DÉMOS SYNTHÉTISEURS, CARTES SONS...



LE KORG MS 20, DESCRIPTION ET DÉMO DU SYNTHÉTISEUR ANALOGIQUE

Sortie en 1978, le MS 20 de Korg est un petit synthétiseur analogique semi-modulaire qui permet bien des choses. Partons à sa découverte…


DESCRIPTION DU MS 20

Le MS 20 comporte deux parties bien distinctes, l’une est composée des divers réglages de commande tous regroupés sur la partie gauche de l’instrument. La seconde partie concerne en fait toutes les sorties, entrées, liaisons internes du synthétiseur et liaisons avec des instruments électriques externes ou diverses pédales d’expression. Cette partie de l’appareil est équipée de prises jack et permet à l’appareil de regrouper toutes les fonctions sur la partie frontale, ce qui s’avère extrêmement pratique.


LES DEUX OSCILLATEURS

Le grand frère du MS 10 est équipé de deux oscillateurs dotés de deux sélecteurs d’octave, l’un de 32 à 4 et l’autre de 16 à 12. Le VCO-1 possède quatre formes d’ondes alors que le VCO-2 n’en possède que trois, mais dispose par contre d’un modulateur en anneau, ce qui est fort utile pour élaborer des sonorités amples et denses à l’image d’un son d’orgue.

Ces deux oscillateurs sont bien sûr indépendants mais peuvent se conjuguer pour obtenir des combinaisons spécifiques. Les deux oscillateurs ont en commun une forme d’onde baptisée SAW et qui, grâce à sa richesse en harmoniques d’ordre élevé, autorise une grande variété d’effets sonores.

Les ondes triangulaires, rectangulaires ou dérivées appartiennent à l’un ou l’autre des deux oscillateurs. À signaler la présence d’un bruit blanc sur le VCO-1 bien utile pour réaliser des effets de percussion quand est utilisé le séquenceur associé SQ10 en sortie. Les deux oscillateurs disposent de deux réglages indépendants qui permettent de varier le volume respectif de l’un ou de l’autre.

Sur la partie gauche, entre les deux boutons commandant les oscillateurs et les sélecteurs d’octave, on trouve un bouton PW servant à régler la largeur d’impulsion de l’onde rectangulaire. Grâce à une liaison, il peut être utilisé comme commande de profondeur de modulation.

cliquer sur l'image pour agrandir

© Outerise international - La partie "commandes"

À côté, le Pitch permet d’accorder les deux oscillateurs à la même hauteur de son, le VCO-2 par rapport au VCO-1 ; ce choix délibéré est judicieux car il est possible de régler le VCO-2 une tierce ou une quinte plus haut que le VCO-1. En ayant recours à ce procédé lors de l’emploi du modulateur en anneau (Ring sur le VCO-2) et l’onde rectangulaire sur le VCO-1, le son obtenu devient beaucoup plus riche et donne l’impression de disposer d’un troisième oscillateur. Cette combinaison permet d’obtenir de très belles sonorités de type guitare électrique utilisant une pédale de fuzz, surtout dans le registre des basses.


LES FILTRES

Plus à droite, un filtre passe-haut commandé par variation de tension supprime une partie des composants harmoniques en agissant du bas jusqu’au haut du spectre. Tout à côté, un autre bouton également gradué de 0 à 10 fait office de réglage de fréquence de coupure et agit fortement sur la clarté du timbre obtenu. Ces deux fonctions restent néanmoins prédominantes dans l’obtention des diverses sonorités recherchées.

Le rôle du réglage de fréquence de coupure est plus limité. Cette particularité s’étend à l’utilisation exclusive du MS 20 (sans le séquenceur SQ 10 qui lui est associé). Sous ses deux boutons, deux fonctions « Peak » reliées aux deux oscillateurs permettent l’obtention d’un son supplémentaire ; ainsi lorsque ces deux boutons sont utilisés au maximum de leur graduation (10), le filtre se met à osciller, ce qui se traduit par un son métallique qui peut donner à une guitare électrique une coloration « heavy metal » bien particulière.

La fonction EGI/EXT est d’un grand intérêt dans le cas d’un solo par exemple : lorsqu’une note est jouée sur le clavier, la hauteur monte et descend en fonction de la courbe d’enveloppe, on peut de plus la relier au volant de commande situé à gauche du clavier et qui agira sur l’intensité de cet effet. Une note arrêtée pourra alors se mettre à « délirer » sans qu’il soit nécessaire d’utiliser l’effet « Portamento » et sans que l’utilisateur ait à jouer d’autres notes sur le clavier.

