PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LES PIANISTES DE ROCK



ELTON JOHN, LE PIANISTE ROCK AUX INFLUENCES CLASSIQUES

Bien que le piano rock ne soit pas aussi populaire que la guitare rock, certains artistes ont su, grâce à leur notoriété, donner une véritable identité au piano rock et Elton John fait partie de ces artistes-là.
Alors que le style piano rock'n'roll, porté par des artistes comme Jerry Lee Lewis, avait tendance à se répéter, voire à s'autoparodier dans ses descentes et montées de gammes, l'évolution du rock "moderne" amena des artistes comme Elton John ou Billy Joël à de la retenue dans leur jeu, prônant le retour d'un certain "classicisme". Utilisant les couleurs des harmonies classiques comme celles du rhythm and blues, Elton John est à la base de nombreux succès "pop" durant les années 1970 à 1990.


Si Elton John est connu pour la plupart des gens comme un pianiste interprète, auteur de ses chansons, on retient surtout de lui son passé d'artiste singulier et extravagant, avec ses lunettes, ses chapeaux et ses accoutrements clownesques (boas à plumes et chaussures à paillettes). Ses apparitions médiatiques, comme dans l'émission télévisée le Muppets Show aux côtés de la marionnette "Kermit la grenouille" ne pouvaient pas passer inaperçues !

Pourtant, tout au long d'une carrière jalonnée de nombreux succès, l'artiste a conquis un vaste auditoire, bien au-delà du public rock. Ses prises de position sur l'homosexualité et ses coups de gueule en public (comme envers Madonna) ont renforcé auprès des grands de ce monde, son image d'homme généreux et engagé. Depuis déjà de nombreuses années, il n'hésite pas à prêter son image à de justes causes, comme la lutte contre le sida.


