PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LES QUESTIONS DU CANDIDE



LES ÉCOLES DE MUSIQUE EN QUESTION

Depuis quelques temps vous hésitiez, mais aujourd’hui, votre décision est prise : vous êtes prêt à suivre des cours dans une école de musique. Cela faisait trop longtemps que vous aviez le sentiment de ne plus avancer, de rester bloquer à la moindre difficulté… Il fallait réagir ! Seulement, choisir une école de musique n’est pas facile…


En France, si les écoles de musique sont nombreuses, toutes ne reposent pas sur les mêmes valeurs, ni sur les mêmes exigences. Souvent, leur mode de fonctionnement s’adresse à un public particulier : enfant, adulte, amateur, professionnel, et intègre ou pas certains types d’enseignement : cours particulier, cours collectif, classe d’ensemble, stage, formation professionnelle...


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Des questions viennent en tête, du genre : Dois-je choisir l’école de mon village, de mon quartier, ou bien dois-je m’aventurer dans une structure plus spécialisée, quitte à utiliser mon véhicule pour m’y rendre ? Ensuite, comment choisir entre un établissement privé, une école municipale ou une école parrainée ? Quelles sont leurs différences ? Un tarif élevé est-il toujours justifié ? La qualité de l’enseignement suit-il le même chemin ? S’il vous est difficile de trouver la réponse à ces questions et à bien d’autres, alors lisez ce qui suit…


LA MARCHE À SUIVRE QUI S’IMPOSE

Tout d’abord, avant de choisir une école de musique, vous devez définir vos principaux objectifs. Un peu d’organisation ne peut pas nuire, bien au contraire…

Cinq points importants doivent guider votre décision :

  • 1. Choisir
  • 2. Investir
  • 3. Déjouer les pièges
  • 4. Apprendre
  • 5. Jouer

A présent, regardons chaque point en détails…


1 - LE CHOIX

Les questions à se poser sont les suivantes…

  • 1. Quel est le style de musique que je souhaite apprendre ?
  • 2. Quel est mon niveau, et celui que l’on me propose est-il adapté à mes besoins ?
  • 3. L’ambiance, c’est important ! Est-elle bonne ? Je fais mon enquête…
  • 4. Le prix, est-il dans mes moyens ?
  • 5. L’accessibilité : tram, autobus, voiture, vélo ou marche à pied ?
  • 6. L’assiduité demandée : un ou plusieurs cours par semaine ?
  • 7. Les horaires : sont-ils adaptés à mes disponibilités ?
  • 8. Le calendrier : suit-il le programme scolaire ou pas ?
  • 9. Le programme : puis-je commencer tout de suite ou bien attendre plusieurs mois avent de démarrer ?

2 - L’INVESTISSEMENT

  • 1. La suffisance : dans la mesure du possible, il est préférable de s’offrir un service de professionnel plutôt qu’un simulacre de service public.
  • 2. A bas l’excès : ne vous mettez pas dans une position où la dépense viendrait à entraver votre progression. Pensez à inclure dans votre budget le matériel dont vous allez avoir besoin.
  • 3. Vive les formules ! Profitez des tarifs préférentiels si l’école ou le professeur le propose.
  • 4. La formation professionnelle : si vous le pouvez, faites prendre en charge votre dépense en tant que formation professionnelle. Certaines écoles et établissements privés sont agrées en centre de formation. Renseignez-vous, car logiquement, ils n’ont généralement pas le droit de faire de publicité officielle, ni d'indiquer que leurs formations sont remboursables sous certaines conditions.

3 - DÉJOUER LES PIÈGES

Le piège Internet

Notre enquête réalisée il y a quelques années avait relevé le manque de fiabilité d’un nombre important de sites et de réseaux d’annuaires de professeurs. Aujourd’hui, rien n’a changé ou presque. Cela aurait même prit une allure ascendante… alors méfiance.

