PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LES PIANISTES DE JAZZ



SUN RA, UN PIANISTE DE JAZZ FREE... MAIS ENCORE

L'un des musiciens les plus controversés du jazz moderne, Sun Ra, de son vrai nom Sonny Blond, se produisait sur scène au milieu d'un fatras mêlant l'univers des pharaons et de la science-fiction. Pianiste novateur, Sun Ra déclamait des phrases surprenantes comme celle d'être né sur une autre planète porté par une étrange "philosophie cosmique" . Il passe pour un génie ou pour un fumiste auprès de ceux qui considèrent la musique free jazz comme une musique synonyme de bruit. Sun Ra a enregistré plus de deux cents albums, le plus souvent sur son label Saturn.


LES DATES IMPORTANTES DE LA VIE DE SUN RA


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


  • 1914 - Naissance de Sun Ra le 22 mai 1914 à Birmingham, en Alabama.
  • 1934 - Première direction d'orchestre. Il travaille dans le Midwest par la suite.
  • 1946 - Sun Ra devient le pianiste arrangeur de l'orchestre de Fletcher Henderson.
  • 1953 - Il fonde son premier orchestre qu'il nomme The Arkestra et qui se produit à Chicago.
  • 1961 - De 1961 à 1970, il s'installe à New York. C'est la période la plus faste de Sun Ra, produisant ses disques les plus stimulants.
  • 1970 - A partir de 1970, il vit à Philadelphie. Son orchestre favorise avant tout l'improvisation collective, dans la plus pure tradition du free-jazz, mêlant chants mystiques et pièces issues de la période swing. John Gilmore, Marshall Allen et Pat Patrick sont ses solistes les plus sollicités.
  • 1991 - Il enregistre au Village Vanguard à New York, pour la firme Rounder. Sa discographie est abondante et reprend le plus souvent des titres issus des productions de son ancien label, Saturne.
  • 1993 - Sun Ra décède le 29 mai 1993, dans sa ville natale de Birmingham.

LE MYSTERIEUX SUN RA

Vers 1955, après des années de recherche, de formation, d'écoute et certainement de pratique du jazz bop (Tadd Dameron, Gil Fuller), il apparaît à Chicago à la tête d'un grand orchestre communautaire appelé tour à tour : Solar Archestra, Myth Science Arkestra, Astro Infinity ou bien l'Intergalactic Research Arkestra. Avec le recul, sa musique pourrait bien s'appeler "Afro Solar Bazarkestra". En effet, ce qu'il mettait en scène avec une grandiloquence des plus baroques était proche du théâtre, avec un goût pour le coloré et le clinquant. C'était un cocktail bizarre mêlant les racines du folklore africain et les audaces rythmiques et sonores.

Sun Ra les présentait au public comme étant une réaction personnelle aux grands messages extra-terrestres !

Ses disques, édités confidentiellement sur sa propre marque (Saturn), ne permettent pas de le situer sa démarche musicale de façon claire. Les enregistrements les plus curieux se situent à la fin de sa carrière, au moment où il a laissé la bride sur le cou à ses solistes. Sun Ra utilisait les claviers électroniques pour apporter encore plus de confusion au message délivré (ce qui n'est pas une raison suffisante pour le ranger auprès des musiciens free-jazz les plus audacieux de l'époque). Il est davantage une personnalité excentrique qu'un pur musicien de free-jazz.

Souvent ce que l'on retient de sa discographie impressionnante, sont ses longues cérémonies religieuses entourant ses concerts (parfois quatre heures sans interruption !) et qui sont des pis-aller... La mise-en scène, les jeux de lumières, les projections et les textes poétiques du récitant accompagnaient et fondaient naturellement un spectacle plus ou moins total. Un spectacle de Sun Ra n'était jamais le même. Le musicien se laissait aller dans une mise en scène parfois médiocre, mais où la prétention était affichée. Le message "cosmique" devait passer avant tout !

Néanmoins, l'orchestre de Sun Ra était composé de bons solistes : Julian Priester ( tb), John Gillmore, Marshall Allen, Danny Davis ( sax ), Alan Silva ( b ). La qualité des disques dépendait avant tout de l'inspiration de ses solistes.

L'album le plus intéressant et représentatif de la carrière de Sun Ra est The Singles. C'est une compilation regroupant tous les 26 singles (49 titres) issus de son label et inscrites sous diverses appellations : The Cosmic Rays, Sun Ra & His Arkestra, Sun Ra & His Myth Science Arkestra, Astro-Solar-Infinity Arkestra, Astro-Galactic Arkestra, etc. Les enregistrements couvrent la période de 1955 jusqu'à sa mort en 1993. Les styles sont fort nombreux : calypso, blues, rhythm and blues, swing... L'ensemble est passé à la "moulinette", avec un certain degré de folie, surtout quand c'est traité par Sun Ra.


SUN RA ARKESTRA - MONTREUX 76 (ext.)


Sun Ra est pour le jazz, ce qu'était Frank Zappa pour le rock, bien que la démarche musicale chez ce dernier était portée par une musique plus structurée et moins "folklorique". On trouve à la fin de la carrière de Sun Ra des influences du Velvet Inderground ou des blues façon Tom Waits, voix grave en avant.

Il n'est pas rare de trouver chez certaines formations de hard-rock ou chez les amateurs de ce style, des attirances envers le free-jazz… une musique qui mélange les styles sous le couvert d'une violence sonore souvent incontrôlée.

Écouter sa musique