ELTON JOHN : LES DATES IMPORTANTES DE SA VIE


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


  • 1947 - Naissance de Reginald Kenneth Dwight., à Pinner (Middlesex/Londres - Angleterre). Il portera le nom de Elton "Hercules" John en 1972. Il grandit au sein d'une famille à l'éducation stricte qu'il partage avec ses quatre demi-frères.
  • 1951 - A l'âge de quatre ans, il joue ses premières notes de piano.
  • 1958 - Face à certain don pour la musique et le piano, il convainc ses parents de l'inscrire à l'Académie royale de musique, à Londres, où il restera pendant six années.
  • 1964 - Il reçoit son premier prix de piano.
  • 1966 - Au lieu de se consacrer à une carrière de musicien classique, l'appel de la musique pop et de sa démesure devient, pour lui, sa voie royale. Il fait partie de plusieurs orchestres amateurs avant de rejoindre Bluesology qui est la première formation "solide" à laquelle il participe en tant que pianiste et organiste. Admirant le chanteur du groupe, Long John Baldry et le saxophoniste Elton Dean, c'est à partir de ce moment là qu'il décide de se faire appeler Elton John.
  • 1968 - C'est après avoir été refusé comme chanteur dans le groupe de rock progressif King Crimson qu'il rencontre l'auteur Bernie Taupin avec qui il va écrire de nombreuses chansons. Alors qu'Elton John cherche désespérément à proposer ses chansons aux maisons de disques et à des interprètes, Bernie Taupin va lui apporter l'impulsion nécessaire à se lancer dans une carrière solo. Les deux artistes sont engagés par Liberty comme auteurs-compositeurs. Leur première chanson, Lord, You Made the Night Too Long, paraît en face B d'un 45-tours de Long John Baldry. Il sort son premier disque, Empty Sky.
  • 1970 - Pour la tournée promotionnelle de l'album Elton John aux Etats-Unis, la chanson Your Song rencontre un vif succès. Eric Clapton et Leon Russell viennent l'applaudir sur scène au Troubadour de Los Angeles.
    La parution de son troisième album, Tumbleweed Connection, le consacre comme un des très grands artistes de la scène rock anglo-saxonne (la chanson Your Song est un grand succès). Son association avec Bernie Taupin, mais également Paul Buckmaster (arrangeur et chef d'orchestre jusqu'en 1972), Dee Muray (bassiste), Nigel Olson (batteur) et Davey Johnstone (guitariste, ex Magna Carta) permit à Elton John de s'affirmer comme l'un des nouveaux talents de la Rock-Music des années 1970.
  • 1971 - Il compose la musique du film Friends.
  • 1972/1973 - Le 9 février 1972, Reginald Kenneth Dwight change de nom et pour l'état civil, il devient officiellement Elton Hercules John. Il part vivre aux Etats-Unis (1972/1975) où ses excentricités et son style de vie fait rêver la jeunesse américaine, faisant oublier un temps la crise économique naissante et l'enlisement de la guerre au Vietnam.
    Les sorties des albums Honky Château (dont les morceaux Rocket Man et le rétro Crocodile Rock, premier numéro un pour Elton John aux USA) et de Good Bye Yellow Brick Road, un double album inspiré par l'histoire du Magicien d'Oz, sont considérés comme les chefs d'œuvres de sa carrière discographique (notamment, la mémorable suite-introduction Funéral for a Friend - Love Lies Bleeding). En 1973, il fonde sa propre maison de disques, Rocket et signe des artistes comme Kiki Dee (avec laquelle il enregistre, en 1976, le hit Don't Go Breaking My Heart) et Neil Sedaka.
  • 1974 - Il relance la carrière de John Lennon en l'aidant à placer sa chanson, What Ever Get You Thru the Night, à la première place des charts américains et en le faisant remonter sur scène.
  • 1975 - C'est une année extraordinairement remplie, battant tous les records de popularité et de vente (2 % du chiffre d'affaire mondial de l'industrie du disque), avec la sortie des albums Captain Fantastic (album d'inspiration largement autobiographique) et surtout Rock of the Westles (contenant le hit Island Girl), synthèse parfaite des modes musicales du moment, rock, reggae et disco, réalisée avec son nouveau groupe : Ray Cooper (percussions), D. Johnstone et Caleb Quyle (guitares), James Newton Howard (claviers), Roger Pope (batterie) et Kenny Passarelli (basse). On le surnomme "Midasman" car, à l'instar du roi de la mythologie grecque, tout ce qu'il touche se transforme en or. Cet année là, il joue le personnage de Pinball Wizard dans le film Tommy des Who.
  • 1976 - Elton John a son étoile sur le Hollywood Boulevard of Fame. En mai 76, l'album public Here and There est le dernier disque qu'il doit par contrat à DJM. Désormais, sa production personnelle paraîtra sur son propre label, Rocket Records. En octobre 1976, il publie le double Blue Moves où sont gravés les deux titres Tonight et "Sorry Seems to Be the Hardest Word. Ce sera le dernier album totalement écrit par Bernie Taupin.
  • 1977 - En juin 77, il réalise un vieux rêve en devenant président du Watford F.C., un petit club de football de quatrième division.
  • 1978 - Elton John enregistre l'album A Single Man. Bernie Taupin est remplacé pour les textes par Gary Osborne.
  • 1980 - Après Victim of Love, réalisé par le producteur disco Pete Bellotte, Elton renoue avec Bernie Taupin pour l'album 21 at 33, qui paraît en mai 1980. Elton John enregistre ensuite en français, d'abord deux titres avec France Gall, puis un 45-tours qu'il publie en 1981, parallèlement à son album The Fox. Toujours en 1980, il donne un concert gratuit à Central Park à New York, devant 400 000 personnes.
  • 1983 - Au cours des séances d'enregistrement de l'album Jump Up, le chanteur fait la connaissance d'une jeune allemande ingénieur du son, Renate Blauel. Le 14 février 84, jour de la Saint-Valentin, Elton et Renate se marient à Darling Point, en Australie. Leur union durera trois ans.
  • 1985 - Gus Dudgeon produit Ice on Fire. Il s'agit de retrouvailles, puisque Gus et Elton n'avaient plus travaillé ensemble depuis Blue Moves. Elton John renoue avec le succès avec le titre Nikita, qui est n°3 en Angleterre et n°7 aux Etats-Unis.
  • 1987 - Elton John tourne en Australie avec l'Orchestre Symphonique de Melbourne et un groupe de rock composé de treize musiciens. Cette rencontre "à la mode", entre orchestre classique et groupe rock, apporte aux compositions de l'artiste des teintes "classiques" encore plus marquées qui lui vaut le surnom de "Mozart des années 80". De cette tournée paraît Elton John Live in Australia with The Melbourne Symphony Orchestra.
  • 1988 - La sortie de l'album Reg Strikes Back marque une rupture dans la carrière d'Elton John. Il divorce de Renata et suite à des ragots colportés par le journal The Sun, concernant sa vie privée et sa santé, il casse son image de dandy "guignolesque" en mettant en vente chez Sotheby's à Londres son impressionnante collection d'objets personnels. Cette vente rapportera près de 10.000.000 de dollars.
  • 1989 - L'album Sleeping With the Past, inspiré par la soul-music des années 60 et 70, offre à Elton John, pour la seconde fois de sa carrière, une place de numéro un en Angleterre avec le titre Sacrifice (plus de 10 millions d'exemplaires vendus).
  • 1991 - En duo avec George Michael, la version "live" de Don't Let the Sun Go Down On Me se classe n°1 en Angleterre comme aux USA.
  • 1992 - Le chanteur crée sa fondation "Elton John Aids Foundation" pour aider les malades de sida. La même année l'album Duets, propose une collection de duos réalisés avec notamment Little Richard, Stevie Wonder et Kiki Dee.
  • 1994 - Pour le dessin animé de Walt Disney, Le Roi Lion (The King Lion), Elton John écrit avec la complicité du parolier Tim Rice, cinq chansons dont Can You Feel the Love Tonight qui est un succès mondial.
  • 1995 - Elton John reçoit un Grammy Award pour le titre Can You Feel the Love Tonight, et un Grammy de l'industrie du disque britannique pour l'ensemble de sa carrière.
  • 1996 - Elton John lance une maison de production de films : Rock and Pictures.
  • 1997 - Grâce en partie à une certaine hygiène de vie, le pianiste/chanteur renoue avec l'inspiration de ses débuts, mélodie en tête, pour un duo avec le ténor italien Pavarotti : Pavarotti & Friends for War Child. La même année voie le décès de son amie la princesse Diana pour laquelle il remanie la chanson Candle in the Wind (à l'origine composée à la mémoire de Marylin Monroe) et qu'il interprète au cours des obsèques, à l'abbaye de Westminster. Les fonds recueillis pour la vente de ce single rapporteront près de 30.000.000 de dollars à la fondation Diana.
  • 1998 - Il tourne avec Billy Joël et en février il est anobli par la Reine d'Angleterre pour sa contribution aux Arts et aux bonnes œuvres.
  • 2000 - Il adapte Aïda, musique d'opéra composée par Verdi, en comédie musicale pour Broadway.
  • 2004 - Elton John participe, à Cannes, aux NRJ Music Awards et monte un spectacle intitulé The Red Piano à Las Vegas. Il reçoit de la main de George Bush, le prix de la contribution à la culture américaine, équivalent de l'anoblissement.
  • 2005 - Grâce aux nouveaux droit institués en Angleterre sur le mariage entre homosexuels, le 21 décembre 2005, après douze années de vie commune, Elton John se lie civilement à son compagnon, le réalisateur canadien David Furnish, de 16 ans son cadet.
  • 2006 - Après Song From the West Coast (2001) et Peachtree Road (2004), co-signée avec Bernie Taupin, l'album The Captain & the Kid est présenté comme la suite logique, trente ans après, de Captain Fantastic.
  • 2007 - Publication de la compilation Rocket Man - Number Ones, en version limitée et dans laquelle on peut voir en DVD des extraits de son spectacle The Red Piano.

