PIANOWEB.fr    " Espace Infos "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

INFO



JULIE LAMONTAGNE, LA PIANISTE DE JAZZ QUEBECOISE

Se lancer dans une carrière de pianiste jazz n’est pas une chose aisée. La concurrence est rude et le parcours semé d’embûches. La jeune pianiste québécoise Julie Lamontagne relève le défi en se mesurant à l’exercice si conventionnel, mais également réputé du trio jazz.


JULIE LAMONTAGNE… PIANISTE ACCOMPAGNATRICE

La pianiste n’en est pas à ses débuts dans la profession. Julie est déjà apparue aux côtés de musiciens jazz, comme : Denny Christianson (Big Band), Tony Royster Jr, Alain Caron, Bireli Lagrène, Eval Manigat, Monica Freire. Elle assure la direction de l’orchestre d’Isabelle Boulay lors de sa tournée “Ta route est ma route” quand celle-ci se déplace dans le Québec, mais également en Europe. Julie Lamontagne participe ainsi, de façon régulière, à des programmes de radio et de télévision. Elle est d’ailleurs la pianiste en résidence d’une émission de radio sur les ondes d’Espace Musique animée par Monique Giroux (jusqu’en juin 2009).


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Monique Giroux : “…Une de nos pianistes de jazz les plus doués, tous sexes confondus… une vraie sensibilité d’artiste… une musicienne ayant parfaitement intégré l’esthétique du trio acoustique… les pointes de virtuosité nous ont menés à croire que Julie Lamontagne a le potentiel des grandes.

Julie Lamontagne joue également du piano sur les albums d’artistes tels que Térez Montcalm et Bruno Pelletier avec qui elle réalise le projet “le Gros Z’orchestre”. Le duo réalisera plus de 70 représentations. De cette collaboration sort un disque qui remporte en 2008 un “Félix” dans la catégorie “Jazz Interprétation”. Récemment, elle a participé à la réalisation du dernier album de Nanette Workman, Vanilla Blues Café. Ainsi, au fil des années, Julie a pu être entendue accompagnant plusieurs grands noms de la musique québécoise.

Julie Lamontagne a commencé à jouer du piano à l’âge de huit ans. Elle est la lauréate de nombreux prix dont un premier prix au prestigieux Concours de Musique du Canada, à l’âge de treize ans. Après quelques infidélités au piano (elle a exploré d’autres instruments comme la flûte, le saxophone et les percussions), elle décide de revenir à son premier amour, le piano. Elle se plonge alors dans l’univers du jazz et de la musique pop, en alternant le jeu entre les claviers électroniques et le piano acoustique. Inspirée par les grands pianistes de jazz de Montréal, Julie est une ancienne élève d’André White et de Jan Jarczyk. Elle se perfectionne auprès de Garry Dial à New York, grâce à une subvention du Conseil des Arts du Canada. Elle a également reçu des fonds du Conseil des arts et des lettres du Québec pour étudier avec l’excellent pianiste Fred Hersch.



JULIE LAMONTAGNE… SES DISQUES

Julie Lamontage est également une compositrice. En collaboration avec le label de jazz de Montréal, “Effendi“, Julie décide pour son premier album, Facing The Truth, que tous les titres présents seraient de sa plume. Cet album enregistré en juillet 2004 au Studio Planet, à Montréal, paraît en 2005 et démontre déjà une certaine maturité d’écriture, même si la tonalité générale est parfois un peu trop “clean”. Elle s’entoure de Dave Watts à la contrebasse et de Richard Irwin à la batterie. Le trio est à la mode depuis quelques années et il semble bien convenir à la pianiste en lui offrant assez de place pour sa créativité tout en préservant une certaine intimité sonore.

Facing the Truth est un album qui conjugue le jazz traditionnel et moderne. Il recèle quelques compositions de qualité, comme Vagabonde, une pièce lente d’une grande beauté lyrique, Hank Dog qui possède la couleur funky ou Day in Paname au swing communicatif sur un tempo enlevé. L’album Facing The Truth lui permet de voyager un peu partout sur la planète jazz. En 2003, elle reçoit le prix du meilleur nouvel artiste pour sa performance avec son trio au festival de jazz de Montréal.

Ecouter les morceaux Hank Dog, Day in Paname et Taksim en cliquant ici : Julie Lamontagne - Facing The Truth

Pour la parution de son second album intitulé Now What (décembre 2008 - Montréal), Julie Lamontagne est toujours entourée de ses musiciens habituels, le contrebassiste Dave Watts et le batteur Richard Irwin, mais un saxophoniste new-yorkais, Donny McCaslin est venu se joindre au groupe pour quelques titres. A l’écoute de l’album, la connivence avec ses collègues ne fait aucun doute. Cette complicité positionne le trio à un niveau supérieur… celui de l’élite du jazz. Les compositions de la pianiste québécoise conduisent l’auditeur de paysages sonores empreints de lyrisme vers d’autres plus intenses, démontrant ainsi toute les diversités de son jeu pianistique et de sa personnalité. La maturité musicale que l’on perçoit dans ses interventions justifie amplement sa place parmi les plus brillants pianistes québécois.



Si, il y a quelques années, sa technique pouvait suffire à l’accompagnement d’artistes de variété (sans aucun préjugé pour cette profession), elle a aujourd’hui les qualités nécessaires pour être une pianiste de jazz prometteuse : la solidité de l’attaque, une personnalité dans l’accompagnement comme dans l’improvisation, une virtuosité bien présente et une bonne précision rythmique.

Devant elle s’ouvre à présent une fascinante carrière. Elle espère s’exprimer à nouveau au Festival de jazz de Montréal, pour ensuite tourner peut-être aux Etats-Unis. A 33 ans, Julie est consciente que construire une carrière d’artiste de jazz réclame parfois une certaine abstinence lucrative que d’autres circuits musicaux ne connaissent pas forcément. Le pari est risqué lorsqu’on se lance dans une carrière de jazzman (ou plus exactement de jazzwoman). En attendant, Julie sera cet été chef d’orchestre à la Saint-Jean sur les plaines d’Abraham… ça c’est sûr !

  par ELIAN JOUGLA (05-2009)