies et les rivalités, ou parfois d'amers regrets... Elle enflamme le cœur des musiciens et provoque souvent à court terme la dissolution, le renoncement à des projets en commun.


Quelle est la formation idéale pour monter un groupe ?

Généralement le musicien débutant n'aime pas trop s'entourer d'un grand nombre de musiciens. Un groupe formé de deux, trois ou quatre musiciens lui convient bien, d'autant plus, s'il est pianiste. Le pianiste ayant la capacité de jouer des basses et des accords en même temps, la présence d'un flûtiste, d'un trompettiste ou d'un violoniste peut lui suffire. Et, si un bassiste vient compléter le duo, alors ce groupe de musiciens peut être musicalement très efficace en soutenant les différentes tessitures. La basse, pour la partie grave, le piano, qui peut être remplacé par la guitare, pour la partie centrale et l'instrument soliste, telle la flûte, pour les aigus. Ceci est bien sûr un exemple, car il existe de nombreuses autres formules, des plus classiques au plus insolites.


LA PREMIÈRE RÉPÉTITION

Comment doit s'organiser la première répétition ?

Dans les groupes amateurs, son importance est capitale. Pour mener à bien la première répétition, il faut fixer un objectif réaliste. En fonction du niveau des musiciens qui forment le groupe, un, deux ou trois morceaux peuvent servir de base pour démarrer. Des morceaux que tout le monde aime, bien sûr… sinon, la répétition risque de tourner court ! Certains musiciens deviendront alors nerveux, fuyant votre regard, pour peut-être laisser éclater leurs 'revendications' à la fin de la répétition. Si l'on sent un malaise, mieux vaut prévenir que guérir, et ne pas attendre que la tension explose aux prochaines répétitions.

Le climat que vous décrivez est-il différent dans le milieu professionnel ?

Oui, très différent, dans le sens où l'image du musicien, sa renommée, est dans la balance. Généralement, lors d'une répétition, le professionnel est plus à l'écoute, plus posé. Une perte de temps inutile peut l'agacer profondément, surtout quand son emploi de temps est chargé, entre le travail de l'instrument qui peut l'occuper plusieurs heures par jour et ses autres activités professionnelles. Ce qui compte avant tout pour lui, c'est l'efficacité du travail rendu…

Pour en vivre, même si le point fort des contrats se déroule durant le printemps et l'été, le niveau professionnel exige des répétitions régulières tout au long de l'année, et étant donné la concurrence très rude qui existe dans ce milieu, conserver une image de musicien professionnel demande de nombreuses qualités. Mieux vaut avoir une bonne santé et une bonne hygiène de vie, car les décalages horaires et les cadences de travail peuvent vite devenir infernales ; la performance technique qui exige un travail quotidien de l'instrument ; la ponctualité, par respect pour soi, mais également pour les autres ; la promptitude, en d'autres termes l'efficacité... et encore bien d'autres valeurs qui ne me viennent pas à l'esprit maintenant…



COMMENT MONTER UN GROUPE DE MUSIQUE



LES QUESTIONS À SE POSER AVANT DE MONTER UN GROUPE

D'une façon générale, quelles sont les questions que l'on doit se poser lorsqu'on désire monter un groupe ?

La question la plus évidente est certainement : pourquoi ai-je le désir de monter un groupe ? Pour partager la musique que j'aime, par goût d'aventure, parce que je compose… La musique en groupe suggère également des questions plus matérialistes, du style… Quel type d'équipement avons-nous besoin ? D'un ampli, d'un clavier portable, d'une sono, de micros. Et le local pour les répétitions, à deux chez soi, c'est peut-être possible, mais quand M. le Batteur vient s'installer, c'est parfois un sacré problème ! Quel genre de local alors me faut-il ?… Insonorisé ou pas insonorisé ? Pas trop loin, j'espère !

Ensuite se posent les questions de pérennité du groupe. Celui-ci doit-il rester amateur ou doit-il viser un niveau plus professionnel ? La scène, oui, mais comment l'organiser ? Et la recherche des contrats, qui va s'en occuper ? Sans oublier la publicité, les sponsors…

Les questions pratiques sont également au centre des préoccupations. Le transport du matériel peut poser des problèmes… ce qui me fait penser aussitôt aux véhicules… Est-ce que tout le monde peut se déplacer pour les répétitions ?… 'Le temps, le temps est rien d'autre', comme disait l'ami Charles. Lui également à son importance, pas Charles, mais le temps ! (rires). Son organisation est parfois aussi difficile à mettre en place que pour un chef d'entreprise surbooké, surtout quand les musiciens vivent de plusieurs activités.