ELTON JOHN ET L'INTERVIEW IMAGINAIRE

Quelle a été votre enfance ?

Elton John - Ce fut une enfance normale. Stricte, parce que mes parents l'étaient. Musicale, parce que mon père jouait de la trompette, qu'il y avait beaucoup de disques à la maison et que j'ai appris le piano très tôt. Je crois que mon plus grand réconfort, n'ayant ni frère ni sœur, était la musique. Elle l'a été tout au long de ma vie.

Pour trouver votre nom de scène, vous vous êtes inspiré des musiciens avec qui vous jouiez, je crois ?

Elton John - Lorsque j'ai décidé d'écrire des chansons et peut-être de les enregistrer, je me suis cherché un pseudonyme original. J'étais dans un groupe qui s'appelait "Bluesology" et dont le chanteur, une grande voix du blues anglais, s'appelait Long John Baldry. Et nous avions un saxophoniste, un très grand musicien, du nom d'Elton Dean. J'ai donc pris Elton, puis John, d'après Long John Baldry. J'étais dans le bus entre l'aéroport et Londres. Il fallait se décider très vite. Bon, bien, ce sera Elton et John ; Elton John, c'est super ! J'ai fait un bon choix.

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à interpréter vos propres chansons ?

Elton John - Parce que personne ne voulait de ces chansons. Et quelqu'un nous a dit : "Pourquoi ne pas les enregistrer vous-mêmes ? Pas les commerciales, pas celles que vous écrivez pour les autres". Parce que, à l'époque, on travaillait aussi sur commande : on écrivait pour Cilla Black, Lulu, des gens comme ça. C'était un boulot qu'on détestait. C'est à propos de nos chansons plus personnelles, comme Skyline Pigeon ou Your Song, que cette personne a dit : "Fais-les toi-même. Chante-les". Et j'ai répondu : "O.K. C'est entendu". Tout a commencé comme ça ; par accident.

