PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

MATÉRIEL DE MUSIQUE



ACHETER UN ORDINATEUR POUR HOME-STUDIO

L'ordinateur est à la base de tout home-studio dit "numérique". Aujourd'hui encore plus qu'hier, la création musicale passe "entre ses mains". Il en est la pièce maîtresse. En MAO (Musique Assistée par Ordinateur), il faut tout d'abord bien choisir ses outils, pour travailler dans de bonnes conditions. La configuration de l'ordinateur est cruciale.



HOME STUDIO : L'ORDINATEUR, L'OUTIL INDISPENSABLE

Longtemps resté légèrement en retrait derrière le Mac, voire l'Atari (aujourd'hui presque plus utilisé), le PC d'aujourd'hui peut rivaliser sans pudeur d'égal à égal avec la concurrence. La stabilité accrue de Windows n'est pas un hasard dans cette réussite. Face au Mac, le PC offre un choix plus important de logiciel et joue sur la diversité de ses possibilités et un prix plus attractif. Le PC représente aujourd'hui un choix assez cohérent dans l'univers de la MAO, sans oublier qu'en fonction de son usage, celui-ci entraînera certaines exigences.

Du processeur au disque dur, en passant par la carte-sons et la mémoire, les besoins pour réaliser une séquence MIDI ou un enregistrement audio sur plusieurs pistes ne sont pas les mêmes. Ainsi, un système "musclé" pourra sans peine satisfaire les moindres exigences, qu'elles soient audio ou pas.



Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


LA SÉQUENCE MIDI

C'est la moins gourmande. À l'époque où Atari était la vedette (les années 80), de nombreux musiciens professionnels travaillaient avec cet ordinateur qui offrait déjà pour l'époque toute l'implantation que nous connaissons aujourd'hui. Il était possible de réaliser des séquences à la programmation complexe, tout en se limitant à moins de 1 Mo de mémoire vive… et c'est tout !

Si l'arrivée de l'audio précipite le déclin d'Atari, le MIDI reste jusque dans le milieu des années 1990 le support de travail et d'échange préféré du musicien programmeur. Aujourd'hui, ceux qui utilisent uniquement le MIDI sont rares. Toutefois, en fonction de son utilisation, le MIDI peut encore relever le défi. Tout n'est pas forcément subordonné à l'audio. L'édition de partitions ou la programmation de synthétiseurs par l'utilisation de séquenceur MIDI sont tout à fait satisfaisantes. Les événements MIDI réclame peu de ressources alors que le fonctionnement des logiciels actuels et des OS (XP ou Vista) nécessitent une configuration bien plus importante.


QUELLE ORDINATEUR UTILISER ?

Si les premières versions de Cubase tournaient correctement sur un 486DX, aujourd'hui, les générations de processeurs ont fait des progrès considérables et les logiciels s'en sont largement servi pour évoluer de concert. Le confort de travail s'est accru. Les machines sont plus rapides et apportent une aisance supérieure à un processeur un peu "juste". À partir d'un ordinateur équipé du Pentium 1, vous pouvez travailler avec le MIDI. Les modèles Pentium suivants ne peuvent donc s'en sortir que haut la main. Une mémoire vive de 32 Mo est largement suffisante pour le MIDI, de même pour le disque dur qui n'a pas besoin d'être important. Une séquence MIDI conséquente est toujours inférieure à 1 Mo… rien à voir avec les fichiers audio, même compressés (MP3) qui demandent beaucoup plus d'espace. Les fichiers MIDI portent l'extension ".mid".


LA SÉQUENCE AUDIO

Quand on travaille en audionumérique, il est inutile de ressortir les vieilles machines d'antan, d'autant plus qu'à chaque nouvelle génération de PC, comme par effet de mode, de nombreux utilisateurs s'empressent d'oublier qu'ils pouvaient travailler de manière efficace avec la génération précédente. Il est bon de souligner que cet engouement pour la nouveauté est souvent lié à des logiciels et des OS de plus en plus "gourmand". En règle générale, plus le nombre de pistes et d'effets sont importants, plus la machine doit être puissante.


LE CHOIX DU PROCESSEUR

Le processeur est un des éléments déterminants dans le traitement des données audio. L'emploi d'effets en temps réel (réverbération, compression, chorus, etc.) augmente considérablement le nombre de calculs et sollicite ainsi davantage le processeur. S'il est possible de travailler à partir d'un Pentium 233 MHz, l'utilisation d'un Pentium II 250 MHz ou supérieur, vous apportera plus de confort grâce à sa réserve de puissance supérieure. La plupart des PC d'aujourd'hui dépassent allègrement 1 GHz. Choisissez donc un processeur rapide, tout en restant raisonnable en rapport puissance/prix (ne négligez pas le budget consacré aux autres composants et périphériques).

NB : Si Intel, le fabriquant du Pentium est très présent sur le marché, la marque AMD est un sérieux concurrent, en proposant ses fameux Athlon et Duron qui, à puissance équivalente, se révèlent souvent moins chers (parfois 50% de différence de prix en faveur d'AMD).


LA MÉMOIRE

La mémoire vive (RAM) doit être en rapport avec la puissance du processeur et des exigences de l'OS. Comptez un minimum de 256 ou 512 Mo de mémoire vive. Comme pour le processeur, une quantité plus élevée de mémoire vous apportera plus de confort dans l'utilisation du PC. La RAM est plus que nécessaire si vous souhaitez utiliser beaucoup de pistes audio en même temps. Cet investissement ne doit pas être négligé, d'autant que le prix de la RAM a considérablement diminué ces dernières années.


