PIANOWEB.fr    " Espace Infos "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

INFO



SAMSON FRANCOIS, LE PIANISTE AMOUREUX DE LA NUIT
(Samson de la nuit, par Dominique Chryssoulis - un roman biographique)

Paru en février 2018 aux éditions du Jardin d’Essai, Samson de la nuit (1), roman poétique et musical sur le grand pianiste Samson François (1924-1970) est un double hommage : à l’interprète halluciné du Gaspard de la nuit de Ravel, et à l’insomniaque amoureux de la nuit qui hantait après ses concerts les restaurants, les boîtes de jazz, les bars ouverts très tard, traînant avec lui les amis qui auraient souvent aimé se coucher plus tôt… Samson François était un noctambule comme on en rencontre peu. « Le matin, disait-il, tous les bruits sont faux ».


SAMSON FRANCOIS, RETOUR SUR L’ENFANT PRODIGE

Samson rencontre très tôt le piano, ce meuble étrange sur lequel sa mère joue de petits airs faciles. Il comprend vite qu’en tapant sur les touches blanches et noires on obtient des sons différents.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Samson de la nuit - Dominique Chryssoulis

Il donne son premier concert à huit ans à Bordighera, sur la Riviera italienne. Mais la rencontre décisive de sa vie est Cortot, à la faveur d’une série de concerts que le Maestro donne à Nice, où la famille s’est installée après de nombreux changement d'adresses.

Cortot parvient à convaincre ses parents de déménager pour Paris afin que Samson puisse suivre les cours de son École normale de Musique et du Conservatoire. S’il donne parfois du fil à retordre à ses professeurs, comme en témoigna Marguerite Long, on reconnaît vite en lui un talent hors norme.

À dix ans, sa vie implose avec la mort de son père d’une crise cardiaque. Ce deuil précoce creuse en lui une faille pour le reste de ses jours.


LE TALENT ET LE CHARME

À dix-sept ans, Samson François donne son premier concert parisien avec l’orchestre Lamoureux dirigé par Eugène Bigot. Un triomphe, suivi d’autres, innombrables, en France et dans le monde entier. À son jeu inimitable s’ajoute son charme personnel. On le voit à la télévision, on l’acclame à la sortie des concerts comme une rock star, on se bouscule pour un autographe, il enchante et il séduit.

Josette Bhavsar, rencontrée lors d’une soirée à laquelle il est invité lui résiste un temps. Bien qu’amoureuse, elle pressent un danger à se lier à cet homme dont l’immaturité et le besoin de séduire crèvent les yeux. Mais elle cesse de résister, un enfant s’annonce, ils se marient dans l’intimité. Un fils, Maximilien, naît quelques mois plus tard.

Heureux au début de s’être stabilisé avec une famille en bonne et due forme, Samson rue assez vite dans les brancards. Il reprend une vie libre plus conforme à ses habitudes. Quand il repasse par Paris entre deux tournées éreintantes, il préfère dormir dans les beaux hôtels de la capitale, pas loin de la Salle Wagram où il enregistre ses disques tard dans la nuit, au grand dam de l’équipe technique qui l’attend parfois des heures.


UNE ROMANTIQUE ÉTOILE FILANTE

Tout au long de sa carrière, Samson enchaîne les concerts sans discontinuer, d’un pays à un autre, allant aussi porter la musique avec les JMF (Jeunesses musicales de France) dans de petites villes de France où jamais un autre pianiste ne s’était aventuré.

Noctambule infatigable, toujours à l’affût d’un plaisir nouveau, dépensant sans compter, incapable de repos malgré des signaux du corps alarmants, Samson ne peut vivre que dans un allegro permanent. Ses forces commencent à s’user prématurément, il tient le coup avec cigarettes et alcool, même à l’hôpital où il les cache sous son lit.

Le corps se rebelle. Les éloges dithyrambiques qui accompagnaient ses concerts dans la presse laissent peu à peu place au doute, quand ce n’est pas à d’amers constats. Il se murmure qu’il rate un concert sur deux. Même l’amour d’une jeune danoise, Hanne Rasmussen, rencontrée après son divorce d’avec Josette Bhavsar, échoue à stabiliser sa vie.

Au terme d’une existence brûlée avec panache, il meurt prématurément en 1970 d’un infarctus – le troisième – dans un palace avant une séance d’enregistrement de son intégrale Debussy. Il n’a que quarante-six ans.


LE LIVRE

Comme toute bonne romancière, le livre de Dominique Chryssoulis abonde de détails descriptifs. Étape par étape, l’auteure nous invite à découvrir les différentes facettes de la vie du pianiste Samson François.

Issu d’une famille modeste, bien à l’écart d’un monde musical bourgeois « respectueux des traditions », Samson François reçoit une éducation musicale cadrée, austère, dirigée par des pédagogues exigeants. Vif et curieux, cet enseignement brisera une grande part de son élan naturel.

