PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LES PIANISTES DE JAZZ



JELLY ROLL MORTON, UN AUTHENTIQUE INTERPRÈTE DE JAZZ

Très fier de ses ascendances en partie française, Jelly Roll Morton, pianiste et chanteur est un des plus authentiques créateurs de jazz. Il est un innovateur de grand mérite, réussissant à être à la fois l'un des premiers véritables compositeurs de jazz et un de ses plus authentiques interprètes.


LES DATES IMPORTANTES DE LA VIE DE JELLY ROLL MORTON


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


  • 1885/1890 - D'origine créole et française, de son vrai nom Ferdinand Joseph Lamothe, Jelly Roll Morton est né suivant les sources, soit à La Nouvelle-Orléans, le 20 octobre 1890, soit à Gulfport, en Louisiane, le 20 septembre 1895. Il commence par la guitare, qu'il pratique dès l'âge de sept ans. Puis, après avoir écouté un concert de musique classique, il commence à étudier le piano.
  • 1912/1921 - Jelly Roll Morton mène une vie assez chaotique qui n'altère en rien son talent. Ainsi, passe-t-il le plus clair de son temps entre le piano et le tapis vert d'une table de poker. Ses concerts l'amènent à parcourir toute l'Amérique du Nord.
  • 1922 - Il décide de s'installer à Chicago où il reconstitue un orchestre avec lequel il enregistre.
  • 1926/1929 - Cette période constitue l'apogée de sa carrière aussi bien du point de vue artistique que financier. Il joue avec les plus grands musiciens louisianais : Kid Ony (tb), John St-Cyr (banjo), Red Allen (tp).
  • 1930-1935 - Pendant cette période, Jelly Roll Morton fait mieux que de poursuivre la tradition, le style traditionnel de La Nouvelle-Orléans, il la crée, en exaltant la spontanéité des solistes.
  • 1936 - Alors qu'il n'est plus que le pianiste du Jungle Club à Washington, le musicologue Alan Lomax le redécouvre et relance sa carrière.
  • 1938 - Alan Lomax l'installe cette année-là derrière un piano à la Bibliothèque du Congrés et durant plusieurs heures Jelly Roll Morton va évoquer les moments pittoresques de l'époque légendaire de La Nouvelle-Orléans.
  • 1939 - Il décide de s'installer de nouveau à New York et enregistre avec Sydney Bechet (cl, sax), Red Allen (tp) et Albert Nicholas (cl).
  • 1941 - Malade, Jelly Roll Morton s'installe à Los Angeles en 1940 et décède le 10 juillet 1941.

JELLY ROLL MORTON, UN PIANISTE EN AVANCE SUR SON TEMPS

Jelly Roll Morton a transformé le jazz des années 1920/30. Il a donné à la musique ragtime, rigide à cause de son écriture, une aération ouvrant la voie aux improvisations des pianistes de jazz qui allaient suivre. Il a ouvert la voie aux big bands modernes, par des arrangements étudiés, modifiant l'écriture pour une plus grande liberté collective. Le rôle du soliste s'en trouva modifié en laissant libre cours à sa fantaisie.

Compositeur de morceaux excellents pour le jazz, Jelly Roll Morton était et demeure un exemple pour les jazzmen. Dans le cadre de son style, il a toujours essayé d'atteindre à l'originalité. Son honnêteté musicale ont fait de lui pendant un moment l'un des musiciens les plus demandés et payés (la légende dit, qu'il s'était fait incruster des diamants dans les dents).

Chanteur agréable mais peu doué, c'est surtout en tant que pianiste fin, gracieux qu'il est rapidement remarqué à La Nouvelle-Orléans. Vers 1900, il joue déjà du piano dans les nombreuses maisons closes, sachant interpréter tous les genres de l'époque, du ragtime aux mélodies espagnoles. Jelly Roll Morton est un brillant interprète de rags, de blues et des rythmes populaires de Storyville. Parmi ses thèmes favoris citons : The chant, Doctor jazz, Original Jelly Roll blues, Dead man blues, Black bottom stomp, King Porter Stomp.


JELLY ROLL MORTON - KING PORTER STOMP


Dans les années 1920, à Chicago, le personnage est hautain, dédaigneux. Popularité aidant, il rejette les musiques qu'on y joue, qui ne sont pour lui que de pâles imitations de son style, allant jusqu'à se revendiquer comme l'inventeur du jazz. Les musiciens qu'il côtoie ne l'aiment pas vraiment, mais sont éblouis par ses interprétations et sa culture musicale. Sa vie privée est tumultueuse, partagée entre sa passion pour les cartes, le billard et les conquêtes féminines.

Egalement chef d'orchestre, Jelly Roll Morton montre des qualités indéniables d'arrangeur. Les vives couleurs de ses orchestrations et le dessin général de ses œuvres où presque rien n'est improvisé, mais dicté par le chef, où rien n'est jamais surchargé, mais où tout est varié et respire, permettent de juger de l'étendue de ses heureux dons.

Comme beaucoup d'autres musiciens de l'époque, Jelly Roll Morton, qui était autant prodigue de son talent que de son argent, subit les contrecoups de la crise de 1929 et se retire, presque oublié, à Washington. Ses excentricités et sa façon ostentatoire de se présenter précipitent son déclin, même s'il continue à jouer ici et là.

C'est grâce à Alain Lomax, musicologue et folkloriste, qu'il enregistre The saga of Jelly Roll Morton à la fin des années 1930 où il raconte sa vie ponctuant le tout d'une douzaine d'improvisations au piano. On découvrira l'art simple, vif et frais de Jelly Roll Morton, pianiste et chanteur, pour son dernier enregistrement en piano solo, Jelly Roll Morton, quelques temps avant son décès en 1941.

Jelly Roll Morton a inspire de nombreux musiciens et cinéastes : Charles Mingus (b) qui a composé Jelly Roll, Wynton Marsalis (tp), Ennio Morricone pour le film The legend of 1900 (La légende du pianiste sur l'océan), Louis Malle, pour La petite, film dédié au pianiste.

Écouter sa musique


Vous avez aimé cette page ? Partagez-la ou bien suivez-nous !

L'AVIS DES INTERNAUTES

nom : Aste Robert
message : Jelly Roll, on l'écoute par hasard, distraitement, et plus jamais on ne l'oublie. Ça devient une obsession ! comme Louis Armstrong, Basie, Hines, le Duke, etc. (posté le 30/01/2018)