PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LEÇON GRATUITE



TRANSPOSER UN MORCEAU DE MUSIQUE - LES MÉTHODES

TRANSPOSER UNE PARTITION, UNE GRILLE D'ACCORDS

Si aujourd'hui, les claviers numériques permettent de transposer avec facilité la hauteur tonale en manipulant simplement un bouton et donc de ne pas toucher à la partition originale, l'utilisateur du piano acoustique doit toujours faire appel aux "vieilles recettes"... C'est-à-dire, avoir une certaine compétence technique (modification du déplacement des mains, changement de doigté) et une connaissance correcte dans les écritures musicales pour transcrire le morceau dans la tonalité désirée.


QU'EST-CE QUE LA TRANSPOSITION ?

Transposer, c'est reproduire un morceau de musique dans un ton plus grave ou plus aigu que celui dans lequel il est écrit à l'origine. La transposition ne doit pas changer la perception auditive, exception faite de la hauteur des sons. On doit donc conserver les mêmes valeurs relatives au niveau des intervalles entre les notes. Cela est possible avec la plupart des instruments, tout au moins avec ceux accordés au tempérament égal.

Il existe plusieurs moyens de transposer avec ou sans instruments :


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


En modifiant la partition :

  • En utilisant les écritures.
  • En utilisant un séquenceur.

Sans modifier la partition :

  • Par l'oreille, de façon directe en jouant sur l'instrument (transposition spontanée).
  • En lisant les notes par l'utilisation du changement de clé ( transposition à vue ).

En utilisant un instrument :

  • En utilisant la possibilité technique offerte par les "transpositeurs" électronique (sur les claviers numériques, les synthétiseurs).
  • Sur certains claviers acoustiques comme le clavecin ou l'harmonium. Ils ont la possibilité de déplacer leur clavier de façon latérale et de modifier ainsi la hauteur des sons sans être réaccordés.

En utilisant un accessoire :


UTILITÉ DE LA TRANSPOSITION

La transposition est utile et nécessaire notamment lorsque l'écriture d'origine n'est pas adapté à l'instrument pour lequel elle est destinée. C'est le cas avec les instruments à la tessiture limitée comme les voix, les cordes, les bois ou les cuivres.

La transposition la plus courante est celle de la voix. Par exemple, elle va permettre à une voix mezzo-soprano de s'adapter à un registre de soprano ou inversement. Une transposition de seulement un demi-ton peut tout changer dans l'exécution d'une partie chantée. Si la tonalité convient, le chanteur pourra poser sa voix avec plus d'assurance et de puissance.

La transposition est utile également pour les instruments accordés en Si b ou en Mi b (clarinette, trompette, saxophone, etc.). Il n'est pas rare qu'un saxophoniste ou un clarinettiste soit obligé de transposer les partitions du commerce, celles-ci n'ayant pas été écrite originellement pour leur instrument. Par exemple, pour qu'une note do soit jouée par une clarinette en si b, la note do doit être transformée en sur la partition. Vous devez transposer toute la partie clarinette, un ton au-dessus pour correspondre à l'original.


TRANSPOSER POUR FACILITER L'APPROCHE TECHNIQUE

Pour un instrumentiste, il est des fois utile de transposer pour faciliter l'approche technique d'une partition et de son déchiffrage.

Prenons l'exemple d'une partition dans un ton de Si (5 dièses à la clé), si vous augmentez d'un demi-ton celle-ci, vous vous retrouvez en ton de Do, c'est à dire avec aucune altération à l'armure (à côté de la clé). La partition devient ainsi plus facile à lire. Les puristes crieront peut-être au sacrilège pour ne pas avoir respecté la tonalité originale, mais si pour vous, c'est un moyen d'accéder avec plus de facilité à la partition dont vous rêvez, personne ne viendra taper à la porte de votre domicile pour s'en plaindre !

Alors, me direz-vous quel est l'intérêt d'une partition écrite en Si avec 5 dièses, s'il suffit de la transposer d'un demi-ton au-dessus, pour en faciliter sa lecture et son exécution ?

Remplaçons si vous le voulez bien, la tonalité par une couleur de peinture. Si la tonalité de Si est d'un rouge sombre et la tonalité de Do d'un rouge vif, cela ne sera pas la même chose pour votre œil. Votre perception visuelle fera la différence. Cette nuance de couleur utile au peintre est également indispensable au musicien.

Si tous les morceaux étaient écrit en Do, c'est à dire sans aucune altération à l'armure (réalisable dans l'absolu), cela serait ennuyeux à la longue pour notre cerveau qui ne conçoit pas la musique comme "un long fleuve tranquille", mais plutôt comme une mer tantôt calme ou agité, avec parfois des récifs.

