PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LES PIANISTES DE JAZZ



ALBERT AMMONS, LE BOOGIE-WOOGIE AU BOUT DES DOIGTS

Albert Ammons est un pianiste qui a consacré sa carrière au boogie-woogie. Son jeu puissant, empreint de swing, a parcouru tous les registres du piano. Il est considéré comme l'un des trois grands pianistes du boogie-woogie avec Pete Johnson et Meade Lux Lewis. Il est le père du saxophoniste Gene Ammons.


LES DATES IMPORTANTES DE LA VIE DE ALBERT AMMONS


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


  • 1907 - Albert Ammons est né à Chicago, en Illinois, le 23 septembre.
  • 1917 - Il apprend le piano grâce à ses parents, eux-mêmes pianistes, puis s'essaye aux percussions (tambour) et au clairon à l'adolescence.
  • 1924 - Albert Ammons travaille en tant que chauffeur de taxi pour une compagnie de Chicago tout en continuant à perfectionner l'art du blues en écoutant des pianistes comme Jimmy Yancey ou Hersal Thomas.
  • 1929/1934 - Il commence par jouer dans des orchestres locaux avant de créer son propre groupe : les "Rhythm Kings".
  • 1936 - Albert Ammons enregistre ses premiers disques en solo, en duo et trio.
  • 1938 - Il intervient au Carnegie Hall de New York pour un concert exceptionnel ("From spirituals to swing") en compagnie de Meade Lux Lewis et de Pete Johnson. Il crée avec ce dernier un duo de piano boogie-woogie et part en tournée aux U.S.A.
  • 1941 - Malgré un doigt qu'il se sectionne en préparant un hamburger et une paralysie partielle des deux mains, il n'arrête pas de jouer et continue ses tournées.
  • 1949 - Quelques jours avant sa mort, le 2 décembre 1949, il joue au Mama Yancey's Parlour.

ALBERT AMMONS, UNE VIE BRÈVE MAIS RICHE

Albert Ammons est une source d'inspiration majeure pour des générations de musiciens improvisateurs : Dr. John, Johnnie Johnson, Katie Webster, Ray Bryant, Erroll Garner, etc. Sa renommée est étroitement liée au style très en vogue à l'époque, le boogie-woogie. Ses interventions pianistiques remarquées et remarquables font de lui un des pianistes majeurs de ce style.

Ce musicien au tempérament fougueux avait hérité de ses aïeux la technique stride, mais également celle du blues qu'il découvre à l'âge de 12 ans. C'est pour lui la révélation. La musique blues l'emporte et le transporte. Il sera influencé par les pianistes Jimmy et Alonzo Yancey, Hersal Thomas et Jimmy Blythe, et trouve en Clarence "Pinetop" Smith une aide précieuse grâce aux encouragements et aux conseils qu'il reçoit de lui.


ALBERT AMMONS - SWANEE RIVER BOOGIE (ext.)


En 1924, alors qu'il travaille comme chauffeur de taxi, il se lie d'amitié avec un collègue de travail qui partage comme lui une véritable passion pour le piano blues et boogie, c'est Meade Lux Lewis. Dans leurs heures de libre, les deux hommes jouent ensemble dans un entrepôt où règne un vieux piano triomphant. Improvisant parfois des boogies-woogies à quatre mains, ils s'entraînent et perfectionnent leur style, jouant parfois devant un public de passants médusés par ce qu'ils entendent.

Quelques années plus tard, les deux pianistes commencent sérieusement à travailler en équipe tout en ayant chacun leur carrière individuelle. De 1934 à 1936, Albert Ammons se produit avec son groupe au Delisa Club de Chicago. Le style "Ammons boogie-woogie" prend forme lorsqu'il enregistre en 1936 pour Decca Records son premier disque. Les musiciens Dalbert Clair, Jimmy Hoskins, Israel Crosby et Guy Kelly participent à l'aventure. Réunis sous le nom des "Rhythm Kings", ils enregistrent "Swanee River Boogie" et "Boogie Woogie Stomp".

Le disque se vend bien et Albert Ammons décide de partir à New York. Peu de temps après s'être installé, il rencontre le pianiste Pete Johnson qui, comme lui, pratique le boogie-woogie. Les deux musiciens sympathisent et décident de se produire ensemble au Cafe Society. Fort de leur succès, ils sont rejoints par Meade Lux Lewis et par Big Joe Turner, un spécialiste de blues et de rhythm and blues. Parfois, des musiciens comme Harry James et Benny Goodman viennent se joindre aux pianistes pour des bœufs improvisés.

"23 décembre 1938" est la date à retenir. Celle d'un concert qui a lancé l'engouement du boogie-woogie. Nous sommes au Carnegie Hall de New York. Le concert From spirituals to swing fait salle comble. Ammons, Johnson et Lewis enflamment la salle prestigieuse. A cette époque, tout le monde veut faire du boogie-woogie ; même les grands orchestres de jazz rentrent dans la danse.

Pendant les années qui suivent, Albert Ammons est très sollicité. De 1938 à 1939, il enregistre une série de titres en solo ("The Blues", "Boogie Woogie Stomp"), mais également en duo avec Meade "Lux" Lewis. Le 7 avril 1939, des blues et des boogie-woogies sont enregistrés en compagnie du guitariste Teddy Bunn, du contrebassiste Johnny Williams et du batteur Sidney Catlett. En 1941, il retrouve son ami Pete Johnson pour quelques enregistrements en duo pour la compagnie Victor.

Bien que l'engouement du boogie-woogie commence à s'éteindre à partir de 1945, le film Boogie-Woogie Dream (1944) met en valeur le musicien dans quelques scènes. Pete Johnson, la chanteuse Lena Horne et l'orchestre de Teddy Wilson sont également à l'affiche. Par la suite, et malgré la paralysie partielle de ses mains, Albert Ammons continuera à produire toujours un boogie-woogie éclatant et inventif.

De retour à Chicago en 1946 et jusqu'à l'année de sa mort en 1949, il enregistre pour Mercury Records, parfois sous son nom, en compagnie du contrebassiste Israel Crosby, parfois en tant qu'accompagnateur (il enregistrera quelques titres avec la chanteuse de blues Sippie Wallace, entouré des guitaristes Lonnie Johnson et Ike Perkins).

Peu de temps avant sa disparition, il aura l'occasion d'enregistrer avec son fils, le saxophoniste Gene Ammons et celle de se produire à la Maison Blanche, face au président Harry S. Truman. Seulement âgé de 42 ans, Albert Ammons sera enterré au cimetière de Lincoln à Blue Island dans le comté de Cook en Illinois.

Pour le 100e anniversaire de sa naissance, en 2007, un hommage lui a été rendu à travers l'album intitulé "A Tribute To Albert Ammons".

Écouter sa musique : Albert Ammons discographie


Vous avez aimé cette page ? Partagez-la ou bien suivez-nous !

L'AVIS DES INTERNAUTES

Soyez la première personne à publier votre message ici, en remplissant le formulaire ci-dessous.