PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE ET DES INSTRUMENTS



LE CLAVIOLINE, L'ANCÊTRE DU SYNTHÉTISEUR ANALOGIQUE

Le Clavioline est un antique clavier monophonique doté d’un seul oscillateur et d’une amplification à lampe. Instrument avant-gardiste, il permettait de reproduire avec une étonnante fidélité sonore de nombreux instruments de musique, en particulier, le violoncelle, violon, saxophone, clarinette, accordéon, ainsi que de nombreux timbres d’orgues. Un simple changement de registres permettait d’obtenir plus de cent combinaisons de timbres musicaux. Une véritable révolution qui, encore aujourd’hui, enchante les adeptes de la musique électro !


QUELQUES MOTS SUR LE CLAVIOLINE

C’est en 1947 que le Clavioline voit le jour sous les doigts de Constant Martin, électronicien. Le Clavioline est alors un clavier avant-gardiste pour plein de raisons. Outre ses nombreuses sonorités et sa genouillère "magique", il peut se fixer sous le clavier du piano comme second clavier tout en étant fonctionnel et autonome grâce à son amplificateur et son haut-parleur. Transformé en instrument soliste, le Clavioline est muni d’un support métallique réglable en hauteur conçu spécialement pour lui offrir une grande stabilité au sol. Son clavier 3 octaves, certes limité, est extensible à 5 par le jeu des transpositions.

Présentation publicitaire du Clavioline par Selmer


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Connu comme fabricant de saxophones dont la qualité à fait le tour du monde, Selmer tentera un temps l’aventure des claviers en commercialisant le Clavioline en 1954. Deux modèles seront fabriqués : le modèle Standard et le modèle Luxe. Le modèle Luxe comprend en plus du modèle standard les timbres suivants :

  • Effet de contrebasse à l’archet.
  • Contrebasse piquée.
  • Clarinette, clarinette basse et contrebasse.
  • Timbre accordéon.
  • Timbre orgue d’église et de cinéma de meilleure facture.

Le Luxe possède en outre des basses additionnelles qui peuvent donner l’impression d’avoir plusieurs instruments à la fois.

Commercialement parlant, Selmer ventait alors le Clavioline comme un instrument d’exception, capable d’attirer le mélomane grâce à sa musicalité, mais aussi le pianiste qui avait désormais à portée de main un clavier d’appoint extrêmement pratique et pourvu d’une palette sonore fort riche. Et bien que n’étant pas un guide-chant, le Clavioline sera également vendu comme outil pédagogique auprès des écoles.

Bien évidemment, avec le recul, cette imagerie publicitaire peut faire sourire, mais nous sommes dans les années 50 et l’électronique d’alors est encore balbutiante. Chaque pas en avant, même petit, est toujours perçu comme une véritable révolution. Cela est d’autant plus vrai pour le Clavioline qui, soit dit en passant, ne laissera pas insensible les pays anglo-saxons en étant distribué en Angleterre mais aussi aux États-Unis… Ce qui est fort rare !


LA DESCRIPTION DU CLAVIOLINE

cliquez sur l'image pour agrandir

Le Clavioline est un instrument électronique qui se compose d’une console contenant un clavier et d’un amplificateur à lampes avec haut-parleur. (1) La console contient tous les organes générateurs de sons. Outre un clavier de trois octaves avec des touches en bois et ivoire et un système de transposition donnant deux octaves supplémentaires, le clavioline est équipé d’une série de registres (22 boutons poussoir) venant contrôler les timbres, le choix de l’octave et l’attaque. Un vibrato est également présent, réglable en vitesse et en intensité + une étonnante genouillère d’expression. Deux boutons placés sur les côtés permettent d’accorder sur chaque sonorité l’ensemble des cinq octaves, avec une marge d’un demi-ton en dessus et en dessous du diapason. Le dispositif est donc suffisamment simple pour que quiconque l’ait en main au bout de quelques minutes.

1 – D’origine, l’appareil était livré avec un régulateur de tension pour supporter les variations de tension d’alors. À noter les phénomènes d’induction (ronflements) produits par le transformateur quand celui-ci était placé trop près du Clavioline.

