PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LES PIANISTES DE JAZZ



ERROLL GARNER, LE JAZZ DU PIANISTE AUTODIDACTE

Artiste à redécouvrir à chaque interprétation (il aimait interpréter les mêmes thèmes dans des versions et des tonalités différentes). Erroll Garner était un magicien de la scène avec ses larges sourires et ses yeux rieurs. Il avait le plaisir de jouer tout simplement. Il maîtrisait toutes les techniques du piano jazz tout en étant autodidacte... Il ne savait pas lire la musique. Homme en contretemps de son époque, Erroll Garner n'intégrera jamais le be-bop et sera ignoré des critiques, mais adulé par le public et les musiciens.


LES DATES IMPORTANTES DE LA VIE D'ERROLL GARNER


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


  • 1921 - Erroll Garner est né à Pittsburgh, en Pennsylvanie, le 15 juin 1921. Il apprend à jouer en regardant son frère prendre des cours de piano. A 10 ans, il se produit à la radio au sein d'un orchestre d'enfants.
  • 1944 - Il s'installe à New York et remplace Art Tatum dans son trio, pour former par la suite le sien dans lequel il trouve rapidement son style.
  • 1948 - Erroll Garner joue au théâtre Marigny à Paris, en France, durant la semaine du jazz.
  • 1954 - Il accompagne Woody Herman (cl). En 1955, il enregistre The Concert by the Sea qui sera la plus grande vente de jazz au piano et lui vaudra un disque d'or en 1958.
  • 1957 - Il voyage beaucoup et reçoit de nombreuses gratifications : le grand prix du disque à Paris, le Down Beat Award du meilleur musicien de l'année.
  • 1971 - La composition Misty, composée par Erroll Garner, est utilisée dans le film de Clint Eastwood : Play Misty for Me (Un frisson dans la nuit). Le thème original devait être Stranger in the night, mais c'est Clint Eastwood qui a imposé Misty.
  • 1977 - Erroll Garner décède à Los Angeles, le 2 janvier d'un cancer des poumons.

ERROLL GARNER, SES MEILLEURS DISQUES

L'enregistrement Concert by the Sea de 1955, avec Eddie Calhoun à la contrebasse et Denzil Best à la batterie compte parmi ses meilleurs albums. D'autres sont très brillants tels que Long Ago and Far Away (1951) et Magician (1974), dans lesquels Erroll Garner interprète avec son style légendaire un grand nombre de standards.

La main gauche d'Erroll Garner : comme Louis Armstrong (tp) et Thelonious Monk (p), Erroll Garner est l'un des très rares musiciens que l'auditeur le moins averti identifie à la première mesure. Son langage musical a trouvé dans une expression pianistique totalement originale un aboutissement naturel.

Le jeu de ce pianiste est caractérisé par un infinitésimal décalage entre la main gauche et la main droite (l'amble garnérien), et qui est générateur de swing. Comparable à une section rythmique, la main gauche d'Errol marque les quatres temps en accord tandis que la main droite phrase des mélodies et des accords qui se superposent à ceux de la main gauche.


ERROLL GARNER - THE SHADOW OF YOUR SMILE (ext.)


Sur tempo lent, son jeu était faisandé par une surcharge d'arpèges, tandis que sur tempo rapide, son jeu était aussi plein que mouvementé. Alors que la main gauche lui fournissait une assise puissante à la Fats Wallers mais où le rythme était souvent brisé, il se servait de sa droite avec une liberté rythmique très attrayante. Ses deux mains en retard l'une sur l'autre créaient un jeu décalé d'un grand swing, rendu plus frappant par une attaque définitive. Son jeu puissant de main gauche a été imité par plusieurs pianistes modernes, sans que l'on puisse le considérer comme un maître prépondérant.

Écouter sa musique