PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LES QUESTIONS DU CANDIDE



DE LA PARTITION À LA COMPOSITION

Pour un pianiste ou un clavieriste, les pratiques musicales sont nombreuses et variées. Noffrant pas toutes les mêmes services et ne réclamant pas les mêmes aptitudes, nous avons jugé bon de vous les présenter sous formes de fiche individuelle avec leurs avantages et inconvénients. Ainsi, outre cette page qui concerne les grands aspects de la culture musicale, vous trouverez au bas de cette page, un petit sommaire regroupant les disciplines suivantes : 1. La lecture des partitions - 2. La lecture des grilles d'accords - 3. La composition - 4. L'arrangement - 5. L'improvisation.


1 - LA CULTURE MUSICALE


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Sans origine, sans histoire et sans aucun repère, quelle musique jouerait notre ami Robinson sur son île déserte ? Essentielle et indispensable, la culture musicale permet le développement de la sensibilité, de l'instinct et ouvre les voies de la communication entre les êtres. Grâce à la culture musicale, vous abordez les enjeux musicaux avec un plus grand discernement, une plus grande lucidité. Si vous vous destinez à travailler un style de musique en particulier, comme le classique, le jazz, le blues, le rock…, vous devrez accentuer votre connaissance dans la matière choisie.

Un détail qui a son importance : n'oubliez pas que, historiquement, de nombreuses musiques ont des connexions entre elles : le classique avec le jazz, le jazz avec le blues, le blues avec le rock, le rock avec le classique, la chanson avec le folklore, etc. Pour saisir ces différentes relations, vous tirerez un certain avantage à élargir votre champ de connaissances en abordant des musiques très diverses.


2 - LE RYTHME

Le rythme vit d'abord à l'état naturel avant d'être utilisé de façon intellectuelle par l'homme. Il possède une valeur communicative qui doit être mise en avant dès qu'on pratique la musique. Il peut se travailler sous forme écrite et non-écrite, par imitation. Il est toujours possible de progresser, de découvrir de nouvelles figures, de nouvelles indépendances rythmiques. C'est même recommandé si l'on souhaite accéder à une maîtrise instrumentale supérieure.

Un détail qui a son importance : la musique a ses priorités... Un musicien avec une intelligence rythmique développée sera toujours plus à l'aise pour aborder n'importe quel style de musique. Face à des musiques peu ou pas écrite, comme le jazz, le blues ou le rock, le rythme devient un acte créatif, un maillon vivant des musiques improvisées.


3 - L'INTERPRÉTATION

L'interprétation est le lien sensible, le trait d'union entre l'œuvre et le musicien. Quand elle manque d'expression, on évoque alors la froideur, l'absence de relief. La musique devient sans âme. Toutes les œuvres, qu'elles soient classiques ou contemporaines, ont besoin d'une palette de nuances, d'une somme de petits détails qui, des uns aux autres, construisent sa richesse, son dynamisme et sa beauté unique. L'interprétation est et restera toujours l'élément déterminant d'une musique, capable de transmettre avec ses codes ce qui est de bon goût ou de mauvais goût.

Un détail qui a son importance : Une œuvre musicale est un livre ouvert sur une interprétation qui raconte une histoire. L'interprétation n'est jamais neutre. Si son expression dépend avant tout de son interprète, elle n'est pas nécessairement inféodée à sa technique (même si celle-ci facilite son exécution). Par exemple, lors d'un concert, un pianiste virtuose peut, par manque de concentration ou de préparation, être dans l'incapacité d'interpréter avec 'brio' une œuvre, même facile. La technique n'est qu'un critère d'évaluation qui peut, à tout moment, être remis en cause par une interprétation aux valeurs subjectives.


4 - LA SENSIBILITÉ AUDITIVE

Posséder une 'bonne oreille', sans que celle-ci soit absolue *, rend de nombreux services, notamment dans le domaine de l'harmonie (improvisation), pour faire des relevés (notes, accords), dans la création (composition) ou pour comprendre les mécanismes sonores qui interagissent entre différents instruments (arrangement).

Une 'bonne oreille' facilite la vie du musicien en l'aidant à mieux communiquer avec l'alchimie des sons. Grâce à elle, il développe un autre rapport avec son instrument, plus aiguisé et plus sûr. Posséder une bonne oreille apporte une certaine confiance en soi et aide à résoudre certains problèmes musicaux quand le musicien est dans l'impasse. Il sait alors qu'il peut compter sur elle pour l'aider.

* Une oreille absolue est capable de situer avec précision la hauteur d'un son pour le nommer.

Un détail qui a son importance : si, pour un débutant, l'instrument à clavier offre bien des avantages, comme celui de situer la position des notes, le fait qu'il soit déjà accordé n'aide pas l'oreille de son utilisateur à avoir toute l'attention nécessaire. Contrairement au petit geste d'accordage quotidien du violoniste ou du guitariste, le claviériste débutant, libéré de cette tâche, prend souvent conscience de la justesse de son oreille tardivement (sauf s'il a pratiqué certains exercices, comme des dictées musicales ou des relevés de morceaux).


LES PRATIQUES MUSICALES EN FICHE