Heureusement qu'il existe les modulations (changement de ton à l'intérieur d'un morceau - voir La tonalité et l'Accord Parfait). Pour le compositeur, c'est un moyen d'explorer de nouveaux tableaux sonores et pour l'improvisateur une façon de combiner, de marier les sons, d'aller à la rencontre de son instrument par des chemins de traverses.



LA TECHNIQUE DE TRANSPOSITION PAR LES ÉCRITURES

Il existe deux moyens de transposer, une facile et une autre plus difficile. Commençons par la plus facile…

Pour opérer celle-ci, il suffit de copier toutes les notes de la partition à l'intervalle auquel on veut transposer, soit au-dessus ou au-dessous en utilisant une partition vierge. Cependant quelques aménagements sont nécessaires : vous devez modifier l'armure et l'adapter à la nouvelle tonalité, sinon vous risquez de vous trouver avec tout un tas d'altérations accidentelles sur la portée. L'avantage de cette technique est de vous offrir le temps de la réflexion.

Connaissance nécessaire pour transposer une partition en utilisant les écritures

Les gammes majeures, cette leçon en ligne vous explique le rapport entre tonalité et armure (nombre de dièses ou de bémols en fonction de la tonalité principale).

Exemple 1 : original non transposé

Exemple 2 : original transposé un ton en dessous, sans la modification de l'armure.
Toutes les notes sont descendus d'un ton.

Exemple 3 : original transposé un ton en dessous, avec la modification de l'armure, conforme à la tonalité.



LA TECHNIQUE DE TRANSPOSITION EN LISANT (TRANSPOSITION À VUE)

Cette approche est beaucoup plus technique, car elle fait intervenir la connaissance de l'ensemble des sept clés. Elle est donc plus difficile que la précédente. Elle demande un bon niveau de lecture "solfégique" et surtout une pratique quotidienne.

Elle consiste à transposer en même temps que l'on déchiffre la partition. Il s'agit d'un acte cérébral assez ardu et nécessitant un entraînement particulier qui consiste à remplacer de façon imaginaire la clé utilisée sur la partition, la tessiture et les notes altérées accidentellement sur la portée.


Comment procède-t-on ?

Dans un premier temps, il faut trouver la clé qui permet de lire dans le ton voulu. Ensuite, supposer à la clé l'armure du ton dans lequel on transpose et pour finir, connaître par avance les notes altérées accidentellement et qui après changement d'armure subiront des modifications.

Trouver la clé : il faut chercher celle qui donnera à la note tonique du morceau écrit, sa correspondance avec le morceau transposé. N'oubliez pas que le changement d'une clé sert à indiquer le nom de la note, mais pas sa hauteur dans l'échelle musicale.

Exemple 4 : original à transposer

n

Exemple 5 : original transposé un ton au-dessous.

Seul le remplacement de la clé de sol par la clé d'ut 4e ligne et de la mise en conformité des altérations à l'armure ont été nécessaires. La position des notes sur la portée n'a pas changée. Toutefois, il ne faut pas oublier les altérations accidentelles à modifier... ici, le mi bécarre à la 3e mesure.

Connaissance nécessaire pour transposer une partition en utilisant le changement de clé

Être capable de lire correctement dans les sept clés.

Sauf à avoir pratiqué les études nécessaires au travers des cursus de conservatoires, la plupart des instrumentistes utilisent seulement la clé de sol et de fa, ensemble ou séparément. Seul quelques instruments comme le cor d'harmonie, le trombone, le basson, le violon alto ou le violoncelle utilise accessoirement la clé d'ut.

Lire dans toutes les clés est donc utile si l'instrument l'exige, comme le cor, un des instruments les plus exigeant concernant la transposition. La pratique de la lecture dans toutes les clés est fonction également du poste que l'on occupe : chef d'orchestre, orchestrateur ou arrangeur (bien que dans ce dernier cas, celui-ci peut demander occasionnellement au musicien de faire lui-même la transposition pour son instrument).

On peut être un très bon arrangeur sans forcément savoir lire dans toutes les clés ! La qualité d'un arrangeur ne se mesure pas sur ce paramètre, mais plutôt sur ses idées créatives.

Si l'instrument ne l'exige pas et que la transposition est pour vous occasionnelle, cette technique est à proscrire, la méthode par l'écriture est préférable, d'autant plus qu'il faut penser à modifier les notes altérées par avance, ce qui représente une difficulté supplémentaire et pas la moindre !

La transposition à vue n'est pratiqué chez le musicien que pour des morceaux relativement simples et utilisant un style musical qui lui est familier. C'est souvent un travail de terrain qui se bonifie avec la pratique.




LA TRANSPOSITION À L'OREILLE OU TRANSPOSITION SPONTANÉE

Il est nécessaire à l'instrumentiste qui se lance dans une transposition à l'oreille d'avoir une pratique instrumentale (autodidacte ou pas) assez poussée. La transposition spontanée est basée sur une bonne mémorisation du morceau, par une approche technique basée sur des séquences (turnaround) à transposer dans tous les tons et sur le travail des gammes spécifique au musicien de jazz (modes).

