PIANOWEB.fr    " Espace Dossiers "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

DOSSIERS DIVERS



LE TEMPÉRAMENT ÉGAL À QUINTES JUSTES DE SERGE CORDIER

Avant propos concernant l'inharmonicité, une intervention de Paul Dubuisson

La pratique du "T.E.Q.J." doit tenir compte d'un problème important, l'inharmonicité du piano: les cordes du piano sont un peu "inharmoniques", c'est à dire qu'au lieu d'émettre des harmoniques purs, avec des fréquences qui sont des multiples exacts du fondamental - par ex. une note vibrant à 220Hz (la en dessous du diapason) donnant des harmoniques de: 440, 660, 880, 1100, etc. - la résonance des cordes émet des "partiels quasi-harmoniques" aux fréquences décalées - par ex. 220Hz donne des partiels de : 440,22 - 660,92 - 882,29 - 1104,58 - etc. Ce décalage est toujours dans le sens de l'agrandissement, et il augmente en montant dans le rang des harmoniques; il est suffisant pour créer des différences importantes, en particulier pour les "battements" que doit ajuster le bon accordeur, différences par rapport aux fréquences théoriques, par ex. celles qu'utilise un accordeur électronique ne tenant pas compte du phénomène (ce qui explique que de tels accords sont très mauvais).

Ce problème est très complexe, entre autres parce que l'inharmonicité change selon la hauteur des cordes - elle augmente vers l'aigu, et les basses semblent échapper à toute loi - et elle varie aussi selon les pianos. La pratique de l'accordeur arrive pourtant (mais ça n'est pas le plus facile!) à maîtriser l'inharmonicité, et à réaliser un tempérament bien égal pour l'oreille : il est tout à fait possible de réaliser le "Tempérament égal a quintes justes" tenant compte de l'inharmonicité (contrairement à ce qu'on peut lire sur "Wikipédia" concernant ce tempérament).

Serge Cordier a lui-même étudié longuement ce problème, dans le sens qu'il respectait toujours : analyser avec précision la pratique réelle de l'accordeur et du musicien, et non pas essayer de plaquer une théorie à cette pratique. Malheureusement il n'a pas eu le temps de terminer cet énorme travail, et d'aboutir aux résultats qu'il recherchait, afin d'écrire noir sur blanc une analyse théorique complète de sa découverte. Il faut espérer que cette recherche pourra être reprise et menée à son terme; mais dans l'état actuel des choses, il faut souligner un point important : seuls les élèves directs de Serge Cordier connaissent la réalisation exacte et conforme à celle de son inventeur (T.E.Q.J.) et sont donc habilités à contrôler que les accords se réclamant de cette invention sont bien exacts.

Il ne s'agit pas pour nous de garder égoïstement cette découverte, et les accordeurs intéressés sont les bienvenus ; mais il faut veiller à ce qu'elle ne soit pas déformée par des erreurs, en particulier par rapport à l'inharmonicité, en donnant prise ainsi aux critiques. On sait qu'une découverte importante met souvent du temps à s'imposer, et il faut dire que le monde des accordeurs n'a pas été très ouvert aux travaux de Serge Cordier, malgré les avis très favorables de nombreux musiciens (et des plus grands) sur ce nouveau tempérament. Espérons que cela va changer, et que de nombreux autres musiciens pourront apprécier la musicalité d'un piano accordé en quintes justes.


"LE TEMPÉRAMENT ÉGAL À QUINTES JUSTES", UNE CONFÉRENCE DE PAUL DUBUISSON

Un document très complet et indispensable pour comprendre toute la finesse de ce type d'accord inventé par Serge Cordier et basé sur le tempérament égal à quintes justes.


TÉLÉCHARGER LE DOSSIER

Nous tenons à remercier M. Olivier Cordier pour nous autoriser à diffuser sur le site Piano Web l'intégralité de la conférence donnée par Paul Dubuisson.


LES PAGES "LES MÉTIERS DU PIANO"