La liste des instruments présents sur le modèle 'Luxe'

Violon ; Alto ; Violoncelle ; Effet de contrebasse jazz à l'archet ; Contrebasse piquée ; Saxo ; Trompette; Trompette bouchée ; Trombone ; Cor de chasse ; Cor d'orchestre ; Cor anglais ; Basson ; Haubois ; Haubois d'amour ; Clarinette ; Clarinette basse ; Clarinette contrebasse ; Flûte ; Flûte arabe ; Cornemuse ; Fifre ; Guitare Hawaïenne (1 et 2) ; Guitare électrique ; Banjo ; Mandoline ; Clavecin ; Scie musicale ; Accordéon ; Harmonica ; Huit timbres d'orgue de cinéma ; Cinq timbres d'orgue d'église (trompette, cornet, montre, salicet, flûte).

LA FIXATION DU CLAVIOLINE AU PIANO

La pose du clavioline sous le clavier du piano est extrêmement simple. Il suffit de fixer les deux glissières fournies avec l’appareil grâce à des vis, et en les écartant suffisamment l’une de l’autre pour permettre une position aisée de la jambe droite (le pied sur la pédale de droite et le genou contre la genouillère d’expression du clavioline).


LE FONCTIONNEMENT DU CLAVIOLINE

Le clavier du Clavioline ne permet que le jeu monodique. Son utilisation la plus normale est l’exécution du chant de la partition avec la main droite, l’accompagnement se faisant de la main gauche sur le piano. Le Clavioline peut bien sûr être joué en solo par un autre exécutant, l’appareil étant alors posé sur son support en aluminium.

L'ÉTONNANTE GENOUILLÈRE D’EXPRESSION

Véritable ancêtre des molettes d’expression si chère aux synthétiseurs, la genouillère d’expression est l’argument ultime de ce petit clavier quand on souhaite restituer toute l’âme d’un instrument. L’exemple du violon démontre son utilité…

Pour l’imitation de cet instrument, la main droite sur le Clavioline remplace la main gauche du violoniste et la genouillère d’expression remplace l’archet. On ne joue donc pas avec la main, mais avec la genouillère ; toute l’expression dépendant de cette dernière. Au violon, une pression du poignet sur l’archet augmente le volume du son, une pression sur la genouillère donnera le même effet et inversement. Si une suite de notes liées doit être jouée très rapidement, il faut avoir un doigté très souple et jouer doucement. Pour bien reproduire le staccato, le doigté doit être détaché, et une brève pression sur la genouillère vers la droite est recommandée à chaque note.

Autre utilisation de la genouillère avec la guitare hawaïenne. Les notes sont ici frappées avec la genouillère aux 3/4 de sa course ; dès que la note est entendue, le musicien ramène la genouillère progressivement à sa place d’origine en fonction de la durée de la note. L’effet de glissando est obtenu avec un doigté lié au maximum, toujours en ramenant la genouillère vers la gauche.

Enfin, la genouillère d’expression est aussi très utile pour les instruments à vent. Par exemple, pour reproduire un instrument à vent dans le style staccato (où le souffle doit être préparé et retenu par le diaphragme, avant d’être libéré par la langue), l’effet est obtenu avec le Clavioline en laissant la genouillère dans la position engagée pendant tout le passage staccato. Un meilleur effet peut être obtenu en ramenant la genouillère sur la gauche, une fois chaque note entendue, surtout dans le jeu du trombone.

Pour l'exécutant, combiner en même temps le vibrato, la hauteur du son et l’expression relève alors de l’exploit. Toutefois, ces quelques exemples démontrent le grand intérêt du Clavioline et de sa genouillère à une époque où tout reste encore à inventer mais aussi à prouver. (2)

2 – Le clavioline est un instrument qui va évoluer, car l’électronique est alors perçu positivement aussi bien par les ingénieurs que par les interprètes d’une musique avant-gardiste. Si, au départ, l’instrument est considéré comme un clavier d’appoint, un « jouet » capable de distraire grâce à ses multiples sonorités, il dérivera pour devenir finalement un instrument recommandable, préfigurant l’arrivée des synthétiseurs analogiques des années 60.


THE TORNADOES Telstar (1962)


EN CONCLUSION

Pas tout à fait un synthétiseur ni un orgue électronique, le Clavioline ne pouvait que séduire les musiciens aventuriers. Dès les années 60, il attirera aussi bien les artistes venus de la musique rock (The Beatles, The Tornadoes - le son cosmique et la mélodie de leur tube Telstar, c’est lui) que les compositeurs de musique de films, Enno Morricone et Michel Magne en tête. Aujourd’hui, le Clavioline est encore utilisé. La musique électro a peut-être trouvé là son chaînon manquant faisant corps avec le passé. C'est dire !

  par PATRICK MARTIAL