De fait, et tout bon pianiste qu’il fut, Samson est d’abord décrit comme un enfant replié et taciturne. Insomniaque dès l’enfance, la nuit va être son décor. Elle l’inspire. Seul dans son monde, il le deviendra encore bien plus quand son père décèdera et qu’il cherchera à se défaire de sa relation fusionnelle avec sa mère. La liberté sera alors son moteur. Devenu adulte, l’homme séduisant et charmeur trouvera enfin dans la musique l’assurance d’obtenir la reconnaissance de ses pairs et l’admiration du public.

Chez Dominique Chryssoulis les phrases sont courtes, énergiques. L’alternance du ‘je’ témoin (Samson) et du ‘il’ descriptif (la narratrice) nous incite à suivre pas à pas la vie tumultueuse de cet artiste qui s’égara dans les profondeurs de la nuit, au pays des noctambules, dans des lieux sombres, enfumés, où l'alcool et les âmes tourmentées se donnent rendez-vous.

Au fil des pages, le récit littéraire évolue… Du lecteur curieux nous devenons le confident intime, puis le témoin d’une lente destruction existentielle. Alcoolique, affaiblie et malade, devenu l’ombre de lui-même, l'éternel amoureux de Baudelaire réclamera un amour que personne n’entendra ou n’aura envie de voir. La mort, son amie silencieuse, l’emportera en 1970.

L’intérêt du livre ‘Samson de la nuit’ est sans nul doute dans ces nombreuses descriptions qui dressent un tableau précis du milieu musical d’avant et d’après-guerre (l’éducation artistique, l’ambiance des concerts, les salles de spectacle, les festivals…) et de la vie de Samson François : l'enfance, les premiers pas dans la musique, sa relation avec sa mère, la vie dans les hôtels, son rapport à Chopin, Debussy, à la nuit aussi, si présente avec son « folklore », sans oublier les capricieux enregistrements en studio et la galerie d’artistes prestigieux qui parcoure l’ouvrage au fil des pages.

Ces contextes historiques, enrichis d’anecdotes, situent parfaitement le pianiste à chaque étape de sa vie : l’enfant solitaire et timide, l’homme amoureux, le pianiste audacieux et facétieux, mais aussi l’artiste prisonnier de ses doutes, redoutant l'issue fatale jusqu'à la perte de repère, jusqu'à l’anéantissement d’une carrière couronnée de succès.

Adulé comme une star, ce Samson de la nuit - racontée avec passion par Dominique Chryssoulis - séduira aussi bien le musicien par le luxe de détails concernant sa carrière et ses interprétations, que l’amoureux du piano par son récit admiratif et éclairé.

  par ELIAN JOUGLA (Piano Web - 03/2018)


1 - Samson de la nuit est le surnom donné par son ami le cinéaste Claude Santelli, qui l’avait suivi six mois pour en tirer un très beau film en deux parties pour la télévision :Portait du pianiste, Samson François.


SOURCES DOCUMENTAIRES

Le livre de Dominique Chryssoulis s'appuie sur de nombreuses sources. Les voici :

  • Samson François, histoires de... mille vies, Maximilien Samson François, Bleu nuit éditeur, 2002.
  • Samson François, l'enchanteur du piano, film documentaire de Maximilien Samson François et Christain Girier, 1998.
  • Samson François, le poète du piano, Jean Roy, éditions Josette Lyon, 1997.
  • Scarbo, le roman de Samson François, Jérôme Spycket, Van de Velde - Payot, Lausanne, 1985.
  • Portrait du pianiste, Samson François, film documentaire de Claude Santelli, 1966.
  • Le Tombeau de Samson, Philippe de La Genardière, Actes Sud, Paris, 1998.
  • Service des Archives départementales de la ville de Menton.
  • Samson François, l’édition intégrale, 36 CD, EMI Classics.

À PROPOS DE DOMINIQUE CHRYSSOULIS

Dominique Chryssoulis

Dominique Chryssoulis est romancière et auteure dramatique. Une dizaine de ses pièces de théâtre ont été mises en scène et représentées à Paris, d’autres ont été lues en public, comme Anamrhart au 'Théâtre du Rond-Point'.

Deux de ses romans ont été primés :Vie de Mathilde Sincy (2008) et Fantaisies d’été (2010). Sa dernière pièce, La mer qu’on voit danser/The crossing, a été à l’affiche du 'Théâtre de l’Opprimé' à Paris, en février 2018.

Elle co-réalise depuis 2017 La nouvelle revue du 'Jardin d’Essai'.

Samson de la nuit, paru en février 2018 au 'Jardin d’Essai', est son huitième roman, centré sur le rapport singulier de Samson avec la nuit. S’il est rigoureusement documenté, il n’en reste pas moins une œuvre littéraire de par sa construction, son écriture poétique qui tente de saisir « de l’intérieur » avec empathie, quasi amoureusement, le mystère d’un homme et d’un artiste flamboyant et tourmenté, follement romantique et doté d’un immense talent.

À paraître aux éditions l’Échappée belle en 2018 :L’Assoluta de Cuba, roman sur la grande danseuse classique cubaine Alicia Alonso.

En cours de création :Madre mía, pièce de théâtre sur les bébés volés du franquisme.

Visiter le site de Dominique Chryssoulis