PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

HISTOIRE DE LA MUSIQUE : LES PIANISTES DE JAZZ



"DODO" MARMAROSA PORTRAIT, UN PIANISTE AMATEUR DE BE-BOP

Pour de nombreux critiques de jazz, Dodo Marmarosa est l'un des pianistes les plus brillants du be-bop. De formation classique, il a apporté dans les premiers envols de cette musique libertaire sa grande connaissance de la tradition swing. Dodo Marmarosa a innové sans paraître innover et a cité sans sembler paraphraser. Sa carrière, de courte durée, fut interrompue par des troubles psychiatriques.


LES DATES IMPORTANTES DE LA VIE DE 'DODO' MARMAROSA


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


  • 1925 - Michael "Dodo" Marmarosa est né à Pittsburgh, en Pennsylvanie, le 12 décembre 1925. Il fait de sérieuses études de piano classique tout en écoutant du jazz, notamment Art Tatum. Il reçoit le surnom de "Dodo" , à cause de sa tête disproportionnée surmontant un corps de petite taille.
  • 1940 - À 15 ans, il se produit dans différents orchestres de danse.
  • 1942/1945 - Il se joint à l'orchestre du batteur Gene Krupa, pour ensuite jouer au sein de celui de Tommy Dorsey. Le chef d'orchestre Charlie Barnet et le clarinettiste Artie Shaw feront également appel à lui.
  • 1946 - Dodo Marmarosa enregistre avec l'orchestre de l'arrangeur Boyd Raeburn, puis avec le saxophoniste "Ellingtonnien" Lester Young.
  • 1947 - Il enregistre avec le saxophoniste de bop Charlie Parker.
  • 1961/1962 - Après une longue absence, il réapparaît à Chicago et enregistre deux fois en trio comme leader et participe à une session dirigée par le saxophoniste Gene Ammons.
  • 1963 - Il se retire dans sa ville natale.
  • 2002 - Michael "Dodo" Marmarosa décède des suites d'une attaque cardiaque le 17 septembre 2002.

DODO MARMAROSA, APÔTRE DU JEU BOP

Du fait d'une carrière discrète et en intermittence, le pianiste Dodo Marmarosa n'a pas connu la célébrité d'un Thelonious Monk ou d'un Bud Powell, mais les spécialistes ont toujours considéré ses prestations musicales comme déterminantes quand il s'agit d'évoquer l'épopée du jazz bop.

Lorsqu'en 1941 il commence sa véritable carrière professionnelle en intégrant l'orchestre de Johnny "Scat" Davis, Dodo Marmarosa est encore un jeune pianiste de 16 ans. Pas encore à la botte du bop, il reçoit sa première solide expérience scénique grâce au célèbre batteur Gene Krupa. C'est au contact de Dizzy Gillespie, au sein de l'orchestre du saxophoniste Charlie Barnet, puis auprès de Charlie Parker que le jeune pianiste s'enflamme aussitôt pour ce nouveau langage révolutionnaire. En peu de temps, porté par un réel talent d'adaptation au jeu bop, le pianiste décode et interprète de façon magistrale les phrases et les harmonies. Dodo Marmarosa tient alors entre ses mains un discours musical qui n'a presque plus de secrets pour lui. Il pénètre, sans qu'il le sache, dans un univers sonore qui va révolutionner les bases du jazz pour les décennies à venir.


DODO MARMAROSA - MELLOW MOOD


Inspiré au départ par les grands pianistes swing, tels Art Tatum et Teddy Wilson, Dodo Marmarosa est déjà très jeune un pianiste prodige. Son remarquable sens de l'improvisation capte l'attention de Tommy Dorsey qui l'engage dans son orchestre où il rencontre une autre légende de la batterie, Buddy Rich. À cette époque, il n'est pas encore entouré de musiciens bop et ce ne sera pas le cas non plus avec le combo d'Artie Shaw qu'il rejoint en novembre 1944.

Le combo d'Artie Shaw est habitué à produire des hits, comme Frenesi (qui restera n°1 aux États-Unis durant 13 semaines en 1940), mais la petite formation atypique qu'a intégré Dodo Marmarosa possède une couleur vraiment jazz. D'ailleurs, que ce soit le trompettiste Roy Eldridge ou les guitaristes Barney Kessel et Ronnie Singer, tous sont des musiciens de jazz dans la plus pure tradition. À l'écoute, le jeu fluide du pianiste fait merveille. Même s'il est ancré dans le swing, il apporte de surprenantes envolées harmoniques et rythmiques inspirées par un langage bop naissant.

En dehors de ces expériences musicales avec quelques ténors du swing et du middle-jazz, Dodo Marmarosa a enregistré quelques disques en tant que sideman durant les années 40. Outre le swinguant saxophoniste Lester Young, il a enregistré avec des musiciens bop, comme le trompettiste Howard McGhee et les saxophonistes Wardell Gray et Charlie Parker. Ces prestations, hautes en couleurs, lui valent d'être remarqué par le magazine "Esquire" (magazine pour homme qui a surtout prospéré durant la Grande Dépression).

Après 1950, Dodo Marmarosa se fait rare. En 1954, les complications de sa maladie psychiatrique le conduisent à être interné pendant quelque temps (les origines remonteraient en 1943, quand lui et le clarinettiste Buddy DeFranco reçoivent une correction de la part de matelots à la sortie d'un club où ils s'étaient produits)... "Dodo Marmarosa était un homme doux et fragile, parfois imprévisible, avec des sautes d'humeurs. Il n'a jamais appris à faire face aux pressions de la vie que subissent les jazzmen", précise Artie Shaw. Les différents chocs électriques qu'il reçoit en clinique l'amènent alors dans un état psychologique des plus déplorables.

Ce précurseur du be-bop refait pourtant surface en 1961 et participe à une session pour Argo Records supervisée par le producteur Jack Tracy. Ce sera l'enregistrement d'un album intitulé Dodo's Back. L'année suivante il collabore avec le saxophoniste Gene Ammons pour le catalogue Prestige ainsi qu'avec le trompettiste Bill Hardman.

Dodo Marmarosa continue de se produire, mais de façon irrégulière. Toutefois, pour les inconditionnels du pianiste, le label Uptown Records a réalisé un CD issu de différents enregistrements amateurs contenant quelques rares prestations du pianiste bop.

La dernière prestation en public de Dodo Marmarosa a lieu dans un restaurant de Pittsburgh en 1968. Atteint de diabète, il met fin de façon définitive à sa carrière professionnelle. Ses dernières notes, il les a réservées aux résidents et à quelques invités du centre médical de Lincoln-Lemington-Belmar, son dernier refuge où il vécut jusqu'à sa mort en 2002.