Parlez-nous en peu de votre travail, à vos débuts, avec votre producteur et de votre arrangeur, Gus Dudgeon et Paul Buckmaster…

Elton John - Gus Dudgeon a été le producteur de mes quinze ou seize premiers albums. C'est dire son importance pour moi. Tout comme Paul Buckmaster, un génie, un innovateur en matière d'arrangements. J'étais en train d'écouter Space Oddity de David Bowie, une production de Gus arrangée par Paul, et là, j'ai pensé : "Il faut que ces types fassent mon disque, car ce que j'entends est génial !"...
J'étais dans l'obligation de livrer deux albums par an. Mais je n'ai jamais trouvé ça difficile, j'ai pris du plaisir à le faire, je n'ai jamais éprouvé de difficulté à composer, ça a toujours été très facile, Dieu merci ! Non, j'étais quelqu'un qui profitait tellement de sa vie, qui prenait un tel bon temps. ça ne me paraissait pas contraignant, du moins au début. C'est venu ensuite.

Et chanter avec John Lennon, un vieux rêve ?

Elton John - J'avais enregistré avec John Whatever gets you through the night pour son album Walls and Bridges. Et nous avions fait un marché : si la chanson se classait n°1, il remonterait avec moi sur scène et chanterait. Bien sûr, elle a été n°1 et John, fidèle à sa parole, m'a rejoint sur la scène du Madison Square Garden. Qu'est-ce qu'il était nerveux ! Et je n'oublierai jamais l'ovation que le public lui a faite : ça a duré dix minutes ; j'en avais la chair de poule. Ce fut merveilleux !

A un moment donné de votre carrière, vous avez décidé de rompre les liens avec votre ami et collaborateur Bernie Taupin… Pourquoi cette séparation ?

Elton John - La rupture n'était pas préméditée. Si tu écris en collaboration avec quelqu'un depuis longtemps et si tu veux que ça dure, il est essentiel que tu puisses aussi travailler avec d'autres partenaires. Parce qu'il était beaucoup à Los Angeles et moi à Londres, j'ai fais l'album Single Man avec Gary Osborne et Bernie a écrit un album pour Alice Cooper. Les deux disques sont d'ailleurs sortis en même temps. ça a entraîné de la jalousie de part et d'autre, notre relation s'en est trouvée affectée, mais ça l'a aussi sauvée. Si nous n'avions pas travaillé avec tous ces gens, il y a longtemps que nous serions séparés.

Vous avez enregistré quelques disques en Français, notamment avec France Gall. Qu'est-ce qui vous a attiré chez nous ?

Elton John - Parce que j'aime beaucoup la France : j'y suis venu souvent en vacances et j'ai habité deux ou trois fois à Paris pendant un moment. Et puis j'ai rencontré France Gall dont j'aimais les disques, et aussi Michel. Ce fut une idée charmante d'enregistrer une chanson en français. On a fait Donner pour Donner à Los Angeles et ça a été un gros succès par ici. J'ai fait aussi J'veux d'la Tendresse de Jean-Paul Dréau, une chanson que j'avais entendue à la radio alors que je passais des vacances à Saint-Tropez.

Jets en single. Le titre a été n°1 aux Etats-Unis, ce qui vous montre toute ma clairvoyance !


ELTON JOHN - SONG FOR GUY (ext.)


L'album Goodbye Yellow Brickroad est-il comme pour le public, votre référence personnelle ?

Elton John - C'est un très, très bon double album. Faire un double album, c'est difficile, il faut maintenir l'intérêt de l'auditeur pendant deux disques. C'est l'un des points culminants de ma carrière. Il n'y a presque rien à jeter dans l'album. Ironiquement, je ne voulais pas qu'on sorte Benny & The

Le football n'est pas la passion débordante qui anime en général la vie des artistes, mais pas pour vous, semble-t-il ?

Elton John - ça a été formidable pendant dix ans. J'étais président du club Watford F.C. ça m'a coûté beaucoup d'argent, mais ce fut une grande aventure. Avec Graham Taylor, on est remonté de quatrième en première division. Et puis Graham est parti à Aston Villa et je me suis désintéressé de l'affaire. Je reste président honoraire à vie mais le club ne m'appartient plus. Il était très important pour moi d'avoir une activité en dehors de ma carrière de chanteur et de musicien, et le football m'a beaucoup aidé.