Les méthodes rapides

Il existera toujours des hypnotiseurs, des charlatans, prêt à vous faire croire à l’incroyable. Leurs méthodes sont toutes désignées pour être les meilleures et les plus rapides. C’est du commerce parfois/souvent éhonté, mais il existe ! Sur le fond, il n’est pas difficile d’être plus rapide que l’enseignement des conservatoires et des écoles de musique, surtout si le but à atteindre est moins élevé et si l’on met en balance le temps passé. Qu’un professeur ou une méthode vous apprenne en quelques cours un morceau de rock, de blues ou une chanson composée de quelques accords ne relève pas de l’exploit. La question la plus importante à se poser est la suivante : Et après, que faisons-nous ? En d’autres termes, quel est le suivi sur le long terme.

Le professeur

Les professeurs de musique peuvent être classés en trois catégories :

  • 1 - Les musiciens qui ont réussi et qui ont besoin d’argent (ou qui font cela en attendant un hypothétique succès).
  • 2 – Les musiciens qui ont envie d’aider les autres à le devenir, et dont c’est le métier.
  • 3 – Les musiciens ratés.

    En toute logique, le but d’un professeur n’est pas d’en mettre plein la vue à son élève. Dans le cas contraire, évitez-le, sinon applaudissez à la fin et demandez le rappel ! Autre bévue, celle qui consite à utiliser un langage façon ‘Einstein’. Prendre un cours, ce n’est pas aller dans un amphithéâtre pour assister à une leçon d’un orateur tout en regardant son voisin pour voir s’il a compris ! En quittant le professeur, vous devez avoir le sourire plutôt qu’une tête d’enterrement ou un stress que vous aurez du mal à surmonter. Enfin la vitesse. Le professeur doit aller à la votre et non imposer la sienne. Cela a été déjà dit dans le site, mais cela ne fait pas de mal de le répéter une fois encore ! Dans le cas où vous seriez plusieurs dans le cours, il ne faut pas hésiter à intervenir si l’on se sent dépassé. Evidemment, si ce genre d’accident se produit trop souvent, c’est que les cours ne sont pas adaptés à votre niveau. Le mieux est d’en changer immédiatement. Logiquement un prof attentif à ses élèves doit remarquer s’il y a un malaise, et il doit intervenir pour avoir des explications sur ce qui se passe.


4 - APPRENTISSAGE ET CONSEILS POUR UNE TOTALE RÉUSSITE

  • 1. Ne laissez pas tomber à la première difficulté… car il y en aura forcément.
  • 2. Suivez les instructions des professeurs. Vous ne connaissez pas leur méthode pour aborder l’apprentissage de la musique. Vous ne pourrez porter un jugement de valeur que plus tard, après avoir appliquer aussi fidèlement que possible leurs instructions.
  • 3. Pour progresser, un travail quotidien de l’instrument est préférable. Vous devez disposer d’un espace temps confortable à votre disposition. Le manque de temps est l’ennemi public n°1 de celui qui apprend la musique !
  • 4. Appliquez tout ce que vous apprenez au fur et à mesure… N’attendez pas ! En musique, il y a tellement de chose à faire !

5 - JOUER ET PRATIQUER

  • 1. Jouer, seul ou à plusieurs, pour le plaisir, mais pas seulement. Avec le recul, vous devrez observer les résultats apportés en suivant les cours.
  • 2. Dès que vous le pouvez, jouez en groupe. C’est stimulant, enrichissant et plus en phase avec ce que l’on peut attendre de la musique. Un jour, qui sait, vous monterez votre propre groupe. Jouer en groupe, c’est une façon de mettre en pratique ce que vous aurez appris.
  • 3. Atteignez le but que vous vous étiez fixé, et voyez encore plus loin… fixez-en d’autres !

JE CHOISIS MON ÉCOLE DE MUSIQUE

En France, trois groupes se dégagent lorsqu’on analyse les principales caractéristiques des écoles de musique, chacune s’adressant apparemment à un public bien précis :

  • 1. Les écoles municipales.
  • 2. Les écoles parrainées par des marques d’instruments.
  • 3. Les écoles privées ou indépendantes.

