PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LEÇON GRATUITE



LE SOLFÈGE DU DÉBUTANT (5) : LES SILENCES

Ce cinquième volet est consacré aux silences. A la question : Pourquoi existe-t-il des silences en musique ? Lapalissade serait de dire : Tout simplement pour exprimer la musique autrement qu’avec des sons ! En vérité, il faut considérer les silences comme des respirations musicales nécessaires. Leur étude est étroitement liée aux FIGURES DE NOTES.


DES SILENCES ET DES NOTES


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Il existe une relation d’équivalence entre la durée des figures de silences et de durée des figures de notes. Il y aura donc 7 figures de silences qui remplaceront respectivement les 7 figures de notes :

  • Une pause = une ronde.
  • Une demi-pause = une blanche.
  • Un soupir = une noire.
  • Un demi-soupir = une croche.
  • Un quart de soupir = une double croche.
  • Un huitième de soupir = une triple croche.
  • Un seizième de soupir = une quadruple croche.

LE TABLEAU DES SILENCES

Comme la ronde représente la plus longue durée et chacune des autres la moitié de la figure qui précède ou le double de celle qui suit, il en sera de même pour les figures de silences. Un tableau à l’identique aux figures de notes existe pour les silences.

En musique, l’introduction de silences dans le discours rythmique comme mélodique a permis à l’imaginaire des compositeurs de dialoguer avec les figures de notes avec simplicité comme avec audace.


Voici quelques exemples en 4 temps qui permettent d’illustrer mon propos…

Dans ce premier exemple, le soupir vient remplacer la durée d’une noire. Sa simple présence permet de rompre le côté mécanique de la répétition des noires.

A travers ce second exemple, on peut très bien imaginer que c’est une mélodie qui commence par un silence (ici une demi-pause qui vient remplacer la blanche).

Remarque : pour faciliter la lecture, on simplifie l’écriture des silences. Dans cet exemple, la demi-pause remplace avantageusement l’utilisation de 2 soupirs.

Le troisième exemple met en présence l’utilisation du demi-soupir pour remplacer une croche.

e

Idem avec un quart de soupir pour la double croche.

  par ELIAN JOUGLA

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la ou bien suivez-nous !

L'AVIS DES INTERNAUTES

nom : Enid Message : Une fois qu'on a commencé à s'intéresser au solfège, on ne peut plus s'en passer. Et ce site est une véritable mine d'or. (posté le 01/12/2016)