PIANOWEB.fr    " Espace Infos "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

INFO



HERBIE HANCOCK, LE PIANISTE CAMÉLÉON DU JAZZ

Dans l’histoire du piano jazz, Herbie Hancok a eu un parcours artistique des plus atypique comme en témoigne ses soixante années de carrière. À 80 ans, l’ancien compagnon de route de Miles Davis est toujours là, prêt à nous faire vivre encore quelques heureuse surprises…


SORTIR DU CADRE IMPOSÉ

C’est au sein du quintette de Miles Davis entre 1963 et 1968 que le pianiste va se faire un nom. Si jouer auprès de Miles Davis est déjà en soi une performance, Hancock est surtout un pianiste précurseur.

De formation classique, Hancock a mené sa carrière sans oublier les repères qui l’avaient construit. Faisant une croix sur ses ambitions de devenir un champion de base-ball, ce sont des circonstances familiales qui le pousseront vers le piano.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Comme de nombreux jeunes enfants Noirs, face à la ségrégation et au racisme, le jeune Herbie devait se distinguer et jouer des coudes pour exister dans l’Amérique d’alors. Sa chance, voire son ingéniosité, sera de saisir les époques qu’il a traversées.

Quand son premier album paraît (Taking Off) il n’a que 22 ans et seulement un an de plus quand Miles Davis l’engage. Brillante entrée en matière, et déjà des compositions qui font date : Watermelon Man, Cantaloupe Island, Maiden Voyage.

© CBS Télévision - Herbie Hancock du temps des 'Headhunters' (1976)

Miles et Herbie ont en commun d’être des musiciens en quête de nouvelles expériences. Hancock est un pianiste inspiré, mais aussi un excellent compositeur et improvisateur, ce qui ne gâche rien. Du jazz modal des années 60, il naviguera avec la même assurance et le même bonheur dans le jazz funk et la musique pop des années 70/80.

À cette époque où le jazz s’acoquine avec le rock, Hancock choisit la route du funk en créant 'The Headhunters'. Une drôle d’échappée musicale pour ce pianiste fervent admirateur de Debussy et de Ravel. Mais le succès est là, et ceux qui avaient suivi son parcours chez Miles seront, pour la plupart, très dubitatifs en découvrant que l'auteur de Maiden Voyage avait oublié de prendre son piano pour s’emparer d’une myriade de claviers électroniques !


HERBIE HANCOCK : WATERMELON MAN (2011)
En introduction de cette vidéo Herbie Hancock explique comment il a composé Watermelon Man et comment Mongo Santamaria l'a influencé. Il interprète ensuite les versions originales de 1962 puis celle de 1973 façon 'Headhunters'.

VOIR LA VIDÉO

FACE AUX CRITIQUES

Quand il quitte Miles Davis, le souffle de la liberté est toujours à ses côtés. Hancock guide ses choix artistiques de main de maître. Dans les années 70, la musique afro-américaine est à un tournant. C’est à ce moment précis qu’il comprend toute l’importance de sortir du cadre en inventant de nouveaux espaces sonores. Au moment où il commence à utiliser les synthétiseurs, ces instruments-là ne sont pas perçus comme de véritables instruments. La grande majorité des pianistes considèrent encore les synthétiseurs comme des gadgets sonores incapables de se substituer au moindre des instruments acoustiques.

Qu'importe ! La détermination est là et l'inspiration aussi ; une inspiration qu'il va chercher chez les swahilis et dans les polyphonies des chants pygmées. Son « voyage en terre inconnue » trouve déjà une première réponse dans un des titres majeurs de sa période funk avec Chameleon (1973). D’autres disques tout aussi éblouissants imprimeront le style avec force, dont l’excellent Man-child (1975).

Comme pour Miles Davis, la voie suivie par Herbie Hancock consiste à sortir des conventions, de celles qui affirment que le vrai jazz est celui que l’on trouve dans les standards du ‘realbook’. Aussi, quitte à jouer des thèmes immortels, autant utiliser ses propres compositions en les réinventant, ce qu’il fera en reprenant Watermelon Man ou Cantaloupe Island à la sauce funk. Pour le pianiste, il est hors de question de s’enfermer dans une forme académique de son expression artistique.

Herbie Hancock apparaît alors comme un musicien de jazz qui suit « une autre route que ». C’est un chercheur qui bouscule le rythme établi. Même quand il quittera les Headhunters à la fin des années 70, le claviériste va au contraire amplifier sa quête artistique pendant plus de 10 ans. Mais est-ce encore du jazz, diront certains critiques ? Oui, dans le sens où Hancock continue de bâtir des titres sur des harmonies bien connues des jazzmen. Quelle que soit l’emphase des rythmes marqués et syncopés, Hancock laissera toujours une place pour de l’improvisation.