LE DISQUE DUR

L'audionumérique est gourmand en terme de stockage de données temporaire. Une minute de son échantillonné en stéréo qualité CD (44,1 kHz) occupe environ 10 Mo. Si vous enregistrez un morceau de 3 minutes 30 sur huit pistes en stéréo, près de 300 Mo seront nécessaires pour le stocker sous sa forme originale, non réduite et non compressée. Prévoyez large et n'hésitez pas à investir dans le gigaoctets. Aujourd'hui, le moindre des disques dur proposé dans le commerce possède une capacité de 40 Giga… de quoi réaliser quelques morceaux !


LA CARTE GRAPHIQUE

Elle ne représente pas le centre névralgique d'une configuration musicale, si l'on excepte les modèles de cartes qui proposent un double affichage simultané sur 2 monitors. De cette façon, vous pourrez par exemple travailler sur une séquence à l'aide du premier monitor (écran), tandis que le second affichera, par exemple, la liste des plug-ins actifs ou bien encore une table de mixage de façon permanente. Vous réduirez ainsi de façon considérable la manipulation ouverture/fermeture des fenêtres, tout en rendant votre travail plus efficace.

Autre élément à prendre en compte, la possibilité d'acquérir ou bien d'exporter des signaux vidéos. Rien à voir avec la musique effectivement, mais songez que bon nombre de logiciels musicaux intègrent aujourd'hui des fonctions vidéo et qu'il serait dommage de se priver d'emblée de la possibilité de pouvoir les utiliser.


L'ÉCRAN

Optez au minimum pour un écran 17 pouces (en 4x3), car, dans certaines applications, une résolution élevée est nécessaire pour disposer de beaucoup d'informations lisibles à l'écran. Et pour atteindre cette résolution, un écran de 17 pouces, voire 19 pouces, est indispensable. C'est notamment le cas des séquenceurs, lorsque vous souhaitez afficher plusieurs dizaines de pistes et/ou de mesures de manière simultanée. Les fenêtres d'édition sont également concernées par le problème et si vous ne voulez pas vous abîmer les yeux, une surface d'écran large vous sera d'un grand bénéfice.


QUEL "OPERATING SYSTEM" DOIT-ON CHOISIR ?

Windows règne aujourd'hui de façon drastique sur le monde de l'informatique et les éditeurs de logiciels musicaux suivent le mouvement. Or toutes les applications ne sont pas toujours développées pour les dernières éditions de l'OS de Microsoft. Par ailleurs, étant donné la sensibilité de certains échanges de données musicales, notamment lorsqu'il s'agit par exemple de synchroniser deux horloges ou bien de communiquer via les pilotes ASIO, mieux vaut un OS ancien, mais éprouvé, qu'un système récent mais incertain. Conservez donc toujours une version de votre ancien OS (Windows 98 ou XP pour ceux qui sont sur Vista), au cas où les versions plus récentes se montreraient "capricieuses" avec certains programmes spécifiques. L'idéal est d'installer sur l'ordinateur une double configuration (installation d'un multiboot), avec le nouveau et un ancien OS (XP et Windows 98, par exemple). Dans le cas où vos compétences en informatique seraient minimes, vous trouverez la procédure à suivre en parcourant Internet ("installer un multiboot").


L'UTILISATION DU PORTABLE

Un ordinateur portable peut convenir à une utilisation musicale en MAO, mais avec toutefois quelques inconvénients : la taille de l'écran, souvent un 15 pouces, voire moins ; un choix des périphériques extrêmement réduit, surtout en ce qui concerne la carte son, avec l'impossibilité d'utiliser une carte PCI destinée à un PC de bureau. Il faut donc se contenter des matériels intégrés par les constructeurs ou bien utiliser des périphériques externes avec l'utilisation de port USB. Même si l'ordinateur portable est idéal pour le musicien nomade, n'espérez pas disposer d'un studio numérique aussi modulable et extensible qu'un PC standard. Ce n'est pas le but premier d'un ordinateur portable que d'être le centre névralgique d'un home-studio équipé en numérique ; cependant, vous pourrez toujours l'utiliser pour stocker vos compositions ou pour mixer du MP3.


LA CARTE SON... LA CARTE MAITRESSE

La carte son est le périphérique le plus important d'une configuration en MAO. Il existe de nombreux modèles, chez différents constructeurs, à différents prix et si elles sont capables de lire un fichier audio et de servir d'interface MIDI, toutes n'offrent pas les mêmes caractéristiques. Il est évident que l'on ne peut pas attendre les mêmes services d'une carte à 50 € et d'une carte à 300 €. En général, celles à 50 € sont des cartes dites grand public alors que celles à 300 € sont considérées comme professionnelles.

LA CARTE SON GRAND PUBLIC

Ces cartes sons sont dites "grand public" pour des raisons de distribution à grande échelle et non pour des raisons de caractéristiques intrinsèques. Vous faire une présentation de l'offre actuelle serait long et inutile, d'autant que beaucoup de modèles offrent des possibilités très comparables.

LA CARTE SON PROFESSIONNELLE

Les cartes professionnelles sont souvent livrées avec des racks de grands formats. Elles sont capables de se substituer pratiquement à une table de mixage lorsqu'elles disposent d'un nombre d'entrées/sorties suffisant. Elles sont aptes à communiquer avec le matériel audionumérique couramment utilisé dans les studios (ADAT, DtD…). Enfin, elles embarquent généralement des processeurs suffisants pour décharger le processeur principal de votre PC en prenant en charge les opérations les plus exigeantes (effets en temps réel).