PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

TECHNIQUE ET MAO



L'ORGUE CLASSIQUE : DESCRIPTION ET FONCTIONNEMENT

Cette page fait suite à : HISTOIRE DE L'ORGUE

L’orgue se distingue des autres instruments de musique par ses nombreuses caractéristiques qui le rendent à la fois unique en son genre et exceptionnel par bien des aspects. Sa taille, qui peut être monumentale, et sa tessiture, qui est la plus large de tous les instruments, place tout de suite l'instrument dans une place bien à part. Bien qu’il ait existé des clavecins et des pianos avec pédalier, l’orgue demeure le seul instrument à clavier qui se joue à la fois avec les mains et les pieds et qui dispose d’un grand pédalier permettant la virtuosité...


LES ORGANES DE L'ORGUE


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


L’orgue renferme en son cœur un nombre impressionnant d’organes dont voici les principaux.

LA SOUFFLERIE

Ce sont les poumons de l’instrument.

LES TUYAUX

Ne vous fiez pas à ce que vous voyez : un grand orgue possède derrière sa façade, la « montre », des centaines de tuyaux allant de 10,40 m de haut (32 pieds) jusqu’au tout petit de 1 cm (3/8 de pouce). Les tuyaux sont groupés par familles donnant toute l’étendue chromatique, appelées « registres » ou « jeux ».

LES SOMMIERS

Ils font office d’intermédiaires entre la soufflerie et les tuyaux. Ils reçoivent le « vent », le distribuent dans des canalisations (les gravures), percées de trous qui reçoivent chacun le pied d’un tuyau. Ces trous sont fermés par des soupapes, tant qu’on n’appuie pas sur une touche.

LA CONSOLE

Elle supporte les claviers (de 1 à 5, habituellement 2 ou 3) plus un pédalier.



LES DIFFÉRENTS CLAVIERS CERNÉS PAR LES TIRANTS DE JEUX

LA TRACTION

Complexe dispositif mécanique partant de la console et mettant en action trois séries de mécanismes :

  • Commandes des registres : en tirant un « registre », l’organiste fait passer le « vent » dans la gravure correspondant à tous les tuyaux d’une même famille. Sachez que les claviers de l'orgue deviennent muets si aucun registre de jeu n'est tiré. L'enfoncement d'une touche n'émettra alors aucun son.
  • Commandes reliant la touche du clavier à l’ouverture des soupapes : lorsqu’un « registre » est tiré et que donc l’air arrive à la gravure correspondant à une famille de tuyaux, en appuyant sur la touche on fait « sonner » le tuyau correspondant à la note choisie, tous les autres tuyaux restent silencieux.
  • Les accouplements des claviers entre eux.

Cette traction, faite jusqu’au 20e siècle d’un prodigieux assemblage de réglettes de bois léger et de fils de métal, n’est pas la partie la moins complexe de cette usine à sons qu’est l’orgue… Elle se fait aujourd’hui par transmission électrique, ce qui permet en particulier à l’organiste de se tenir à une certaine distance des tuyaux : mais la traction électrique n’a pas, au dire de certains, toutes les qualités de la traction mécanique.


LES DIFFÉRENTS JEUX

On retrouve sur l’orgue les principales caractéristiques des instruments à vent dans la production du son ; les jeux se distinguent en effet selon le mode de production du son (tuyaux à anche comme la clarinette, tuyaux à bouche comme la flûte à bec), et la forme des tuyaux : cylindriques (larges ou étroits), coniques. Les tuyaux sont généralement en métal (étain et plomb), parfois en bois.

L’orgue étant un domaine fort conservateur, on continue à mesurer les tuyaux en pieds et en pouces, et à dénommer un jeu selon la longueur de son plus long tuyau : jeu de 32 pieds (10,40 m), jeu de 16 pieds, de 8 pieds, de 4 pieds. Un jeu de 8’ sonne selon la note écrite ; un jeu de 4’, à l’octave au-dessus ; un jeu de 16’ à l’octave au-dessous : en tirant 16’ + 8’ + 4’, on fait sonner trois octaves simultanément sur la même touche.

Les jeux se répartissent en trois grandes classes, aux caractéristiques bien tranchées :

1 – LES JEUX DE FONDS



Fonctionnement d'un tuyau

AGRANDIR LA PHOTO

Tuyaux à bouche de différentes séries de tailles, dont les timbres sont différenciés par la largeur ou l’étroitesse du tuyau, l’ouverture ou la fermeture de son extrémité, et divers artifices : pavillons, cheminées…

Les principaux jeux de fonds sont les suivants :

  • montre : grands tuyaux de façade.
  • flûtes : tuyaux larges, son doux et rond.
  • gambes : tuyaux étroits, son plus mordant.
  • bourdons : tuyaux fermés, son doux et voilé.

2 – LES JEUX DE MUTATION OU MIXTURES

Plusieurs tuyaux sont associés pour une même note, donnant la note frappée accompagnée de ses harmoniques, ce qui donne une sonorité plus riche. On y trouve :

  • plein-jeu : 3 à 5 rangs de tuyaux par note, ajoutés à des fonds pour donner une sonorité riche, puissante et éclatante.
  • cymbale : petit plein-jeu.
  • cornet : jeu soliste de 5 à 10 rangs de tuyaux par note, à la sonorité douce et fruitée.

3 – LES JEUX D’ANCHES

Une languette de métal vient vibrer contre un bec à l’intérieur du pied du tuyau. Jeux corsés, hauts en couleur, s’employant en solo ou comme base d’un grand tutti :

  • trompette.
  • cromorne.
  • musette.

L’art de l’organiste consiste d’abord à doser dans la registration l’alliance ou l’opposition des jeux en fonction de l’œuvre à interpréter. Son histoire étant fortement marquée par l'improvisation musicale, celle-ci a été durant longtemps le dénominateur commun à de nombreux compositeurs (dont Bach) et interprètes. A ne pas en douter, les compositions écrites pour l'orgue ne sont probablement qu'une très petite partie de ce que fut le répertoire de cet instrument.

  par PATRICK MARTIAL (07-2014)

(Source : Histoire de la musique occidentale - Massin)