PIANOWEB.fr    " Espace Média "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

DÉMOS SYNTHÉTISEURS, CARTES SONS...



SAMPLEURS ROLAND S-10 ET S-50, DESCRIPTION ET DÉMOS

Au tournant des années 80, pratiquer l’échantillonnage était encore réservé aux plus fortunés. On regardait, parfois on écoutait, mais jamais on pratiquait. Avec l’arrivée du Mirage d’Ensoniq, grâce à son faible coût, un premier pas est franchi. À son tour, la marque Roland va suivre le mouvement en proposant le S-10et le S-50, deux claviers échantillonneurs qui vont bousculer bien des habitudes chez de nombreux claviéristes.


LE SAMPLEUR S-10 ROLAND, LE PETIT FRÈRE

Sans aucune mesure avec la puissance des échantillonneurs actuels, le S-10 et S-50 permettent avec un peu d’ingéniosité la création de sonorités alléchantes. Toutefois l’utilisation de ces deux échantillonneurs, du fait de leur mémoire très limité, ne conduisent pas au même exercice.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Le S-10 possède un clavier dynamique de quatre octaves. Autant le dire tout de suite, son point faible est sa sauvegarde qui s’opère au moyen d’une interface à disquettes de 2,8 pouces ; un format aujourd’hui introuvable que seul un collectionneur de claviers vintage ou le détenteur d’un S-10 pourra vous fournir.

AGRANDIR LA PHOTO

Le S-10 propose 4 échantillons d’une seconde chacun, mais pouvant s’organiser de façons diverses et novatrices. En terme de capacité mémoire, il correspond à peu près au S700 d’Akai. Si vous désirez effectuer des enregistrements un peu plus longs, tout repose dans le fonctionnement du mode « Sampling structure ». Ce secteur s’identifie rapidement par les touches A, B, C, D. Les quatre échantillons sont disponibles séparément en pressant ces touches. Les sept autres touches, situées juste au-dessous, ne sont que des combinaisons de ces quatre échantillons.

Il est possible de spliter ou de coupler les échantillons. AB et CD constituent les modes de couplage et les échantillons sont lus, dans ce cas, l’un à la suite de l’autre. Le couplage permet ainsi de réaliser un « grand sample » à partir de plusieurs petits. Si vous choisissez l’option split, les divers échantillons sont répartis sur le clavier suivant des points de partage.

Chaque seconde d’enregistrement est échantillonnée en 12 bits à une fréquence de 30 kHz, ce qui donne une bande passante de 15 kHz. Si vous choisissez l’option d’enregistrement à 15 kHz, vous aurez un temps d’échantillonnage deux fois plus long, mais une bande passante limitée à 4,5 kHz. Au final, en couplant les quatre échantillons ABCD à la fréquence la plus basse, vous pourrez enregistrer un son d’une durée maximum de 8 secondes.


LA CRÉATION D’UN ÉCHANTILLON

Le déclenchement de l’enregistrement d’un échantillon est soit manuel ou automatique via un seuil de puissance comme sur les machines plus perfectionnées. Il faut préalablement choisir le mode du secteur « Sampling structure » et ensuite choisir la fréquence d’échantillonnage. Pour un contrôle maximum, le S-10 est conçu de telle sorte que le signal introduit par la prise d’échantillonnage est renvoyé par la prise audio comme s’il s’agissait d’une troisième tête d’un magnétophone à bandes. Cette possibilité technique permet d’obtenir au final un son correspondant à vos attentes.

L’étape suivante est la touche « standby ». C’est elle qui permet de contrôler l’entrée du signal – volume, saturation - grâce à sa visualisation sous forme d’un vu-mètre LCD. Ensuite en appuyant sur la touche « start », l’enregistrement démarre manuellement ou automatiquement suivant le paramétrage choisi.


LOOP ET SAUVEGARDE

Une fois l’enregistrement accompli, une recherche automatique du point de loop est opérée pour les échantillons dont le son est encore audible au « End point ». Si la recherche de ce point est trop longue, vous pouvez à tout moment la stopper en utilisant une des touches du Sampling structure ».

Pour sauvegarder les échantillons, il est nécessaire d’enregistrer chaque section de 1 seconde sur une face de disquette avec la possibilité de donner à tous ces échantillons un nom unique. Pour charger un échantillon, la manœuvre pourra être effectuée automatiquement en pressant uniquement sur la touche « Load ». Après chaque enregistrement partiel, le S-10 demandera simplement à l’utilisateur de changer de face ou de disquette (Roland a eu la bonne idée de proposer un petit casier range-disquettes que l’on accroche au dos de l’appareil).


LE MODE ÉDITION ET LE JEU

Dans le mode « Edit » on trouve toutes les fonctions couramment rencontrées sur les échantillonneurs réputés, sauf que pour le S-10, on a dû réduire pour aller à l’essentiel : bouclage, enveloppe d’amplitude, « tuning » de la note d’origine, mode de répétition de l’échantillon et sensibilité à la vélocité.

Pour commander toutes ces fonctions, le S-10 utilise une touche pour appeler le mode et l’Alpha-dial (potentiomètre rotatif sans fin) pour sélectionner un paramètre, et deux poussoirs « + » et « - » pour les modifier. Des fonctions « cachées » peuvent être appelées en appuyant simultanément sur deux touches.

Les points forts sont la possibilité de connaître le pourcentage restant de mémoire utilisée et la présence d’un bouclage alterné, utile pour réaliser proprement des loops difficiles. De même, dans le mode « Wave modify », la présence d’un ajustement de niveau, d’une inversion de l’échantillon, d’un échange d’échantillon (swap) et d’un filtre numérique s’avéreront souvent utiles.