Plus bas, deux boutons MG/T.EXT reliés aux deux oscillateurs permettent d’obtenir l’effet « wha-wha » en modulant la fréquence du filtre.

cliquer sur l'image pour agrandir

© Outerise international - La partie "modulaire"

À droite, la partie « modulation generator » comporte deux boutons, le premier engendre un signal de modulation qui permet de choisir entre deux types de forme d’ondes. La fréquence du signal est visualisée par une diode électroluminescente qui clignote plus ou moins vite en fonction de l’onde choisie. Le deuxième bouton permet de faire varier le rythme d’une note répétitive et autorise un tempo plus ou moins rapide, d’une ballade à la Edgar Froese à l’imitation d’un rotor d’hélicoptère.


L’ENVELOPPE DU GÉNÉRATEUR

Elle est dotée des réglages classiques : « Hold time » pour le temps de tenue ; « Decay » pour le temps de chute ; « Attack » pour le temps de l’attaque ; « Sustain » pour le temps de tenue et « Release » pour le temps d’extinction du son.

Le MS 20 est également doté d’un module qui permet de faire entrer d’autres instruments tels que guitare électrique, orgue ou autres synthétiseurs. Ce module comporte un préamplificateur, un filtre passe-bande variable, un détecteur d’enveloppe de déclenchement et un convertisseur traduisant la hauteur du son en tension. Cette possibilité élargit considérablement le champ d’action du MS 20.

Korg a judicieusement pensé à ceux qui aiment expérimenter en fournissant une panoplie de liaisons de type « jack ». Celles-ci occupent la partie droite du panneau et permettent toute une gamme de combinaisons supplémentaires à l'image des synthétiseurs modulaires haut de gamme.

Le clavier du MS 20 de Korg est agréable, à la fois sec et souple, les touches répondent bien et reviennent bien, ce qui est indispensable si l’on souhaite jouer un solo endiablé. Le clavier est doté d’un volant de commande (tension de sortie entre – 5V et + 5 V), ce volant étant commandé directement par la partie droite du MS 20.


EN CONCLUSION

Le MS 20 est très complet et extrêmement compact et léger à transporter. Plus complet que son petit frère le MS 10 qui n’est équipé que d’un seul oscillateur, le MS 20 accepte diverses possibilités telles que l’adjonction d’autres instruments. Les divers modes d’emploi fournis avec le synthétiseur sont bien conçus, clairs et précis, et peuvent permettre à un utilisateur lambda de se faire plaisir et de retrouver l’émotion du bidouilleur de sons sur un instrument tout à fait analogique et au grain inimitable. À la marge de modèles haut de gamme comme le ARP 2600, le MS 20 recèle une très grande souplesse d'utilisation dans le domaine de la programmation pour un semi-modulaire. Cet avantage lui a permis d'ouvrir les champs du possible dans le domaine de la recherche sonore tout en ayant un prix raisonnable et attractif pour l’époque (3 500 Fr. en 1978, soit env. 530 €). Aujourd'hui, le MS 20 de Korg demeure auprès des collectionneurs de matériel vintage, un clavier incontournable.

Par M. Maliarevsky


DÉMO KORG MS 20 par Doctor Mix (en anglais)


PRINCIPALES SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES

  • Modèle MS 20 Korg
  • Synthétiseur analogique semi-modulaire
  • Monophonique
  • Clavier 37 touches
  • Générateur de sons analogique
  • 2 VCO
  • 1 VCA
  • 1 molette de modulation
  • 1 filtre passe-haut de 6 dB par octave
  • 1 filtre passe-bas de 12 dB par octave
  • 1 LFO (modulation generator)
  • Bruit blanc et rose
  • 1 sortie mono
  • Année de sortie : 1978
  • Prix d’origine converti en Euros : env. 530€

Pour info : depuis 2013, Korg a re-commercialisé le MS 20 en deux versions : le MS-20 Mini, qui est une copie exacte du MS-20 original avec entrée MIDI (mais à 86 % de la taille du synthétiseur authentique ?), et le MS-20 Kit, une version à taille réelle livrée en kit et à monter soi-même.