PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

PÉDAGOGIE



2e VOLET : EXERCICES D’ÉCHAUFFEMENT DES DOIGTS AVANT DE JOUER AU PIANO

Cette page fait suite à 'De l‘importance du geste technique sur le piano’.

Comme tout geste technique demande un minimum de préparations pour apporter un résultat significatif, nous vous proposons dans cette page quatre exercices qui ne nécessitent aucun instrument pour être pratiqués. Ils sont classés par niveau de difficulté et permettent de bien échauffer et étirer les doigts avant de jouer.


QUATRE EXERCICES LUDIQUES POUR ÉCHAUFFER, ASSOUPLIR ET RENFORCER LES DOIGTS DE LA MAIN

Pour chaque exercice, voici trois règles de conduite à tenir :

  • 1. Rester décontracté, relâché durant l’exercice (ne signifie pas être avachi ou mou).
  • 2. Travailler toujours lentement en vous concentrant sur chaque décomposition du mouvement à exécuter. Effectuer chaque geste consciemment, permet de préparer la concentration.
  • 3. Être respectueux de sa morphologie – si handicap – pour que le mouvement s’exécute avec souplesse et éviter les blessures corporelles.

PREMIER EXERCICE



Ad Block


La position.

L’exercice s’exécute debout ou assis.

Conseils préventifs liés à cet exercice.

Cet exercice est facile à exécuter. Un enfant de cinq ans peut y parvenir. Une dizaine de cycles est suffisant pour commencer à ressentir un début d’échauffement des doigts. Il n’y a pas de danger à le pratiquer.

Décomposition du mouvement.

  • 1. Bras repliés et coudes écartés du buste, joindre les deux mains l’une contre l’autre devant soi et tenir tous les doigts bien droits (comme un geste de prière). Il faut avoir un maximum de superficies de peau en contact (paumes comprises).
  • 2. Écarter lentement les 5 doigts au maximum tout en maintenant le contact physique des deux mains, de façon à créer des espaces vides entre chaque doigt.
  • 3. Croiser les doigts des deux mains et les replier dans les espaces vides de façon à ce que les deux mains deviennent solidaires l’une de l’autre (à la façon d’un point fermé).
  • 4. Déplier les doigts puis revenez à la phase 1 de l’exercice.

Fin du cycle.


DEUXIÈME EXERCICE

La position.

L’exercice s’exécute debout ou assis, mains séparées ou ensembles.

Conseils préventifs liés à cet exercice.

Cet exercice consiste à travailler la souplesse globale de la main pour acquérir un surplus de vivacité et de détente. Aucune contre-indication à son exécution, quel que soit l’âge.

Décomposition du mouvement.

  • 1. Bras replié et coude écarté du buste, main devant soi et poing fermé.
  • 2. Ouvrir la main rapidement en tendant au maximum les doigts tout en les écartant le plus possible.
  • 3. Maintenir la position durant quelques secondes.
  • 4. Replier doucement les doigts pour revenir à la phase 1 de l'exercice.

Fin du cycle.


TROISIÈME EXERCICE

La position.

L’exercice s’exécute assis face à une table, dos droit et mains séparées. Tenir la main comme pour jouer du piano. Les doigts doivent être légèrement arrondis et leur extrémité au contact de la table. Le poignet ne doit pas toucher la table et se maintenir (sans raideur) dans le prolongement des doigts pour former avec l’avant-bras une ligne horizontale.

Conseils préventifs liés à cet exercice.

L’exercice peut se pratiquer dès l’âge de cinq ans. Efficace dans le domaine de l’élasticité des doigts, son exécution demande toutefois d’être vigilant (la surveillance par un enseignant est indispensable si c’est un enfant en bas âge qui l’exécute).

Surtout ne pas forcer et ne pas s’aider de l’autre main pour réussir le cycle complet. Les doigts et la main sont des « outils fragiles » !

Décomposition du mouvement.

  • 1. Décoller le pouce lentement de la table vers le haut tout en maintenant les autres doigts au contact de la table. Reposer ensuite le pouce. Reproduire le mouvement plusieurs fois.
  • 2. Faire de même avec l’index tout en maintenant le doigt arrondi. C’est uniquement la 3e phalange qui doit se soulever.
  • 3. Reproduire le même mouvement de la même façon avec les autres doigts.

Observation : Décoller chaque doigt de quelques millimètres de la table, c’est déjà bien. Il est fort possible que vous rencontriez des difficultés au moment de soulever l'auriculaire et l’annulaire, mais rien d’inquiétant à cela ! Pour autant, n'insistez pas outre mesure. Ce n'est pas un exercice de musculation, mais d'assouplissement, ne l'oubliez pas !