LES ÉCOLES MUNICIPALES

Les écoles dites « municipales » sont des organismes privés ou publics ou semi-publics, c’est-à-dire bénéficiant d’une structure relativement autonome, mais financés par les municipalités. Elles sont responsables devant leur Conseil Municipal de la gestion de leurs affaires, et dans une moindre mesure de la qualité de leur enseignement.

La plupart ont été créées dans les années 70. Les écoles municipales proposent au public un large éventail d’instruments. Le piano et la guitare sont les instruments dominateurs, suivis de la flûte, du violon et des percussions.

LES +

Les écoles municipales sont des outils de vulgarisation de la musique. Elles accomplissent souvent cette mission avec succès, puisque le nombre de leurs élèves se situe en moyenne entre 300 et 500 élèves dans les villes de moyenne importance. Un chiffre qui est en constante évolution année après année.

Les élèves viennent en général deux à trois heures par semaine : cours d’instrument, solfège et classe d’ensemble. Un programme complet qui explique assez bien le côté attractif de ce genre d’école, d’autant plus que côté tarif, celui-ci est souvent financé pour une part importante par le contribuable. Les prix peuvent être inférieurs de deux à trois fois à ceux pratiqués par les autres formes d’école. De plus, les écoles municipales de nature semi-publique tiennent souvent un rôle d’animation culturelle dans leur commune en produisant des fêtes, des concerts ou des concours, apportant au passage un éventuel plaisir, voire un indispensable plaisir aux oreilles attentives des parents d’élèves. Ultime avantage des écoles municipales, c’est d’avoir créer un enseignement de proximité et abordable au cœur même de la commune. Plus besoin d’aller se déplacer dans la grande ville voisine pour suivre des cours de musique !

LES -

Les écoles municipales ont également leurs points faibles : un nombre important d’élèves par classe, ce qui ne peut, dans un enseignement artistique, que nuire à la qualité du « suivi » pédagogique. Seconde faiblesse, le manque d’approfondissement des styles et des instruments abordés. En d’autres termes, la faiblesse relative du niveau.

Parfois, certaines municipalités jouent la carte ‘élitiste’ en orientant les meilleurs élèves vers le conservatoire régional au bout de deux ou trois de pratique instrumentale. C’est une façon de désengorger le nombre de demande faites auprès des CNR, mais aussi une façon de reconduire le budget culturel de la municipalité, car celle qui est déléguée obtient généralement des avantages ; avantages qui ne sont pas toujours connus des élèves inscrits, puisque cela n’est pas du ressort de la musique, mais du domaine économique et intercommunal (sous-entendu avantages financiers, prêt de matériel, sans oublier les raisons politiques qui s’y immiscent parfois).

CONCLUSION

Les écoles municipales sont destinées à un public qui désire s’initier à la musique sans chercher un enseignement spécialisé ou « haut de gamme », ou dont les moyens financiers sont limités. Généralement, la proximité géographique intervient et prend le dessus sur toute autre décision lorsque la commodité ou la facilité tient une place importante (manque de temps, horaires, commodité des transports urbains...). Les écoles municipales servent également de test avant de se lancer dans une aventure musicale plus poussée en se rendant dans la ville voisine pour suivre des cours auprès d’un organisme indépendant.



LES ÉCOLES PARRAINÉES

Les écoles dites « parrainées » ont des facilités auprès de certaines grandes marques de matériel musical, en particulier la possibilité de se réclamer de leur nom. Elles sont nées de la ‘japonisation’ du matériel musical dans les années 80. Les marques les plus représentées sont Yamaha, Tama/Paiste, Technics, Suzuki, et Hohner.

Ces écoles ont généralement une assez grande indépendance vis-à-vis de leurs parrains, et leurs rapports se situent quelque part entre de simples facilités de paiement pour leur équipement et la mise en place complète d’un programme pédagogique avec méthode, diplôme et concours. Toutefois, les écoles parrainées sont seule responsable de la gestion de leur entreprise.

LES +

Un des côtés attractifs des écoles parrainées est d’avoir apporté dans leurs bagages la notion de formation, telle un service après vente, synonyme dans la conception orientale d’un honorable (et souvent enviable) gage de professionnalisme.