En 1985, vous tentez l'expérience de vous produire avec un orchestre symphonique… une expérience heureuse ?

Elton John - Je voulais prouver qu'on peut interpréter ma musique avec sur scène un grand orchestre qui joue fort. Jusque-là, dans ce genre de concert, on ne l'entendait jamais. Avec Gus Dudgeon et Clive Frank qui était mon mixeur depuis des années, on a passé beaucoup de temps à chercher comment amplifier le son de l'orchestre. Le résultat fut brillant. Le seul problème, c'est que je n'avais presque plus de voix. J'avais une extinction quasi-totale. D'ailleurs, après la tournée, je suis resté en Australie et je me suis fait opérer. Sur le disque ma voix est très, très fatiguée. Mais j'arrivais à chanter. Je n'arrivais plus à parler mais chanter, ça marchait !

Après la sortie de l'album Sleeping With the Past vous prenez une décision essentielle pour la suite de votre existence…

Elton John - ça s'est passé en juin 90, juste avant que je ne prenne la décision d'aller de mon plein gré dans un hôpital de Chicago pour en finir avec mes problèmes. Ce fut un tournant dans ma vie. C'est la meilleure chose que j'aie faite pour moi-même dans toute mon existence : admettre que j'avais des problèmes de drogue, d'alcool, d'alimentation, et aller suivre un traitement dans un centre spécialisé pour changer ça. C'est ce que j'ai fait de plus courageux et de plus honnête dans ma vie.
Après seize années de drogue, quelques bons moments et beaucoup de mauvaises passes, je me suis enfin débarrassé de tous ces boulets que je traînais derrière moi. J'aime à nouveau la vie, je me lève tôt le matin. J'ai beaucoup de chance de faire ce que je fais, j'ai une vie formidable et je l'apprécie. J'ai changé de direction à temps. Et tout est bien mieux maintenant.


ELTON JOHN - I'M STILL STANDING (ext.)

DISCOGRAPHIE D'ELTON JOHN


  • 1969 : Empty Sky
  • 1970 : Elton John
  • 1970 : The Games [Original Soundtrack]
  • 1971 : Tumbleweed Connection
  • 1971 : Friends
  • 1971 : 11-17-70 [live]
  • 1971 : Madman Across the Water
  • 1972 : Honky Château
  • 1973 : Don't Shoot Me I'm Only the Piano Player
  • 1973 : Goodbye Yellow Brick Road
  • 1974 : Caribou
  • 1975 : Captain Fantastic and the Brown Dirt Cowboy
  • 1975 : Rock of the Westies
  • 1976 : Here and There [live]
  • 1976 : Blue Moves
  • 1977 : The Thom Bell Sessions
  • 1978 : A Single Man
  • 1979 : Victim of Love
  • 1980 : Lady Samantha
  • 1980 : 21 at 33
  • 1981 : The Fox
  • 1982 : Jump Up!
  • 1983 : Too Low for Zero
  • 1984 : Breaking Hearts
  • 1985 : Ice on Fire
  • 1986 : Leather Jackets
  • 1987 : Live in Australia
  • 1988 : Reg Strikes Back
  • 1989 : Sleeping With the Past
  • 1989 : The Complete Thom Bell Sessions (réédition)
  • 1992 : The One
  • 1993 : Duets
  • 1994 : The Lion King OST
  • 1995 : Made in England
  • 1996 : Love Songs
  • 1997 : The Big Picture
  • 1999 : The Muse
  • 1999 : Elton John and Tim Rice's AIDA
  • 1999 : Live at the Ritz
  • 2000 : The Road To Eldorado
  • 2000 : One Night Only [live]
  • 2001 : Songs from the West Coast
  • 2004 : Peachtree Road
  • 2006 : The Captain & The Kid
  • 2007 : Rocket Man - The Definitive Hits (Compilation)

DVD (SELECTION)


  • Elton 60 - Live at Madison Square Garden ( 2 volumes )
  • Face to face - Live in Japan 1998
  • Live in Barcelona
  • Goodbye yellow brick road
  • Elton John - 60ème Anniversaire
  • Your song
  • Greatest hits live 1970/2002
  • Prince's trust rock gala 1986 avec Eric Clapton
  • Best male artist avec Tom Jones

Pour en savoir plus sur Elton John

  • Elton John, le site officiel (en anglais) : Elton John

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la ou bien suivez-nous !

L'AVIS DES INTERNAUTES

Soyez la première personne à publier votre message ici, en remplissant le formulaire ci-dessous.