Mis à la queue leu leu, tout ceci est très impressionnant !

Oui, d'autant plus que j'en oublie certainement. En plus de toute cette organisation finalement classique, il faut rajouter les nombreux accidents de parcours qui viennent souvent enrichir, si j'ose dire, la route du groupe… véhicules en panne, clauses de contrat non honorées, pannes techniques de matériel… Ce sont tous ces éléments qui, mis bout à bout, fabriquent la singularité des groupes, transformant leur histoire musicale en souvenirs inoubliables !

Je comprends mieux à présent pourquoi il faut positiver !

Le musicien n'y pense pas sous cette forme, en faisant l'addition des handicaps. Pour lui, seul le but, l'objectif à atteindre est important. S'il joue en solo et que ses objectifs sont atteints, cela flatte son ego, mais si ceux-ci se produisent au sein d'un groupe, alors, l'ego se dissout dans la communion, avec les autres. La vision que l'on a de la musique est alors transformée de façon encore plus positive et plus authentique.


ORGANISATION D'UN GROUPE SANS LEADER

Pouvez-vous nous expliquer la différence de fonctionnement entre un groupe qui possède un leader et celui qui n'en a pas ?

Généralement le leader du groupe est le membre le plus actif. C'est souvent la personne la plus impliquée car c'est souvent elle qui apporte les compositions, l'esprit du groupe, voire le professionnalisme… Sans une certaine organisation, toute création de groupe finit par échouer. Pour être organisé, il faut bien sûr connaître les tenants et les aboutissants. Une bonne façon d'agir est de constituer le groupe de façon progressive. Un duo qui s'entend bien peut déboucher par la suite sur un trio et ainsi de suite.

Dans un groupe sans leader, il faut savoir partager, suggérer plutôt que d'imposer sa vision, ses idées, même si l'on croit quelles sont indispensables. L'humilité doit d'être présente sans que forcément vous deveniez un être effacé, transparent. Chaque membre du groupe doit jouer à l'équilibriste pour que les désirs, les objectifs de chacun puissent cohabiter et exister au mieux. Suivant les groupes, cela peut prendre du temps pour qu'un équilibre ou un semblant d'équilibre voie le jour. Mais sans équilibre de part et d'autre, point de salut, alors !

A l'évidence, considérez dès le départ, que votre parcours ne sera pas jalonné d'une mais de plusieurs aventures musicales. Cette vision, souvent constatée dans le parcours des musiciens amateurs comme professionnels, témoigne de la difficulté à mettre en œuvre chaque projet musical.

Si je vous suis bien, pour former un groupe qui dure, sans organisation, c'est impossible ?

Pour qu'un groupe fonctionne, il ne doit pas reposer sur un assistanat quelconque. Au sein du groupe, chacun doit prendre sa part de responsabilité. Chaque membre occupe une place précise et si l'un d'eux manque à son devoir, c'est aussitôt l'équilibre du groupe qui vacille. C'est donc du côté de l'exigence que se trouve la véritable difficulté. Cette difficulté peut naître à tout instant, au cours des répétitions, sur scène, dans un changement de mode de vie… Les raisons ne manquent pas.

Dans quelle mesure le côté 'rock-star', le côté capricieux des musiciens intervient-il ?

Pas plus que dans d'autres domaines artistiques, voire moins que dans d'autres ! C'est une idée assez répandue que l'histoire de la musique relaye souvent. Il ne faut certainement pas généraliser ce que les médias reprennent parfois à bon compte. Monter un groupe, ce n'est pas forcément rechercher la célébrité, ni courir après l'argent, mais plutôt posséder beaucoup de motivation, de curiosité et un certain goût pour l'aventure. Bien sûr, l'argent est le nerf de guerre dans la musique comme ailleurs. C'est lui qui permet d'acheter du matériel, qui aide à concrétiser des projets, des ambitions, mais sans motivation, sans objectif précis, quand s'installent le doute ou les rivalités, l'argent n'y fait rien. Bien au contraire, il alimente les dissensions et divise les forces. Si ce que vous recherchez dans la musique est la joie, l'épanouissement, répéter en harmonie quelques morceaux qui tournent bien est déjà très enrichissant !


SUITE L'ORGANISATION D'UN GROUPE DE MUSIQUE