PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LES PIANISTES DE JAZZ



DON PULLEN, UN PIANISTE DE JAZZ AU STYLE INIMITABLE

Si Don Pullen dans ses solos s'inspire du blues et du gospel, ses débordements, ses envolées débridées font appel à la dissonance tout en restant très lyrique, ce qui explique en partie son succès. Il est un exemple rarissime du musicien novateur dans un style relevant de l'avant-garde du jazz et souvent décrié : le free jazz.


LES DATES IMPORTANTES DE LA VIE DE DON PULLEN


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


  • 1944 - Naissance de Don Pullen le 25 décembre 1944, à Roanoke, en Virginie (Etats-Unis). Son père guitariste et chanteur l'initie à la musique.
  • 1954 - Il étudie le piano sous l'influence de son cousin, le pianiste Clyde Fats Wright et commence par jouer sur un orgue à l'église. Il fait partie de petits ensembles de blues et de R'n'B locaux. Ses études l'amènent à l'université Johnson C. Smith à Charlotte (Caroline du Nord) où il se familiarise avec le jazz.
  • 1955 - Don Pullen reçoit un diplôme du Johnson C. Smith College de Charlotte, avant de se produire dans des tournées "alimentaires" en jouant de l'orgue. Il s'installe à Chicago et rencontre des musiciens avant-gardistes. Il travaille avec Muhal Richard Abrams pendant quelques semaines ("Pendant ces quelques semaines où je suis resté avec Muhal, je pense avoir vieilli de cinq années !", précise t-il).
  • 1964 - Il se rend à New-York où le bassiste Lewis Worell lui présente Guiseppe Logan et Milford Graves. Avec Guiseppe Logan, il va graver ses premiers enregistrements pour le label ESP.
  • 1965 - Don Pullen joue avec un quartette à "Town Hall" avant de monter un duo avec Milford Graves (bat), formation qui sera en activité jusqu'en 1968.
  • 1967 - Pour gagner sa vie, il partage son activité professionnelle entre des orchestres traditionnels de R'n'B, où il joue de l'orgue et le milieu free jazz, en y participant de façon active.
  • 1973 / 1975 - Charles Mingus (b) l'engage dans son quintette, malgré des différences de point de vue concernant l'emploi du piano. Puis il rejoint Art Blakey (bat) et les Jazz Messengers.
  • 1975 - Don Pullen commence sa carrière en tant que leader, en solo (Sackville, Horo, Black Saint) ou en quartet. Il enregistre aussi avec différentes formations comprenant entres autres Chico Freeman, Sam Rivers ou Joseph Jarman.
  • 1976 - Il part en tournée en Europe.
  • 1978 - Don Pullen dirige un quartette composé de George Adams (sax), Cameron Brown (b) et de Dannie Richmond (bat) qu'il avait connu au sein de la formation de Charles Mingus. Nommé le George Adams / Don Pullen quartet, la formation réalisera plusieurs disques sous les labels Blue Note, Soul Note et Timeless. Cette collaboration durera pendant près de 10 ans.
  • 1980 - Il enregistre avec Maceo Parker (sax) et, en duo, avec Jane Bunnett (sax, fl) avant de monter un groupe composé du saxophoniste Carlos Ward et du percussionniste africain Mor Thiam et mêlant les influences brésiliennes et africaines "African-Brazilian Connection".
  • 1991 - Don Pullen entre dans la formation Roots, qui comprend des ex-leader du mouvement free jazz : Chico Freeman (sax) et Sam Rivers (sax) et joue avec John Scofield (g). Pour des raisons de santé, il se retire quelques temps de la scène avant de réapparaître l'année suivante.
  • 1994 - Cet année là, il signe son dernier projet musical : Sacred Common Ground, basé sur la rencontre du jazz avec les musiques traditionnelles des indiens d'Amérique.
  • 1995 - Don Pullen décède d'un cancer des os à 54 ans, le 22 avril 1995, à East Orange (New Jersey / États-Unis).

DON PULLEN, UN STYLE À PART

Si l'on n'est pas un fanatique de la musique free jazz, style souvent difficile d'accès pour un puriste ou un candide et si l'on souhaite découvrir Don Pullen, je vous conseille d'écouter l'album Live Again, son disque certainement le moins "free".

Déjà dans cet album, la personnalité musicale de Don Pullen est en place : son jeu rythmique, son accompagnement nuancé, tantôt discret ou poussant le soliste au plus loin de ses possibilités. Dans ses improvisations, le style "Don Pullen" est facilement reconnaissable. Il commence souvent en suivant la mélodie, puis en la paraphrasant, laissant peu à peu le côté blues ou bop, pour se jeter à corps perdu dans un jeu "out", mêlant des phrases d'une grande vélocité et des attaques percutantes d'une grande densité.


DON PULLEN/GEORGE ADAMS QUARTET - SERENADE FOR SARIAH (ext.)


Son jeu "en dehors", consiste en un savant décalage en avant du temps, un peu à la façon de John Coltrane (sax). La juxtaposition des styles (blues, gospel, R'n'B et bop mais aussi africain et brésilien) enrichit son discours et fait de lui un pianiste à part, voire atypique dans l'histoire du jazz.

Si le free jazz a souvent été décrié par la critique et par les puristes d'un jazz traditionnel, Don Pullen est capable de rendre l'intensité d'une œuvre avec une grande rigueur non seulement rythmique mais aussi émotionnelle. C'est d'ailleurs dans les albums les plus free (comme Magic Triangle) que l'on perçoit toute la force et le génie de Don Pullen, n'hésitant pas à rassembler autour de lui des musiciens venant d'autres horizons. Il a donné au piano "free jazz" ses lettres de noblesse, démontrant par là-même, toute la difficulté technique de ce style.