PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LES QUESTIONS DU CANDIDE



PRATIQUER L'IMPROVISATION AU PIANO - MÉTHODES ET CONSEILS

Pour une meilleure compréhension du sujet, vous devez avoir pris préalablement connaissance du sommaire LES PRATIQUES MUSICALES où sont décrits les points en commun des différentes disciplines.


LES GOÛTS ET QUALITÉS

  • 1 - Ecouter beaucoup de musique en rapport avec le style pratiqué et même davantage.
  • 2 - Accepter de se prendre en main.
  • 3 - Posséder une bonne vivacité d'esprit.
  • 4 - Etre observateur, attentif et curieux.

LES DEVOIRS

  • 1 - Pratiquer le relevé à l'oreille.
  • 2 - Acquérir des connaissances en harmonie.
  • 3 - Travailler de nombreuses figures rythmiques dans le but de développer l'indépendance main droite/main gauche.
  • 4 - Dès que possible, pratiquer le jeu en collectif.

MÉHODE ET CONSEILS POUR BIEN IMPROVISER


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


On a trop souvent tendance à croire que lire une partition avec une facilité déconcertante fera de vous un musicien accompli ou un musicien satisfait. Pourtant, sauf à vouloir vivre la musique avec une certaine frustration, l'appel d'air vers d'autres horizons semble une évidence. Connaître la musique à travers l'enfermement de la partition est en contradiction avec la nature humaine. La soif de curiosité et le dépassement de soi sont souvent là pour nous le rappeler.

L'improvisation est riche d'enseignement. Ainsi, vous apprendrez vite qu'on ne maîtrise pas une improvisation, mais que c'est elle qui vous apprend à vous maîtriser. Même si l'improvisation n'est pas une science parfaite, elle est d'une portée considérable quand elle croise le fer avec des musiques aux angles prédéfinis. C'est toujours elle qui, par accident, vous fera rebondir dans une autre direction. Même maladroitement, cette 'science' de l'instant présent vous fera découvrir le moyen de vous exprimer librement, de vous évader. Un simple support harmonique constitué de deux ou trois accords peuvent suffire à ce bonheur-là.

En musique improvisée, il n'existe pas une méthode, mais des 'travaux d'approche' qui s'entrecroisent. Si la plupart d'entre eux reposent sur des connaissances écrites qui permettent par exemple de poser un pied sur quelque chose de concret comme une partition, une suite d'accords ou une cadence spécifique, l'essentiel n'est pas là. Certes, cela rassure celui qui a pour habitude de flirter avec les écritures, mais pour exister l'improvisation a besoin de beaucoup plus d'espace. Elle doit sortir impérativement du cadre théorique. Ainsi, le relevé est un travail essentiel, car, outre le développement de la sensibilité auditive, il permet de pénétrer au cœur des mécanismes de l'improvisation d'une façon plus efficace qui si vous aviez, face à vous, le relevé déjà écrit sur partition.

D'autre part, l'improvisation implique un port d'attache, et ce port d'attache, c'est vous. Vous avec vos hésitations et maladresses, vos idées et votre enthousiasme. Les premiers pas, les premiers émois ne doivent venir que de votre for intérieur. Il faut devenir réceptif, sensible aux vibrations sonores qui vous entourent et entrer en communication avec elles. Ce n'est ni difficile, ni facile, mais sans aucune initiative personnelle, sans effort et sans engagement de tous les instants, alors point de salut pour devenir un véritable improvisateur. Les réponses essentielles vous ne les trouverez ni dans les livres, ni dans aucune méthode écrite.

L'enfant est toujours plus réceptif que l'adulte pour pénétrer au cœur d'une improvisation instinctive, et pourtant, la grosse erreur commise dans l'enseignement de la musique est de minimiser sa portée sur l'individu et sur son futur accomplissement artistique. La notion d'improvisation est souvent mal comprise ou mal adaptée parce qu'il est difficile de la transmettre sans laisser planer des doutes ou un certain flottement entre le professeur et l'élève. C'est pour cette raison que l'enseignement des musiques improvisées est devenu au fil du temps, comme pour le classique, une discipline à l'apprentissage scolaire et dénuée de spontanéité. Les risques étant calculés, leur étude fabrique à tour de bras des musiciens à la technique efficace mais au contour 'standardisé' et sans surprise.

Ce flottement éducatif qui est rarement admis par les institutions musicales - elles préfèrent glorifier tel ou tel exemple pour mieux masquer certains enjeux économiques - est souvent imité à son tour par les élèves eux-mêmes ; ces derniers confondant bien souvent les préceptes de l'éducation musicale avec ceux de l'éducation scolaire. Or, s'il existe bien un domaine musical ou l'éducation scolaire n'a jamais trouvé sa juste place, c'est bel et bien dans le domaine de l'improvisation. Ainsi, l'enseignement des musiques improvisées à défaut de rendre la 'discipline' singulière et novatrice, cherche à devenir une science exacte, ce qui l'éloigne d'autant plus de l'acte improvisé et de ses errances légitimes.

LE RÉSULTAT D'UNE BONNE IMPROVISATION

L'improvisation ce n'est ni une question de temps ou de niveau technique car les premiers pas consistent avant tout à savoir se positionner face à la musique. À défaut de savoir s'y prendre, il est donc essentiel d'être bien conseillé. Vous devriez 'apprendre' à improviser en même temps que vous faites vos premiers pas sur l'instrument et ne pas attendre un hypothétique signal du professeur. Cette prise de position est essentielle ! Par exemple, dans un cours, le temps passé à lire des notes ou à déchiffrer une partition devrait être partagé avec des moments d'évasion (improvisation collective, rythmes spontanés) où la libre circulation de la pensée serait épaulée par des réflexions et des échanges. Il n'y a pas d'âge pour cela !

Si le discours de l'improvisateur a toujours un point de départ, son point d'orgue n'est jamais défini par avance. C'est là sa force, mais aussi sa faiblesse chez ceux qui ignorent ses mécanismes. Le développement de l'improvisation est toujours entre les mains de celui qui improvise et nul autre. Vous serez toujours face à vous-même, face à une exigence qu'il est parfois difficile de tenir sur le long terme, d'autant plus que le véritable improvisateur cherche toujours à repousser ses limites pour éviter de tomber dans une certaine routine, une certaine lassitude.

En terme de résultat, l'improvisation n'a pas de limites, mais demande du recul pour être correctement analysée. Elle dépend avant tout de votre personnalité et de votre ambition musicale. Vous prendrez peut-être plus de plaisir à improviser sur quelques accords comme un musicien de blues, tandis qu'une suite d'accords plus complexe ou au langage moins 'communicatif' vous laissera de marbre.

Pour en savoir davantage consulter l'entretien
APPRENDRE L'IMPROVISATION ET SON LANGAGE.

SOMMAIRE "LES PRATIQUES MUSICALES"