PIANOWEB.fr
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

INFO



LA PIANISTE MARIA JOÃO PIRES ET « PARTITURA », UN PROJET HUMANISTE

Sa carrière est étroitement liée au piano qu’elle n’a jamais quitté depuis le jour où à l’âge de cinq ans elle a interprété du Mozart. Maria João Pires est une pianiste portugaise qui, après avoir suivi des études au conservatoire de Lisbonne, a entrepris une carrière de soliste internationale. Bien des années plus tard, après avoir traversé différentes épreuves, elle a décidé d’arrêter sa carrière en 2018, tout en laissant place à son projet « Partitura ».


LE PROJET « PARTITURA » EN QUESTION


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Ces derniers temps, Maria João Pirés s’était lancé dans un projet humaniste, « Partitura ». Pour elle, il était évident qu’un grand nombre d’écoles et de conservatoires n’existent que pour simplement analyser et enseigner la musique. Or, la transmission de cet art est d'une nature tout à fait différente. Le projet « Partitura » porté par la pianiste comprend plusieurs objectifs : la création de chorales d'enfants issus de milieu défavorisés, une activité artistique avec des concerts, des workshops, etc.

Le projet vise surtout à contrecarrer les effets néfastes du « système », à découvrir le potentiel des nouvelles générations et à offrir une nouvelle perspective sur la fonction de la musique. Le principe même de l’examen n’est-il pas de créer des contraintes ? Leurs implications sous formes de compétition conduisent très souvent à des rivalités et pour le candidat à de l’auto-glorification. Autant d’éléments qui peuvent détourner le musicien de sa principale mission qui est de s'éveiller au son, ce même son qui donne sens à la musique. Une dimension subtile certes, si difficile à atteindre, mais que tout le monde reconnaît par sa grâce dès qu’il l’entend.

Les contraintes liées au développement d'une jeune carrière ne sont ainsi guère favorables, et c'est en réponse à ces difficultés que le projet de Maria João Pires a vu le jour. « Partitura » crée les conditions favorables pour transmettre et encourager l'écoute réciproque entre musiciens reconnus et jeunes musiciens : « Partituta » signifiant partager tout simplement. Maria João Pires : « Notre action est basée sur un partage des savoirs. Nous organisons des conférences sur les neurosciences ou encore l'environnement, notamment avec Pierre Rabhi. Je développe aussi un projet de jardin en permaculture dans ma ferme au Portugal… ». La pianiste précise : « Les chœurs d'enfants sont composés d'orphelins, d'enfants maltraités. Ils ont besoin de faire face à leur vie d'une façon qui ne soit pas dépressive et passive, mais au contraire positive et productive. On les met devant une barrière et on les fait sentir qu'ils peuvent sauter au-delà. C'est comme un miracle. » Formé autour d'anciens élèves et d'artistes motivés qui partagent ces valeurs, « Partitura » a déjà commencé ces actions en Belgique, le but étant de s'étendre.


MARIA JOÃO PIRES FACE À LA CARRIÈRE ARTISTIQUE

« J'estime que chaque personne a sa part de responsabilité dans la société. J'ai souvent constaté - et je dis cela sans jugement - que les musiciens étaient des êtres peu intéressés par le monde qui les entourait : l'apprentissage est difficile, le rapport à la scène est complexe... Cela peut nous mettre dans une situation où l'on est distrait de l'extérieur et où l'on vit à l'intérieur de nous-mêmes. Nos sociétés transforment le musicien en bête de scène, ne lui laissant la place de ne penser à rien d'autre. »

Vous ne vous sentez pas vraiment en phase avec la carrière de soliste ?

Non. Je me sens incompatible avec ce mode de vie. La musique se partage avec quelques personnes, nous mène vers une recherche, une réflexion. Je ne vois pas les choses comme une performance et j'ai peur de la scène. Cela ne m'empêche pas d'aimer le public. Quand je vois des jeunes à l'aube de leur carrière, j'essaie de les préparer mentalement, sinon ils peuvent tomber dans tous les pièges. Par exemple, le succès génère des situations psychologiques très négatives : vous devenez un être à part et vous n'êtes plus un musicien mais une star. Vous êtes en dehors du groupe, perçu autrement par les autres et par vous-même. Dans le cas contraire, l'échec génère une frustration toujours vécue comme un regret. Cela provoque des malentendus pour soi-même. On peut aussi passer à travers les grandes catastrophes que sont le succès et l'échec sans être affecté et aller vers les gens d'une façon naturelle, sans préjugés.

C'est ce à quoi vous aspirez aujourd'hui ?

Je n'ai jamais été sensible ni au succès ni à l'échec. Je pense que cela vient de mon éducation. Ma famille n'accordait aucune importance au pouvoir, mais à notre vie spirituelle, à la compassion, la compréhension des autres. C'est un excellent vaccin contre les problèmes de la société actuelle.

(ext. interview source 'Classica' 03/2017)

(Piano Web - 12/2017)