Fin du cycle.


QUATRIÈME EXERCICE

La position.

L’exercice s’exécute assis, dos droit, mains séparées. Une partie (ou la totalité) de l’avant-bras doit être posée à plat sur une table, avec la paume de la main dirigée vers le plafond, les doigts dépliés et légèrement écartés.

Conseils préventifs liés à cet exercice.

Cet exercice est le plus difficile. C’est pour cette raison qu’il contient trois phases, la dernière étant la plus difficile. Suivant la souplesse des articulations, tous les doigts risquent fort de ne pas réagir de la même façon. Bien souvent le replie de l’annulaire entraîne dans sa « course » l’auriculaire, voire le majeur qui se soulève à son tour de la table. Ce problème d’indépendance n’est pas rare et n’a rien de dramatique.

Comme pour le précédent exercice, surtout ne pas forcer et ne pas maintenir à plat le(s) doigts récalcitrants en s’aidant de l’autre main ! (risque de tendinite ou de blessure articulaire)

L’autre précaution à prendre pour exécuter proprement cet exercice est de veiller à ce que le pouce ne se soulève au moment de replier les autres doigts, ce qui oblige (et indique) que la main est bien posée à plat et reste à l’horizontale sur la table.

Décomposition du mouvement.

PHASE 1.

  • 1. Dos de la main à plat sur la table et doigts légèrement écartés, essayer de replier le pouce de façon à ce qu’il vienne toucher l’intérieur de la paume de la main, tout en conservant au maximum les autres doigts au contact de la table. Puis le déplier pour qu’il revienne à sa position initiale. Reproduire le mouvement plusieurs fois.
  • 2. Toujours avec la main à plat, reproduire le même mouvement mais cette fois avec les autres quatre doigts de la main, tous ensemble (le pouce doit rester au contact de la table). Déplier les quatre doigts pour qu’ils reviennent à leur place initiale. Reproduire le mouvement plusieurs fois.

Fin du cycle.

PHASE 2.

  • 1. Contrairement à la phase 1, au lieu de replier les quatre doigts en même temps (index, majeur, annulaire et auriculaire), replier les doigts par paire : index/majeur, puis annulaire/auriculaire.

Fin du cycle.

PHASE 3.

  • 1. Contrairement à la phase 2, au lieu de replier les doigts par paire, replier chaque doigt individuellement en commençant par l’index.

Fin du cycle.


CONCLUSION

Chaque exercice repose sur des critères précis.

Les deux premiers n’offrent aucune contre-indication à leur pratique et permettent de bien échauffer les doigts pour éviter tout « claquage ». Ils sont donc fort utiles en étant préventif, surtout si l’on doit jouer dans une pièce froide ou un lieu humide.

En règle générale, celui ou celle qui, un jour, a vécu le « claquage » d’un doigt ne l’oublie jamais. Pour le musicien, la sensation de douleur du doigt irrigue rapidement la main avant de remonter dans l’avant-bras. Dès lors, la moindre pression exercée sur la touche du piano (ou sur une corde) par le doigt produit une douleur très vive qui, si le cas n’est pas trop grave, s’estompe au bout de quelques heures.

Les deux derniers exercices sont difficiles à exécuter correctement. Il ne faut surtout pas penser ni agir dans l’intention d’atteindre une indépendance des doigts dans les heures ou les jours qui suivent. Il n’est pas question de performance. On peut très bien jouer correctement de nombreuses difficultés techniques sur un piano même quand l’annulaire n’est pas totalement désolidariser des doigts qui l’entourent.

Ces quatre exercices constituent surtout une bonne base pour entretenir la souplesse des doigts avant de jouer. Pensez comme un sportif de haut niveau qui conçoit l’échauffement de son corps comme un entraînement nécessaire avant de fournir l’effort. Faites en votre quotidien et ménager un espace temps à cette intention, et tout ira bien !

par ELIAN JOUGLA


SUITE. 3e VOLET : IMPORTANCE DE LA POSTURE ET DE SON MAINTIEN


PARTICIPER/PUBLIER : EN SAVOIR PLUS
Facebook  Twitter  YouTube
haut
haut
Accueil
Copyright © 2003-2021 - Piano Web All rights reserved

Ce site est protégé par la "Société des Gens de Lettres"

Nos références sur le Web - © Copyright & Mentions légales
×

Si une extension de type 'Adblock' (ou assimilée) est installée sur votre navigateur, celle-ci empêchera de consulter certaines pages de ce site dans leur intégralité. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce site collaboratif d'exister durablement. Pour obtenir un accès total, vous devez désactiver l'extension.