Autre point dominant, la compétence des enseignants dont la formation est en rapport avec le matériel. Du fait de cette spécialisation, ils bénéficient souvent d’une information de première main sur leur utilisation.

LES -

Les écoles parrainées sont généralement de petite taille et sont parfois associées à des magasins de musique. Le problème généralement rencontré est le nombre restreint d’instruments qu’on y trouve. Très peu de ces écoles enseignent le chant ou le saxophone, alors que la batterie et les claviers ne posent pas de problèmes.

L’obligation de suivre une méthode particulière.

Les cours dispensés sont généralement d’une heure, mais en collectif. En effet, un seul professeur s’occupe de plusieurs élèves dans un même cours. Chaque élève à son propre instrument et un casque à disposition. Ainsi, tout en ayant un aspect collectif, le cours possède un aspect individuel indéniable, mais limité en temps d’intervention pour chaque élève. Le rapport qualité-prix peut donc devenir imbattable, sans toutefois mériter les trois étoiles du guide de l’enseignement musical !

CONCLUSION

Ce type d'enseignement 'partagé' suffira à un élève peu exigeant, car les résultats sont très inégaux, voire absents en reposant avant tout sur de la motivation, véritable moteur et outil pédagogique dans ce genre d'école. C’est un enseignement qui, au départ, répond à une énorme demande (enseignement de masse), tout en justifiant une approche qui se veut sérieuse (concours, concerts…). Les prix sont justes en dessous de ceux des écoles indépendantes en raison, le plus souvent, de la place donnée à la publicité et aux économies faites sur les instruments, aussi bien pour les enseignants que pour les élèves.


LES ÉCOLES INDÉPENDANTES

On y trouve un peu de tout. Cela va de l’école ‘sacré’ avec ses centaines d’élèves, au professeur seul, dans un deux pièces ou un studio. A la base, monter une école indépendante demande des moyens financiers : locaux, instruments…

Les « indépendants » tirent de leur activité des avantages et des inconvénients. D’un côté, la nécessité de se battre pour subsister avec peu ou pas de subventions, sans oublier la concurrence, souvent grandissante. De l’autre, la possibilité d’aller de l’avant, d’avoir une marge de liberté importante pour tout ce qui concerne l’organisation des rencontres, des ateliers et des expériences pédagogiques. Aucun compte à rendre à personne, à qui que ce soit.

LES +

L’école indépendante doit être très organisée si elle souhaite réussir et s’épanouir. Au fil du temps, les réussites produiront de plus en plus de résultats, que les écoles en question montreront fièrement. La dure loi du marché aura tôt fait d’éliminer les incapables, et on peut, au bout de quelques années d’existence, juger ainsi de la qualité d’une école indépendante.

Un grand nombre d’écoles indépendantes, souvent montées en association, s’organisent autour de différentes activités annexes constituées d’animation et de production artistique ; en premier lieu, celui de voir jouer leurs élèves, de monter des ateliers et des stages occasionnels.

LES -

Un professeur qui a trop d’élèves. Celui qui dépasse 20 élèves (20 heures de cours par semaine) c’est déjà beaucoup. Donner un cours demande beaucoup d’attention. Il ne faut pas que l’élève ait le sentiment de ne pas recevoir celle qu’il mérite.

La majorité des écoles indépendantes enseigne la musique classique, celle-ci constituant leur activité principale. A l’exception des grandes villes, les villes de moyenne importance et les petites communes sont rarement en mesure de proposer un enseignement pluridisciplinaire orienté musique contemporaine (jazz, rock, chanson…).

CONCLUSION

Difficile de trouver une conclusion facile avec les écoles de musique indépendantes. En raison justement de leur indépendance, il n’existe pas de profil type, un type d’enseignement qui se voudrait versatile, de qualité, et financièrement abordable pour le plus grand nombre. Cela existe sûrement, aussi, si vous trouvez la perle rare, n’hésitez pas, car ce genre d’établissement est capable de vous apporter la meilleure solution, surtout si votre demande exige certaines conditions toutes personnelles : cours dans un domaine musical précis, mise à niveau, formation professionnelle…


  par PATRICK MARTIAL (09-2013)