Concernant les paramètres de jeu, le S-10 dispose de plusieurs fonctions intéressantes, notamment un vibrato programmable, un arpégiateur (d’une étendue de 3 octaves), et un petit delay. À cela s’ajoute le « Dual tone » qui permet d’entendre deux échantillons en pressant une seule touche et le « Velo-mix » qui déclenche le second échantillons en fonction de la vélocité (utile pour des sonorités de type « piano »). Dans ce cas, la polyphonie initiale de 8 notes passe à 4.


EN CONCLUSION…

Pour l’époque, le S-10 était une bonne affaire. Son prix bas (10 500 F) n’exclue pas d’obtenir des samples de qualité. Pour l’anecdote, parmi les échantillons fournis on peut entendre les violons de chez Ensoniq et les chœurs de chez Fairlight. C’est dire ! Cependant, il ne faut pas rêver, l’obtention d’un beau son de piano est irréaliste, mais pour des sons de lead, des nappes ou des percussions, le S-10 est un bon sampleur.


DÉMO S-50 - SUNDAY PAPER


SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES

  • Polyphonie max : 8 voix.
  • Échantillonnage : 12 bits, 30kHz.
  • Multitimbral à 4 parties.
  • Mémoire : 256k, 4.4 secondes à 30 kHz.
  • Filtre passe-haut et passe-bas.
  • 1 arpégiateur.
  • Clavier 49 touches avec vélocité.
  • MIDI IN, Out, Thru.
  • Année de sortie : 1986.
  • Prix d’origine converti en euro et tenant compte de l’inflation : 2 780 €
  • Prix marché d’occasion : à partir de 100 €



LE SAMPLEUR S-50 ROLAND, LE GRAND FRÈRE

Quels sont les possibilités offertes par le S-50 ? Comme pour le S-10, la fréquence d’échantillonnage est la même 15 Hz et 30 kHz en 12 bits. La différence notable avec le petit frère est d’avoir sous la main 16 échantillons au lieu de 4 sur un clavier étendu à 5 octaves. Le S-50 donne la possibilité d’être raccordé à un moniteur monochrome ou à un poste de télévision muni d’une prise péritel afin de faciliter les manœuvres de programmation (toujours plus pratique qu’un écran LCD)

Côté enregistrement, le S-50 est divisé en deux groupes (A et B). Chacun peut contenir un maximum de 8 échantillons avec une durée totale de 7,2 secondes à 30 kHz, soit 14,4 secondes en tout. Lors de l’enregistrement, il est possible de le démarrer en utilisant une commande externe (pédale).

AGRANDIR LA PHOTO

Côté édition, le S-50 est plus complet que le S-10. Concernant le splitage du clavier, on peut affecter n’importe quelle note du clavier à un son de son choix sans avoir à préciser un début et une fin de split. On pourra par exemple, si l’on a deux échantillons à spliter, placer le premier sur les touches noires, et le deuxième sur les blanches ; on crée ainsi une cinquantaine de point de split, opération irréalisable sur la plupart des échantillonneurs de l’époque (et encore sur certains modèles actuels). Une fonction « Split info » permet de vérifier que tout est correct.

Côté interface, on y trouve certes les fonctions primordiales permettant d’exécuter des sauvegardes mais on constate aussi de sérieuses lacunes : on ne peut que manipuler la mémoire entière tant en lecture qu’en écriture. Si tel n’est pas votre désir, vous pourrez avoir recours à diverses fonctions telles que « load tone » ou à certaines commandes du mode « Edit » plus ou moins hasardeuses. Par contre l’équipement MIDI est complet, aftertouch compris.


QUELQUES SONORITÉS ISSUES DU S50


EN CONCLUSION…

Mis à part les indéniables qualités techniques du S-50, nous sommes cependant encore loin de la perfection. La programmation comprend quelques faiblesses que le S-10 évite. Par contre, là où le S-10 réclame des disquettes 2,8 pouces, le S-50 utilise un standard plus conventionnel, le 3,5 pouces, beaucoup moins rare. Un décompte est prévu lors du chargement des données.

Autre atout, la prolifération des connexions : sorties audio séparées, une sortie « mix » et quelques fiches pour contacteurs ou pédales de volume. Le rapport signal/bruit étant de 80 dB, il y a peu de souffle, sauf si on utilise les effets en sortie.

Avec l’utilisation d’un écran, la gestion devient plus facile. Tout est alors visualisé clairement, graphiquement. On assiste à toutes sortes d’aides visuelles, notamment en ce qui concerne le point de bouclage.

Simple à utiliser, le S-50 se révèle être une bonne machine, puissante avec ses possibilités de diversification portant sur son utilisation, puisque l’on peut passer du multi-échantillonnage d’un seul instrument acoustique à l’enregistrement de 16 sonorités toutes différentes avec une entière maîtrise du clavier.

À noter qu’il existe une version expandeur : le S550.

Mr SLICK (démo s550)


SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES

  • Polyphonie max : 16 voix.
  • Échantillonage : 12 bits, 30kHz, variable.
  • Multitimbral : 4 parties, 4 outputs.
  • Mémoire : 756kb, 28.8 seconds à 30 kHz.
  • Filtre : passe-haut, passe-bas.
  • 1 arpégiateur/séquenceur.
  • Clavier : 61 touches avec vélocité et aftertouch.
  • MIDI : In, Out et Thru.
  • Année de sortie : 1986 –1987, pour le S550.
  • Prix d’origine converti en euro et tenant compte de l’inflation : 5 500 €
  • Prix marché d’occasion : à partir de 150 €