PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LE SAVIEZ-VOUS ?



LES CONSÉQUENCES DE L’USAGE DE LA PÉDALE FORTE

Une grande partie de la littérature pianistique est née grâce à l’usage de la pédale forte. Indispensable dans certains cas, son usage doit être cependant modéré pour que son rôle ne soit pas altéré…


QUAND LES NOTES ENTRENT EN RÉSONANCES...

Il fut un temps où les claviéristes jouaient sans la pédale forte. Les instruments à clavier en étaient dépourvus et la musique s’interprétait en conséquence. Pour contourner le problème, une certaine stratégie d’écriture poussa les compositeurs à proposer une musique tenant compte de cette absence, dont la plus représentative est caractérisée par l’accentuation du jeu lié (chevauchement de plusieurs voies réparties sur les deux mains, voire une seule) et par l’utilisation d’intervalles limités (pour obtenir une certaine densité et cohérence sonore). Ce genre d’écriture, que l’on rencontre souvent en musique baroque, oblige les mains du claviériste à demeurer « collées » aux touches.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Conjointement à l’essor du piano, l’utilisation de la pédale forte va libérer le jeu du claviériste mais aussi bousculer les idées des compositeurs. Une véritable révolution est en marche, et il devient inimaginable d’écouter une œuvre pianistique sans l’utilisation de cette pédale magique. Avec l’arrivée du piano « moderne » et du prolongement du « sustain » (maintien de la résonance), la pédale forte devient pour les compositeurs du 19e et 20e siècle comme une offrande à laquelle il est difficile de résister. Les notes « portent » et des compositeurs comme Satie ou Debussy exploitent abondamment son usage.

Grâce à la pédale forte, toutes les notes peuvent entrer en résonances : les graves se mélangent aux médiums et aux aigus pour constituer un ensemble sonore plus ou moins limpide en fonction du jeu. Désormais, le pianiste est en mesure de lever ses mains du clavier tout en laissant résonner les dernières touches jouées. Les mains, enfin libérées, peuvent se déplacer vers la gauche ou vers la droite pour occuper tout l’espace du clavier comme jamais auparavant, provoquant une inflation irrémédiable de la technique pianistique à travers de nombreuses œuvres parfois très difficiles (Chopin et Liszt ne s’en priveront pas). L’usage de la pédale conduira également à l’éclosion de certains styles pianistiques comme le stride ou le ragtime où abondent d’incessants déplacements de la main gauche.


LE REVERS DE LA PÉDALE FORTE

Si la pédale a libéré le jeu du pianiste, et si indirectement elle lui a fourni les clés pour devenir encore plus autonome et indépendant, son usage a directement placé en confrontation le pianiste avec sa technique. En effet, une utilisation maladroite de la pédale conduit trop souvent à l’effet contraire que celui recherché. Un magma sonore indigeste s’élève alors dans l’air et rend le jeu du pianiste incompréhensible aux oreilles de chacun.

L’emploi d’une pédale forte abusive est un piège dans lequel de nombreux pianistes échouent. Alors que sur les partitions classiques son usage est généralement cadré, il n‘en est pas de même quand on se lance librement dans des œuvres contemporaines (chanson, jazz, blues, etc.) où la confrontation avec l’outil s’opère sans filet. Les quelques règles élémentaires, que tout bon enseignant s’empressera de transmettre à son élève, sont généralement insuffisantes pour déjouer tous les pièges instaurés par de tels répertoires. De plus, cette difficulté s’accroît en fonction de la résonance des notes délivrée par l’instrument. Par exemple, l’usage de la pédale forte sur certaines sonorités émanant des synthétiseurs sont, dans ce sens, encore plus diaboliques à maîtriser que sur un piano… Si, si je vous assure !

  par ELIAN JOUGLA

En savoir + : Comment utiliser la pédale forte au piano