PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LEÇON GRATUITE



BASSE MARCHANTE AVEC TROIS ACCORDS

Cette leçon s'adresse à des pianistes débutants. Elle est la suite de ACCOMPAGNEMENT AVEC 3 ACCORDS.


LE RÔLE DE LA 'BASSE MARCHANTE'

Dans un accompagnement pianistique, la 'basse marchante' (walking bass) a un objectif premier : celui d'ouvrir l'harmonie. C'est-à-dire que la sonorité de l'accord, au lieu de reposer exclusivement sur ses propres notes, va parfois faire appel à des notes étrangères qui seront jouées par la main gauche.

Comme vous allez le voir avec les exemples présents dans cette leçon, l'utilisation de notes appartenant ou n'appartenant pas à l'accord va produire un étonnant résultat sonore. Ce procédé technique est très répandu. Il est utilisé aussi bien en musique classique qu'en musique contemporaine : pop, rock, jazz, etc.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


A l'écoute, le résultat produit par la 'basse marchante' risque de faire voler en éclat le caractère mécanique et cyclique du rythme de la pompe qui est évoqué dans la leçon précédente. La 'basse marchante' est basée généralement sur des notes qui se suivent par ton et/ou demi-ton sur un rythme régulier ou parfois irrégulier. Elle produit des sonorités consonantes, mais également dissonantes quand la note n'appartient pas à l'accord. Par exemple, un accord de C (do, mi, sol) avec une note si en basse.

Cependant, dans le cas d'une 'basse marchante', les notes jouées à la main gauche sont considérées comme des notes de passage. Le plus souvent, elles suivent la gamme en rapport avec l'accord de la main droite. Ainsi, une sorte d'attirance/rejet se produit. La basse prend des allures mélodiques et apporte un 'sentiment sonore' plus dynamique que la simple utilisation de l'alternance fondamentale/quinte utilisée dans la pompe.


UNE LIGNE DE BASSE TYPIQUE

Le premier exemple qui suit nous montre déjà toute la force sonore d'une ligne de 'basse marchante' reposant sur les trois accords de la leçon précédente: C, F et G.

EXEMPLE 1

Si vous jouez cet exemple, vous remarquerez que cet accompagnement n'est pas sans rappeler deux musiques célèbres : l'Adagio de la suite française n°3 de J.S. Bach et le Whiter Shade Of Pale de Procol Harum. Il n'y a rien d'étonnant à cela, étant donné que cet exemple repose sur le même principe de construction harmonique.

La ligne de basse descend, à la façon d'un escalier, toutes les notes de la gamme de do, alors que chaque accord de la main droite reste dans une même position. En bougeant mélodiquement, la basse crée une sorte de mouvement sonore en constante évolution. On peut donc, grâce à ce procédé, apporter une plus grande richesse et une plus grande diversité sonore aux accords de base, avec à la clé, une charpente mélodique parfois surprenante. Les trois accords semblent alors contenir un 'message musical' plus intense et moins prévisible.

CRÉER UNE LIGNE DE 'BASSE MARCHANTE'

Mais comment trouver les notes de basse ?

C'est la question que l'on peut se poser à la suite du premier exemple. Sachez que cette technique est facile à mettre en place. Dans le premier exemple, la ligne de basse descend, mais elle aurait pu également monter et accessoirement sauter une ou deux notes pour mieux 'coller' à l'enchaînement des accords.

La ligne de basse repose sur la gamme de C (do, ré, mi, fa, sol, la, si) tandis que les trois accords utilisés (C, F et G) appartiennent à la tonalité de C. Cette concordance gamme/tonalité est le principe de base sur lequel vous devez vous appuyer. Pour en savoir plus, je vous recommande de suivre les cours en ligne... Les gammes majeures et Les modes en improvisation.

Si vous souhaitez créer une ligne de 'basse marchante', il est préférable de choisir comme première note de basse, une note appartenant à l'accord.

L'exemple ci-dessous nous montre une autre façon d'aborder la même grille d'accords, avec une ligne de basse moins 'suivie'.

EXEMPLE 2

En jouant cet exemple, vous remarquerez que la consonance est moins puissante. Contrairement à l'exemple précédent, chaque nouvel accord ne débute pas obligatoirement avec la tonique à la main gauche. Les deux premiers accords, C (1re mesure) et F (3e mesure), utilisent comme première note de basse leur tierce respective, mi et la. L'avantage d'une telle approche est de 'détacher' la basse de l'accord, de la rendre beaucoup plus imprévisible. La basse ne vient plus seulement épauler l'accord, elle dessine pour lui une sorte de contre-chant inattendu.

EXPÉRIMENTEZ !

L'utilisation d'une tonique comme note de départ apporte une 'sécurité harmonique' totale. C'est elle qui produit avec l'accord la plus grande consonance et la plus grande stabilité, d'où un sentiment de 'repos' pour l'oreille. Remplacer la tonique (1er degré) par la médiante (3e degré) ou la dominante (5e degré) ne fera qu'amoindrir la 'stabilité sonore' de l'accord.

On peut se rendre compte de cette stabilité/instabilité en jouant au hasard différentes notes de la gamme de do en basse, en même temps que l'accord de C. Exemple : un accord de C avec une basse si (sensible - 7e degré) crée une tension supérieure à un accord de C avec une basse mi (médiante - 3e degré). Mais cet accord de C basse mi appele une suite, et cette suite trouvera son 'sentiment de repos' avec l'accord de C accompagné de la note do (tonique - 1er degré).

Pour les deux autres accords (F et G), les constatations que vous en tirerez seront bien évidemment différentes.



UNE LIGNE DE 'BASSE MARCHANTE' POUR RELANCER

Généralement, l'utilisation de la basse marchante est ponctuelle. Elle peut-être utilisée pour relancer un passage, un enchaînement d'accords ou pour prévenir nos oreilles qu'un changement va se produire, comme le passage d'un couplet à un refrain dans une chanson.

L'exemple qui suit, basé sur le rythme de pompe, en est la parfaite illustration :

EXEMPLE 3

Cet exemple de 'basse marchante' montante (mais qui peut être descendante), située à la 4e mesure, est utilisé dans de nombreux rythmes de danse (marche, valse, java, rock…) et avec les musiques d'approche traditionnelle comme le folk et le country. La chanson utilisent parfois cet 'artifice technique', mais avec plus de modération.

La leçon suivante aborde la construction de 'walking bass' pour grilles de blues : WALKING BASS BLUES.

  par ELIAN JOUGLA