PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LEÇON GRATUITE



GIRL TALK ARRANGEMENT MUSICAL (DANSEZ SUR MOI - CLAUDE NOUGARO)

En choisissant deux versions d'un même thème Girl Talk (en français Dansez sur moi), cette leçon a pour but d'attirer votre attention sur l'importance de l'arrangement, sur son impact dans le résultat sonore final d'une composition.


SUIVEZ LE GUIDE...


LA VERSION CHANTÉE

CLAUDE NOUGARO - DANSEZ SUR MOI... où comment réussir une bonne chanson

Cette chanson porte en elle toutes les qualités requises... un équilibre entre originalité mélodique et richesse du vocabulaire, et un arrangement millimétré, ni trop jazz, ni trop avant-gardiste (ou si vous préférez, appuyé par des dissonances).

Une voix, celle de Claude Nougaro, porte et transporte la composition à un niveau supérieur à l'original, ce qui est assez rare. La mélodie trouve dans sa version française un nouveau souffle grâce à la qualité de son arrangement. Contribuant en grande partie à sa réussite, le choix de cette chanson n'est donc pas un hasard. La nonchalance mélodique du thème est bousculée par les changements de rythmes et les différents plans sonores, tantôt swinguant ou dramatique. La rupture hypnotique de la mélodie, c'est là, la réussite de cette version typiquement française, unique en son genre.

1 - LE SUPPORT


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Une musique écrite par Neal Hefti (Girl Talk, en VO), qui fût un arrangeur célèbre pour le Count Basie Orchestra au milieu des années 60 et qui a signé quelques belles compositions pour l'orchestre et un texte écrit en français par un Claude Nougaro inspiré.

2 - L'ARRANGEUR :

Jean-Claude Vannier, ni plus ni moins, très sollicité dans les années 70, il signe là encore un très bon arrangement, moins plat que l'original. Le traitement des "cordes" est toujours aussi typique et reconnaissable quand il est entre les mains de cet arrangeur (autodidacte… au passage). C'est l'époque où trois arrangeurs tenaient le "haut du pavé" : Vannier, Gabriel Yared et un certain Michel Colombier, que j'aurai l'occasion d'évoquer un jour ou l'autre.

3 - LA STRUCTURE ET LA FORME :

Même si elle épouse l'original sur le fond - les premières notes de piano donnent la couleur jazz - la version Nougaro est plus enflammée que celle de Neal Hefti, plus suave, malgré un tempo légèrement plus rapide, reposant sur la répétition rythmique de la croche pointée/double-croche. La version Nougaro sonne à la façon d'un slow mais sans en être vraiment un. D'ailleurs, l'accélération du tempo mise en place lors du solo de piano rompt le rythme lancinant de base, ce qui est bien vu question arrangement. A la suite du solo, la musique sombre brutalement dans le dramatique, portée par un texte de Nougaro aussi original que désarmant. La procession est en marche… le tom basse marque chaque temps et les cordes scandent des contre-chants brefs pour renforcer le poids des mots. Suit un long glissando de la section des cordes pour pousser la section rythmique vers le tempo initial et vers la conclusion.


4 - LE SOLO DE PIANO :

Maurice Vander, pianiste de Claude Nougaro pendant presque toute sa carrière (il y aura un "blanc" entre les deux artistes quelque temps avant que ne sorte l'album "Nougayork") signe là un superbe solo, avec tous les ingrédients nécessaires :

  • Le développement rythmique qu'il ne cesse de rompre pour partir dans une nouvelle direction.
  • Les nuances de jeu aux accents jazz bien marqués.
  • Le saut des notes qui rend l'ensemble plus vertical qu'horizontal (*), donc moins prévisible pour nos oreilles.
  • Et tout un arsenal d'effet... phrasés répétitifs, trémolos… sans oublier les cordes qui poussent au "swing"… ce qui est rare… celles-ci ayant souvent tendance à appesantir les orchestrations.

