PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LES PIANISTES DE JAZZ



BRAD MEHLDAU, UN PIANISTE DE JAZZ D'AVANT-GARDE

Brad Mehldau, avant de devenir un pianiste de jazz émérite, est resté et reste encore aujourd'hui un grand amateur de musique de chambre. Le pianiste au look branché et au romantisme affiché possède un grand sens de l'improvisation. Adepte du mélange des genres, avec des improvisations influencées par Bill Evans et Keith Jarrett, Mehldau considère que rien n'autorise à classer les grands compositeurs classiques au-dessus de la musique populaire. Si le trio est sa formation de prédilection, il est capable de transcender sa technique pianistique lorsqu'il se produit seul au piano.


LES DATES IMPORTANTES DE LA VIE DE BRAD MEHLDAU


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


  • 1970 - Brad Meldhau est né le 23 août 1970 à Jacksonville, en Floride.
  • 1976 - Il commence à étudier le piano classique jusqu'à l'âge de 14 ans.
  • 1982 - Il découvre les premiers disques de jazz, mais conserve un certain goût pour la musique rock. Il remporte un prix à la Berklee College of Music.
  • 1988 - Brad Mehldau déménage à New York pour étudier la composition à la New School of Social Research, en département jazz et musique contemporaine. Il subit l'influence de ses professeurs que sont Kenny Werner, Junior Mance et Fred Hersch.
  • 1989 - Il participe quelque temps au quartet de Jimmy Cobb, avec qui il perfectionne le rythme.
  • 1994 - Il rencontre le saxophoniste Joshua Redman et participe à son album Moodswing.
    Il effectue une tournée internationale durant un an et demi au sein d'un quartet composé de Joshua Redman, du bassiste Christian McBride et du batteur Brian Blade.
  • 1995 - Brad Mehldau signe avec Warner et crée son propre trio avec Larry Grenadier à la contrebasse et Jorge Rossy à la batterie (le trio restera formé ainsi jusqu'en 2005). Il signe son premier disque en tant que leader. Suivront l'enregistrement d'une dizaine d'albums soit en trio, soit en solo, et de nombreuses participations en tant que sideman auprès de musiciens aussi divers que Charlie Haden et Lee Konitz (Alone Together - 1997) ou Pat Metheny (Metheny/Mehldau Quartet - 2007).
    Ses albums comprennent souvent des reprises provenant de la musique pop et rock (The Beatles, Paul Simon, Nick Drake, Radiohead, Oasis) et brésilienne (Chico Buarque)
  • 1997 - Enregistrement d'un premier volume d'une série (qui en compte aujourd'hui cinq) et baptisé The Art of the trio. Il se produit avec la chanteuse néerlandaise Fleurine au North Sea Jazz Festival, au Pays-Bas. Outre ses prestations scéniques, Brad Mehldau compose de la musique pour le cinéma (Minuit dans le jardin du bien et du mal, en 1997 ; Space Cowboys et Million Dollar Hotel, en 2000).
  • 1999 - Il joue à l'Olympia de Paris.
  • 2001 - Ecriture de la musique du film Ma femme est une actrice.
  • 2002 - Naissance de sa fille Eden.
  • 2005 - Présente une pièce pour voix et piano commandée par le Carnegie Hall de New York, avec la présence de la soprano Renée Fleming.
  • 2006 - Parution de l'album Day is Done.
  • 2008 - Parution d'un album en live : Brad Mehldau Trio.

BRAD MEHLDAU DE TRIO EN SOLO

Brad Mehldau découvre le jazz à l'âge de 12 ans, dans une colonie de vacances. Parmi ses camarades, il y a un violoncelliste qui a apporté dans ses bagages un disque live de John Coltrane. My Favorite Things résonne alors pendant de longues minutes dans la chambre, comme dans la tête de Brad. Pour lui, c'est le déclic. Lors de son séjour dans l'école de musique classique de Boston, il ne peut résister à l'envie d'aller voir ce qui se passe à côté, dans la classe de jazz. Il commence à se passionner pour cette musique au point de retranscrire un solo de Curtis Fuller (Moment's Notice de Coltrane) : "Ceci m'a encore davantage ouvert les oreilles. Il est amusant, et un peu ironique, de constater que ma rencontre avec le jazz s'est déroulée dans un environnement plutôt consacré à la pédagogie de la musique classique."

Si Brad Mehldau pratique aujourd'hui le jazz sur les scènes internationales, il ne néglige ni "petite", ni "grande" musique. Depuis son enfance, il écoute les musiques pop et rock et c'est pour lui tout à fait normal et légitime de consacrer une partie de son répertoire aux reprises de quelques chansons populaires. C'est ainsi que le public peut entendre ses compositions et ses reprises de standards jazz se mêler à des chansons de Radiohead ou à celles des Beatles. Pour la nouvelle génération chez qui le jazz est synonyme de "musique pour grand-père", l'introduction de musique rock et de mélodie populaire rapproche Meldhau du jeune public.


BRAD MEHLDAU - PARANOID ANDROID


Le style de Brad Mehldau se caractérise par un goût prononcé pour l'improvisation "out", pourvu d'un lyrisme échevelé. Si en trio, sa main gauche répond à la main droite de façon discrète, elle devient volubile quand il s'agit de passer dans l'art du piano solo : "Je suis toujours en train de travailler sur la manière de jouer fort avec ma main gauche, mais de façon musicale, intelligente, avec intégrité. J'y travaille depuis des années."

Pour ses concerts en piano solo, Brad Mehldau possède un répertoire particulier se prêtant davantage à ce style, comme Paranoid Android de Radiohead ou Things Behind The Sun de Nick Drake. "Souvent, c'est dû à leur aspect formel. Ces chansons ne rentrent pas dans les thèmes, ni dans l'approche d'improvisation que j'ai avec le trio. Quand je travaille avec Jorge Rossy et Larry Grenadier, j'écris, j'arrange les titres et les leur apporte. Je fais des suggestions préliminaires, et puis nous découvrons les choses ensemble. Les chansons se développent au moment où nous les jouons et changent beaucoup au cours des mois. J'essaie de ne pas trop leur donner d'ordres, car souvent les mots peuvent avoir un impact négatif sur la musique.", confie le pianiste.

Lors d'un concert en piano solo, Brad Mehldau prépare avec minutie la part qui revient à l'improvisation, bien qu'il précise que sa présence est de même importance que lorsqu'il joue en trio. Brad précise : "L'improvisation ne se fait pas de la même manière. La grosse différence, c'est que quand on joue seul, il n'y a aucune interaction avec qui que ce soit. Improviser en solo est aussi forcément plus intimidant, plus difficile, mais c'est plus gratifiant quand ça marche vraiment."

Seule la préparation du concert nécessite un certain travail en amont, pour améliorer l'interprétation. Jouer en solo, c'est pour le pianiste la liberté. C'est la possibilité d'être libre harmoniquement comme rythmiquement, alors qu'en trio la liberté est partagée. "Quand ça fonctionne bien, c'est quasiment de la télépathie. Et c'est cette télépathie que je recherche quand j'écoute du jazz, c'est ce que j'aime là-dedans. Jouer seul implique une liberté plus solitaire, plus existentielle."

Si Brad Mahldau préfère se voir comme un artisan du clavier, que comme une star, son principal objectif est d'améliorer son interprétation, de pousser plus loin les limites de l'improvisation, histoire de continuer à marquer les gens… sans les ennuyer.

Écouter sa musique :