La méthode Martenot conseille de commencer la pratique de la transposition avec des mélodies simples, enfantines, puis d'augmenter progressivement la difficulté, jusqu'à pouvoir transposer des pièces polyphoniques. L'auteur insiste également sur la nécessité de ne faire ces exercices que sur des morceaux absolument acquis au niveau de la technique instrumentale mais également au niveau mental. Ce genre d'entraînement est conduit par des réflexes en connexion totale avec son oreille intérieure.




TRANSPOSER AVEC UN SÉQUENCEUR

C'est un outil bien pratique qui fait gagner du temps. Une fois la prise en main du logiciel acquise, il devient facile de transposer, de changer de clé ou de modifier l'armure. Toutefois, les séquenceurs ont une logique mathématique.

Il leur arrive de commettre des erreurs d'enharmonie au niveau des altérations accidentelles, c'est à dire d'interpréter un fa # pour un sol b, par exemple. Il faut donc corriger manuellement les erreurs commises. Une connaissance correcte des tonalités s'impose alors.




TRANSPOSITION D'UNE GRILLE D'ACCORDS À VUE (PROCÉDÉ EXCLUSIF 'PIANO WEB')

Dans un premier temps, il faut considérer chaque accord comme une note fondamentale. La nature de l'accord (maj 7, 7, etc.) sera élaborée par la pensée dans un second temps. Pour faciliter la transposition, l'instrumentiste doit s'appuyer sur sa connaissance des intervalles constituant les accords.

Exemple basé sur une grille de 4 accords

| C maj 7 | F min 7 | D 7 | G min 7 |

Transposons ces quatre accords une quarte juste au-dessus, soit un intervalle de 2 tons ½... La transposition donne ce résultat :

| F maj 7 | Bb min 7 | G 7 | C min 7 |


Comment procède-t-on au niveau mnémotechnique ?

Pour la majorité des transpositions seule une connaissance parfaite de l'ensemble des 15 accords majeurs est nécessaire. La leçon en ligne Liste des accords majeurs vous y aidera.

Chaque note composant l'accord majeur va servir de point de repère à la transposition, de cette façon :

La fondamentale : elle sera utilisée pour transposer d'un demi-ton et d'un ton au-dessus et au-dessous de celle-ci, soit la transposition d'une grille d'une seconde mineure, seconde majeure, septième majeure et septième mineure.

La tierce majeure : outre son état naturel, l'intervalle de tierce majeure sera utilisé pour transposer d'un demi-ton au-dessous et au-dessus de celle-ci, soit la transposition d'une grille d'une tierce mineure ou d'une quarte juste.

La quinte juste : outre son état naturel, l'intervalle de quinte juste sera utilisé pour transposer d'un demi-ton au-dessous et d'un demi-ton, d'un ton au-dessus, soit la transposition d'une grille d'une quinte diminuée, d'une quinte augmentée et d'une sixte.

Tout cela peut paraître compliquée à première vue, mais une fois la connaissance des accords majeurs acquise, tout va très vite.

Pour transposer la grille d'au-dessus, il faut faire appel à la tierce majeure augmentée d'un demi-ton. Ainsi, pour calculer la transposition de l'accord C maj7, vous utilisez la tierce de celui-ci (la note mi) que vous augmentez d'un demi-ton pour obtenir l'accord de F maj7. Pour l'accord suivant, F min7, vous utilisez la tierce majeure de celui-ci (la note la) que vous augmentez d'un demi-ton pour obtenir l'accord de Bb min7. Dans ce cas de figure, si vous interprétez par commodité d'esprit l'accord de Bb pour un A#, cela n'a pas d'importance puisque le résultat sonore sera le même. Normalement, l'apprentissage de la Liste des accords majeurs, vous évitera les erreurs enharmoniques de ce type. Pour les deux accords restant vous utilisez le même principe de calcul.

Autre exemple : pour transposer la même grille d'accords d'une quinte augmentée, il suffit d'utiliser la quinte juste de chaque accord, augmentée d'un demi-ton, ce qui donne :

  • C maj 7 = quinte juste, note sol + ½ ton, soit G# maj7 ou Ab maj 7 (*)
  • F min7 = quinte juste, note do + ½ ton, soit C# maj7 ou Db maj 7 (*)
  • D 7 = quinte juste, note la + ½ ton, soit A# 7 ou Bb maj 7 (*)
  • G min 7 = quinte juste, note ré + ½ ton, soit D# min7 ou Eb maj 7 (*)

(*) la seconde solution est plus conforme aux tonalités majeures.


  par ELIAN JOUGLA