Même s'il est difficile d'accès, ce solo de piano interprété par Maurice Vander pourrait être un solo d'école, un solo qui a l'art d'unir en parfaite symbiose le son d'un piano et le son d'un ensemble à cordes.

(*) vertical : développement mélodique basé sur les accords / horizontal : développement mélodique basé sur les gammes.

Dansez sur Moi (ext.) (N. Hefti/C. Nougaro - 1973) par Claude Nougaro

LA VERSION INSTRUMENTALE

NEIL HEFTI - GIRL TALK : un morceau instrumental par excellence

La version est instrumentale et question résultat sonore, cela à son importance ! L'absence d'une voix et son remplacement par un ou plusieurs instruments n'est pas toujours facile pour un arrangeur. En effet… quel(s) instrument(s) choisir ?

Le piano, le saxophone et les cordes sont les leaders des mélodies instrumentales. Dans une moindre mesure la trompette, la guitare acoustique comme électrique et les synthétiseurs jouent souvent le rôle d'outsider.

L'épaisseur du timbre, la présence, l'articulation de sons autour de mots, les nuances subtiles, les effets naturels nombreux et variés sont les caractéristiques de la voix. Autant dire qu'aucun instrument ne peut rivaliser avec cet organe naturel. Il est donc nécessaire pour l'arrangeur de contourner l'absence de la voix et de ses avantages par d'autres moyens.

LE CHOIX DE l'INSTRUMENT

L'instrument le plus proche de la voix est le saxophone, un instrument capable de "torturer" le son, d'ajouter de nombreux effets typiques comme l'effet de souffle. Quant au piano, le roi des instruments dit-on, il montre dans ce genre d'exercice ses nombreuses limites d'expression. Si l'arrangeur dispose d'un effectif réduit (5, 6 musiciens tout au plus), mieux vaut s'orienter vers des instruments au pouvoir expressif important, dégageant une sonorité la plus émotionnelle possible. C'est pourquoi dans de nombreuses chansons, lors de l'exécution d'un passage instrumental, le saxophone répond souvent présent !

Si l'arrangeur dispose d'un effectif plus important, c'est à dire... un grand orchestre avec une section de cuivres et de cordes, son choix se portera sur l'enrichissement de la mélodie en superposant plusieurs instruments. C'est le cas ici avec l'orchestre de Neil Hefti qui agrémente la mélodie de plusieurs trombones et trompettes auxquels répondent les saxophones, tandis que durant le solo de piano, ce dernier est soutenu par la section de cordes… (comme un tapis volant... dirait Nougaro !). Un arrangement sonore en deux parties distinctes, pourrait-on dire !

L'utilisation d'une section de cuivres est d'épaissir le trait mélodique, plus que de le personnaliser. Chaque cuivre doit garder le cap en ménageant toute initiative personnelle. S'il perd de son indépendance d'expression, le musicien de pupitre, contrairement au musicien soliste, joue un rôle bien précis où l'unité sonore doit être de premier plan. Dans le cas d'une mélodie qui se doit d'être impeccable, cela devient une qualité, souvent la carte d'identité d'un orchestre.

L'arrangement de Neil Hefti est typique d'un jazz cool et sophistiqué qui se pratiquait dans les années 60. Ici, le solo de piano lance ses notes avec précaution, d'une façon timoré. La dimension musicale et les objectifs ne sont pas les mêmes que pour la version de Nougaro. L'esthétisme, tout en étant plus convenu, répond au style d'alors avec soin et élégance, ce qui démontre toutes les qualités d'arrangeur de Neil Hefti. Pas étonnant que Count Basie l'ait choisi !

GIRL TALK (ext.) (du film "Harlow" - 1965) - Orchestre Neal Hefti


  par ELIAN JOUGLA

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la ou bien suivez-nous !

L'AVIS DES INTERNAUTES

nom : Christian Tshinanga
message : Sublime ! Il n'y a pas d'autre mot pour qualifier votre site. (posté le 24/05/2016)