PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LES PIANISTES DE JAZZ



CHARLES "COW COW" DAVENPORT, AUX RACINES DU BOOGIE-WOOGIE

Son fameux boogie-woogie "Cow Cow Blues" enregistré en 1925 sur rouleau, lui vaut son surnom "Cow Cow". En 1938, un accident vasculaire cérébral affecte sa main droite. Il déménage à New York et reçoit l'aide du pianiste Art Hodes. Dans son jeu rudimentaire, il aime mêler blues, ragtime, stomp et boogie. Cow Cow Davenport est l'un des pères fondateur du boogie-woogie.


LES DATES IMPORTANTES DE LA VIE DE CHARLES "COW COW" DAVENPORT


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


  • 1894 - Charles Davenport, dit "Cow Cow", est né à Anniston, en Alabama, le 23 avril. Dans sa famille, ils sont huit enfants. Son père est pasteur et sa mère joue de l'orgue.
  • 1906 - Sa famille qui s'oppose à sa passion pour la musique, l'envoie dans un séminaire de théologie ou il sera expulsé pour avoir joué du ragtime. Le petit Charles Davenport part très jeune gagner sa vie dans les cabarets. Il abandonne l'orgue et s'oriente vers le piano.
  • 1912 - Il joue à Storyville, avant la fermeture du vieux quartier de la Nouvelle-Orléans, dans les bars et les bordels. Il devient chanteur et danseur de vaudeville, de carnavals et de minstrels. Davenport accompagne à cette période la chanteuse Dora Carr (qui deviendra son épouse), Ivy Smith, ainsi que d'autres chanteuses plus ou moins célèbres.
  • 1920 - La renommée de Davenport comme accompagnateur lui donne l'occasion de s'exercer auprès de quelques bluesmen comme Dora Carr ou Tampa Red.
  • 1927 - Il produit ses premiers disques sous son nom et devient pour le label Vocalion Records, la personne chargée de découvrir de nouveaux talents.
  • 1930 - Davenport enregistre en compagnie de Sam Price.
  • 1935 - Il ouvre un café à Cleveland et trois ans plus tard rencontre le pianiste de jazz Art Hodes. Après une tournée désastreuse, il passe 6 mois en prison à Montgomery en Alabama.
  • 1943 - Davenport s'illustre dans les chansons de l'Ouest ("I'm An Old Cowhand"). Cow Cow Boogie écrit par Benny Carter, fait référence à Charles Davenport.
  • 1946 - Après la guerre, Art Hodes lui vient en aide en le faisant passer à la radio et en lui trouvant de nouveaux contrats.
  • 1948 - Il s'installe à Cleveland.
  • 1954 - Il joue au Pin Wheel Club.
  • 1955 - "Cow Cow" Davenport décède à Cleveland, en Ohio, le 2 décembre 1955.

COW COW DAVENPORT, PIANISTE DE BOOGIE WOOGIE

Si Cow Cow Blues est le titre de référence du pianiste et un des premiers boogie woogie enregistré, "Cow Cow" Davenport s'est illustré également à travers quelques compositions de son cru comme Mama Don't Allow It et I'll Be Glad When You're Dead (You Rascal You) écrit pour le trompettiste Louis Armstrong.

"Cow Cow" Davenport a joué un rôle important dans le développement technique du piano boogie-woogie. Ses rythmes, ses walking bass typiques, ses effets de rag ont contribué en partie à la naissance du boogie-woogie dans les années 1920. Malgré une courte formation de piano, il a été avant tout un autodidacte influencé par les pianistes de ragtime et par Jelly Roll Morton. Ses différentes participations dans les troupes de vaudeville, dans les spectacles de minstrels, lui a permis d'élargir et de consolider son approche musicale. Avec sa femme et chanteuse, Dora Carr, ils forment un duo et tournent dans un des circuits artistiques importants des années 20 (Theater Owners' Booking Association).


COW COW DAVENPORT - COW COW BLUES


Les quelques instrumentaux enregistrés par "Cow Cow" Davenport comme ses solos sur Blues Chimes, Atlanta Rag, Back in the Alley démontrent, à qui veut bien l'entendre, ses multiples talents de pianiste. Malheureusement, son accident vasculaire affecte son jeu de piano pour le restant de sa vie (son arthrite ralentissait le jeu de sa main droite). Ne renonçant pas pour autant à la musique, il est revenu à ce qu'il avait abordé au début de sa carrière : le chant. Ses efforts constants pour retrouver de la force dans sa main droite, lui donne l'espoir un jour de renouer avec le piano (bien que dans quelques enregistrements, sa femme Peggy joue la main droite).

Davenport était frustré par la vie. Pour gagner quelques dollars à l'aube des années 40, il quitte la musique pour devenir plongeur à l'Onyx Club, dans la 52e rue à New York. La vogue du boogie-woogie et la reprise de Cow Cow Blues (rebaptisé Cow Cow Boogie - ce qui donnera lieu à un procès) par l'orchestre de Freddie Slack et la chanteuse Ella Mae Morse a permis à Davenport de ne pas être totalement oublié par le circuit professionnel. Toutefois, ses tentatives de come-back dans la deuxième partie de sa vie ont souvent été freinées, voire interrompues, par la maladie.

"Cow Cow" Davenport a fini ses jours dans le désœuvrement. Comme d'autres pianistes de boogie, il a été oublié quand la mode pour cette musique s'en est allée. On retiendra de Davenport une musique souvent joyeuse et entraînante. Parmi ses enregistrements citons, outre le célèbre Cow Cow Blues : Mama Don't Allow No Easy Riders, Everybody Likes That Thing, The Mess Is Here, Jeep Boogie et Hobson City Stomp.

Écouter sa musique :