PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

OLIVIER CORDIER, ACCORDEUR DE PIANO À MONTPELLIER

LA FILIATION PÈRE/FILS

Olivier Cordier : Je suis né en décembre 1963 à Alès, dans le Gard. Mes parents étaient tous deux professeurs de musique au collège Jean Moulin. J'ai fait ma scolarité normalement jusqu'en seconde.

En 1980, alors qu'il a arrêté son métier d'enseignant depuis dix ans pour devenir un accordeur de piano émérite, mon père me propose de m'enseigner sa passion et sa découverte : le tempérament égal en quintes justes et l'aspect technique du piano (rechevillage, réfection des mortaises, de marteaux, etc.). Je n'ai que 16 ans et cet apprentissage, qui va durer deux ans et demi, mettra surtout l'accent sur l'accord (la discipline la plus difficile du métier).

En 1983, ma famille déménage à Montpellier. Mon père, aidé de ma mère, ouvre un magasin de pianos en association avec Jean Marie Janson. Ce magasin s'appellera "CORDE ET SON", contraction des noms Cordier et Janson.

De 1985 à 1995, je deviens l'accordeur de l'Orchestre et de l'Opéra de Montpellier, au départ en alternance avec mon père, puis seul. Depuis cette époque, j'exerce avec passion ce métier chez les particuliers et dans de nombreuses écoles de musique.


LE PARCOURS DU MUSICIEN : DU PIANO À LA GUITARE BRÉSILIENNE…

accordeur olivier cordier

J'ai fait 3 ans de piano classique entre 9 et 12 ans avec mon père, mais j'ai arrêté. J'entrais dans l'adolescence et je fatiguais de l'entendre avec ma mère répéter du J.S Bach ou du Mozart pendant des heures ! La musique que je préférais était celle de mon âge : Rolling Stones, Santana, etc.

C'est ainsi qu'à l'âge de 15 ans (et par esprit de contradiction), j'essaye la guitare en reproduisant tant bien que mal des morceaux de blues et des musiques des années soixante-dix. Un an plus tard, un ami guitariste de jazz manouche, qui apprend le même métier que moi, m'enseigne l'accompagnement de cette musique et nous formons un groupe qui produira quelques concerts durant 2 ou 3 ans, sur Alès et Montpellier.

Quelque temps après, je découvre la musique brésilienne et j'en tombe amoureux, au point de partir en 1989 pour le pays qui a vu naître la samba. À l'aventure, avec dans mon sac mon matériel pour accorder les pianos, les 5 mois que j'ai passé au Brésil ont été un enchantement de découvertes culturelles et musicales ! J'accordais beaucoup de pianos dans la région du Nordeste, Recife, Maceió, Joao Pessoa. Un projet comme enseignant accordeur en université a presque vu le jour… mais l'élection du nouveau président, un nommé Color, en supprimant quasiment toutes les subventions pour la culture, a mis à néant toutes mes initiatives (ce qui ne m'a pas empêché de retourner dans ce merveilleux pays deux autres fois, en 1994 et en 1996).


RETOUR À MONTPELLIER

En 1991, je joue dans un quintet de jazz fusion (guitare acoustique et électrique), pendant 2 ans sur Montpellier et sa région. Plus tard, en 1993, je rencontre Eric, qui deviendra un ami. Ensemble, nous créons une formation brésilienne de 5 musiciens "SAMBA NYLON" (reprises plus compositions). Nous jouerons environ 2 ans.

En 1996, pour me perfectionner, je prends des cours pendant un an au JAM de Montpellier, une école de jazz. Je joue ensuite dans un quatuor brésilien (guitare, basse, percussion, chanteuse) durant un an et demi. Et de 2005 jusqu'à aujourd'hui, je joue dans une formation de flamenco fusion, "VENACAPACA". Un ensemble d'amis qui joue avant tout pour le plaisir.

COORDONNÉES OLIVIER CORDIER

Olivier Cordier, accordeur technicien de piano

(Méthode Cordier : tempérament égal en quintes justes)
90 rues du Sichuan, 34070 Montpellier
Tél : 04.67.42.03.95 - 06.11.60.04.79
Mail : olivier.cordier@sfr.fr


Témoignages :

Geneviève Deleuze, chef de chœur de la Chorale Universitaire de Montpellier :

"Depuis une vingtaine d'année, Olivier Cordier est le "soigneur" des pianos qui ont accompagné ma carrière de professeur d'éducation musicale en section lettres-musique au Lycée Joffre, puis au lycée Jean Monnet, de chef de chœur de la Chorale Universitaire de Montpellier, et de pianiste dans ma vie privée. J'apprécie particulièrement l'accord à tempérament égal à quinte juste hérité de son père, Serge Cordier, qui fait chatoyer l'harmonie."


Christophe Heral, compositeur :

"Dans la vie, tout est question de tempérament ! Et dans la musique aussi. Hérité de son père Serge, l'accord d'Olivier Cordier me plait, simplement parce qu'il a du relief, parce qu'il brille, parce qu'il reste depuis 15 ans, naturel à mes oreilles."


Philippe Guidici :

"Le plus beau des pianos, s'il est mal accordé ne restera qu'un instrument décevant. C'est dire l'importance de la qualité de l'accord. Pianiste de formation au conservatoire et professeur de musique en collège, j'ai toujours été très exigeant à propos de l'accord d'un piano. Il y a 25 ans, j ai eu le plaisir et l'honneur de connaître Serge Cordier dont les connaissances sur l'accord m'ont aussitôt fasciné et conquis. Aujourd'hui, Olivier Cordier continue d'entretenir les pianos que je lui confie avec la même compétence que son père, avec la même conviction et la même approche d'un accord dont l'équilibre et la dynamique en span l'unicité : une sorte de dimension orchestrale relevant d'une subtile appréciation des intervalles, non par magie, mais émanant d'une véritable recherche scientifique au service de l'art."


Monique Chitry, professeur de piano à l'école municipale de musique de Baillargues

"Cher Olivier... ce petit mot amical pour évoquer avec toi ces maintenant longues années de collaboration. D'abord avec Serge, ton père, inventeur si mal reconnu de la méthode d'accord en quintes justes. Puis avec toi, dont le travail minutieux, régulier et désintéressé a toujours été à la hauteur des attentes des musiciens que tu as servis. Merci pour cette qualité qui, il faut malheureusement le dire se fait rare, donc d'autant plus précieuse. Continue longtemps à nous faire des pianos qui sonnent beau et juste."


Jean-Pierre Bellan, chef des chœurs de l'Enclos à Montpellier

"Je tiens à vous faire part de ma pleine et entière satisfaction pour les accords que Monsieur Olivier Cordier effectue sur mon piano. En effet, depuis la disparition de son père Serge Cordier, il règle mon instrument selon la méthode de l'accord en quintes justes, ce dont je n'ai qu'à me féliciter."