HERBIE HANCOCK : HANG UP YOUR HANG UPS (Live in Munich, 1989)
Herbie Hancock : piano, keyboards - Bill Evans : saxophone - Wah-Wah Watson : guitar - Darryl Jones : bass - Ndugu Chancler : drums - Mino Cinelu : percussion

VOIR LA VIDÉO

En 1983, la sortie de Rock It fait l’effet d’une bombe. Le musicien surprend tout le monde en donnant naissance à une œuvre novatrice que l’on pourrait qualifier de « techno-jazz » au regard d'une culture hip-hop balbutiante et d'un smurf toujours prêt à stimuler les danses de rue. Une fois de plus, les attaques virulentes des plus ardents défenseurs du jazz pleuvent, mais le musicien ne s’en inquiète pas outre mesure. Grâce à cet ovni, Herbie Hancock devient une rock-star, ce qu’il semble vraiment apprécier en étant à la une de nombreux magazines spécialisés.

Toutefois, ne nous y trompons pas, Herbie Hancock reste fidèlement attaché à ses racines jazz. Il n’est pas question de succomber au star-system les yeux fermés. D’ailleurs du temps des Headhunters, le pianiste jouait toujours acoustique avec VSOP, une formation solide qui comprenait Wayne Shorter aux saxophones, Freddie Hubbard à la trompette, Ron Carter à la basse et Tony Williams à la batterie.

La décennie suivante et celle des années 2000 seront même comme un retour aux sources. Sans trop délaisser la « musique pop » qui demeure un excellent « placement » pour durer dans le temps (ses adaptations de Nirvana ou de Prince auront un réel impact sur la jeune génération), Hancock redevient un pianiste de jazz plus « classique » en enregistrant quelques albums acoustiques, en duo avec Wayne Shorter ou un relisant George Gershwin à sa façon. De quoi faire taire les mauvaises langues une bonne fois pour toutes !

© Ice Boy Tell - Herbie Hancock au festival de musique de Freyburg en Allemagne (2017)


UN MUSICIEN JAMAIS À COURT D’IDÉES

La carrière de Herbie Hancock est vraiment celle d’un musicien caméléon. Insaisissable ! Sa carrière n’est-elle pas qu’une suite de coup d’éclat, de volte-face ou de parenthèses inattendues ? Au tournant des années 2010, son duo de piano avec le Chinois Lang Lang souligne une fois de plus son désir de nous surprendre. Sans jamais se renier, le musicien revient aux sources d’une musique classique populaire en compagnie d’un jeune pianiste issu de la nouvelle génération.

Aller de l’avant, telle pourrait être sa devise. En 2012, le voici ambassadeur de bonne volonté auprès de l’Unesco. N’y a-t-il pas là une bonne occasion de redonner du sang neuf au jazz ?

Rendre plus visible et palpable les vertus du jazz, c’est ce que propose sa "Journée Internationale du Jazz" (Jazz Day), une journée qui se déroule chaque année, le dernier jour du mois d’avril, et qui invite les capitales du monde entier à organiser des concerts, des ateliers et colloques autour du jazz actuel et de demain. Depuis maintenant huit ans, de grandes villes ont répondu à son appel en accueillant des musiciens de tous horizons : Istanbul, La Havane, Melbourne, Osaka, Paris, Saint-Pétersbourg, Washington…

Malheureusement, comme nous le savons tous déjà, l’année 2020 sera celle du coronavirus et non du bonheur partagé. Comme d’autres rendez-vous, la manifestation de ‘La journée internationale du jazz’ n’aura pas lieu. Annulée par l’Unesco, elle devait se tenir pour la première fois sur le continent africain, au Cap, en Afrique du Sud. « Ce n’est que partie remise. » ont lancé les organisateurs. Nul doute que Herbie Hancock est du même avis pour appeler de ses vœux ce concept qui lui tient à cœur.

En 2021 ? Peut-être ! Croisons les doigts et espérons.

par ELIAN JOUGLA (Piano Web - 04/2020)


HERBIE HANCOCK : IMPROVISATION AUTOUR DE 'MAIDEN VOYAGE' (live 1989)

VOIR LA VIDÉO

À CONSULTER

BIOGRAPHIE DU PIANISTE HERBIE HANCOCK

HERBIE HANCOCK ET QUINCY JONES : DÉCOUVERTE DU FAIRLIGHT


PARTICIPER/PUBLIER : EN SAVOIR PLUS
Facebook  Twitter  YouTube
haut
haut
Accueil
Copyright © 2003-2020 - Piano Web All rights reserved

Ce site est protégé par la "Société des Gens de Lettres"

Nos références sur le Web - © Copyright & Mentions légales