PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LEÇON GRATUITE



ANALYSE DES STANDARDS JAZZ SO WHAT & GIANT STEPS : DEUX STANDARDS QUE TOUT OPPOSE

L'idée de cette petite leçon m'est venue après avoir retrouvé de vieilles partitions datant de mes premiers relevés en musique. Voici deux exemples d'improvisation basés sur des grilles que tout opposent : SO WHAT et GIANT STEPS.


SO WHAT... LE REGISTRE COOL, TRES COOL !

Le premier thème So What est une composition de Miles Davis. Composition dépouillée au tempo médium et ne faisant intervenir que 2 accords en tout et pour tout : D min7 et Eb min7.

STRUCTURE DE "SO WHAT"

  • 16 mesures en D min7
  • 8 mesures en E min7
  • 8 mesures en D min7

L'exposition du thème est basée sur une ligne de basse hypnotique auquel répondent 2 accords. C'est simple et pourtant très efficace.


LA DIFFICULTE D'IMPROVISER QUAND DEUX ACCORDS S'ÉTERNISENT

Là où tout semble simple… improviser sur deux accords… devient difficile, quand chacun d'eux dure très longtemps !

L'exploitation des accords sur une durée aussi longue oblige l'improvisateur à se ressourcer de façon profonde afin de garder un cap original et non pas tomber dans des répétitions ou des effets faciles.

Il existe de nombreuses versions de ce thème. Celle du pianiste Michel Petrucciani est très bonne, mais je préfère vous faire entendre un exctrait de l'original interprété par Miles Davis (1959). Dans cette version, tout est posé, calme, serein presque nonchalant.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Les musiciens dominent le sujet. A l'écoute, le changement d'accord s'opère en douceur, avec subtilité, sans indication sonore particulière.

Miles Davis (tp), John Coltrane (ts), Julian "Cannonball" Adderley (as), Bill Evans (p), Paul Cambers (b), Jimmy Cobb (dr).

So What (ext. - 1959 - Le thème et l'improvisation à la trompette par Miles Davis)




GIANT STEPS... DES MESURES GÉANTES AU PAS DE COURSE !

Le second thème Giant Steps, composé par John Coltrane porte bien son nom et fait et a fait le désespoir de nombreux musiciens dans les écoles de jazz. Pourquoi donc me direz-vous ?...

La difficulté de ce morceau ne réside pas dans son déchiffrage "solfégique"… pratiquement que des blanches et des rondes… mais dans sa richesse harmonique (un à deux accords par mesure) et son tempo très vif !


LA DIFFICULT&Eeacute; D'IMPROVISER QUAND LE TEMPO EST TRÈS RAPIDE

L'enchaînement des accords est classique et utilise assez souvent celui des enchaînements II / V - I, que l'on trouve dans de nombreux thèmes de jazz de la même époque.

Quand on écoute cette version de 1959, on est saisi par l'aisance de John Coltrane qui se jette à corps perdu dans l'improvisation sans aucune hésitation, faisant rage de tout temps et de tout espace… pas un moment de répit et peu de place aux silences. Viens ensuite le tour du solo de Tommy Flanagan. Pianiste aguerri qui a accompagné pendant de nombreuses années, en tournée Ella Fitzgerald, n'a pas le niveau. Le chorus commence dans l'esprit, mais peu à peu les phrases musicales deviennent de plus en plus courtes, laissant plus de place aux silences. John Coltrane sentant le "malaise" du pianiste (il n'arrive plus à suivre le tempo imposé) repart à la "bataille" dans une énergie aussi grande qu'au début de son improvisation.

C'est la vivacité du tempo qui rend la tâche difficile. L'esprit du musicien est bousculé. L'improvisateur doit constamment devancer ce qui va se produire dans la mesure suivante. Ici, l'accord n'est même pas posé que le suivant arrive… c'est fou et difficile ! Personnellement, j'ai cessé la tentative il y a bien longtemps… Il y a des espaces, des dimensions où certes la technique tient une place importante, mais dans ce morceau et à ce tempo, c'est la vivacité, la rapidité d'esprit qui joue en faveur du musicien.

John Coltrane (ts), Tommy Flanagan (p), Paul Chambers (b), Art Taylor (dr)

Giant Steps (ext - 1959 - Le thème et l'improvisation au saxophone par John Coltane)


UNE VERSION DU THÈME "GIANT STEPS"
HARMONIS&Eeacute;E... IL Y A BIEN LONGTEMPS !

cliquez sur l'image pour agrandir


Il est a noter dans cette harmonisation, l'emploi des syncopes sur le 4e temps de quelques mesures. Dans un tempo plus lent, l'effet est intéressant... encore plus jazz !

UN RELEVÉ DE L'IMPROVISATION DE JOHN COLTRANE (extrait)

cliquez sur l'image pour agrandir


Vu le tempo, on pardonnera les quelques imperfections de mes débuts en relevé...
Il est même très difficile de suivre la partition à vue !


Pas à pas, on observe que Coltrane développe essentiellement les accords en arpège. Son travail d'improvisateur s'appuie sur ce moyen là, qui, avec l'effet de la vitesse d'exécution sonne de façon impressionnante !


  par ELIAN JOUGLA

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la ou bien suivez-nous !

L'AVIS DES INTERNAUTES

nom : Rémi
message : La vitesse est une chose, certes, mais elle n'a jamais fait peur aux Beboppeurs. Ici je pense que la difficulté vient plutôt de "l'espace harmonique", les fameux "pas de géants" du titre. Pour trois tonalités engagées, les plus grandes distances sont ici parcourues, plus ou moins 4# de différence, c'est à dire 3 notes communes seulement sur 7 ! (posté le 28/05/2016)