PIANOWEB.fr    " Espace Cours "
Portail sur la musique et les claviers modernes : piano, synthétiseur et orgue.

LEÇON GRATUITE



APPRENDRE À PROGRAMMER UNE BOÎTE À RYTHMES

Avec l’arrivée du numérique, les possibilités techniques se sont décuplées. Ce qui hier s’enregistrait sur un magnétophone 8 ou 16 pistes pour les plus fortunés, se traduit aujourd’hui en dizaines de pistes lorsqu’on utilise un banal séquenceur. Cette surenchère gratuite constitue un piège pour le novice qui aura souvent tendance à rajouter des parties instrumentales souvent inutiles.

L’armada des percussions échantillonnées étant là. Il est très facile de rajouter ici un cabasa et là un triangle. On n’a que l’embarras du choix ! Idem pour la batterie et ses nombreux sets aux sonorités jazz ou rock. Alors que faire pour bien faire si l'on manque d'expérience ?


QUELQUES REMARQUES EN PRÉAMBULE...


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"


Ne vous est-il jamais arrivé d’entendre des rythmes de BAR impossibles à reproduire par un authentique batteur ? Certainement. Et en disant cela, je ne pense pas forcément aux différentes musiques electro qui se sont émancipées de certaines contraintes de programmation en détournant les défauts à leur avantage. Un tempo très vif et quelques éléments de batterie en trop et c’est le batteur virtuel qui devient un surhomme !

Bref, si vous souhaitez reproduire une partie de batterie crédible, il faut que vous compreniez dans un premier temps les différents rôles joués par chaque élément de la batterie : grosse caisse, caisse claire, charleston (ou hi-hat), cymbales et toms. Comment ils s’articulent entre-eux et de quelle façon ils sont utilisés. Vous devrez donc faire un travail d’écoute et d’observation en vous rapprochant des batteurs.

Ne cherchez pas la difficulté. Soyez rationnel lors des premiers essais. En réfléchissant sur le jeu de l’instrumentiste à imiter, vous appréhenderez ses réflexes, ses articulations techniques et vous pénétrerez plus en avant dans sa pensée. Ceci est valable pour n’importe quel type d’instrument. D'ailleurs, je vous conseille de réaliser le même travail d'approche concernant les autres instruments d’accompagnement : la basse, la guitare et les claviers. Armée de cette connaissance, vous serez plus à même de réaliser des rythmiques qui tournent plus ‘rondement’... c'est-à-dire plus 'pro'.

Très souvent en MAO, quand une rythmique manque de crédibilité, cela provient d’un manque d’expérience et/ou d’une technique mal exploitée. Certains détails en trop ou mal placés, parfois anodins, peuvent rendre la rythmique ‘boiteuse’. Du coup, c’est votre compétence qui risque d’être mise à mal. La moindre des choses est d’être en mesure de le constater et de faire sa propre autocritique, car sinon d’autres personnes, peut-être moins bien attentionnées, s’en chargeront à votre place !


PROGRAMMER UN RYTHME DE BATTERIE


UN TRAVAIL D’OBSERVATION

Pour programmer correctement une batterie : PENSER BATTEUR, et imaginer déjà qu’il n’a que 2 bras et 2 jambes ! Vous me suivez ?

Par exemple, ne superposer pas une caisse claire, un coup de cymbale et un tom. C’est impossible à réaliser techniquement par un batteur. De même, lors d’un roulement de caisse claire, ne rythmez pas une cymbale en même temps. Là aussi, c’est mission impossible. Vous devez arrêter le rythme de la cymbale pour le reprendre par la suite. Si vous avez déjà été attentif au jeu d’un batteur, ces observations se passent de commentaires.

FAIRE SIMPLE AU DÉPART

Si vous composez un morceau et que vous n’avez pas d’idée sur le rythme à utiliser, commencez toujours avec un rythme basique, genre grosse caisse sur le 1er et 3e temps et caisse claire sur le 2e et 4e temps. Vous pourrez ensuite le modifier en fonction de l’évolution de la composition : placer des syncopes, des cassures rythmiques, des accents, etc.


LES MODES D'ENREGISTREMENT

Lors de l’enregistrement, écrire préalablement la partition de batterie n’est pas obligatoire, sauf si vos idées sont assez avancées. Dans ce cas, cela peut faciliter votre travail de programmation.

Techniquement, vous avez la possibilité d’enregistrer chaque élément de la batterie les uns après les autres. Exemple : grosse caisse, puis caisse claire, ensuite charleston, etc. Ou de façon complémentaire. Exemple : grosse caisse/caisse claire ou grosse caisse/charleston. Il est même possible d’aller encore plus loin comme le démontre la page Jouer des rythmes de batterie sur un clavier, mais c’est très difficile et pas forcément indispensable pour réaliser un rythme qui tourne bien.



TEMPS RÉEL OU PAS À PAS ?

Sur un séquenceur ou une boîte à rythmes, la procédure d’enregistrement peut se faire en temps réel ou en pas à pas ; les deux modes pouvant également cohabiter et devenir complémentaire.

Question feeling, c’est avec l’enregistrement en temps réel que vous obtiendrez le meilleur résultat. Toutefois, il faut posséder une certaine maîtrise technique, car la moindre erreur de mise en place ressortira dès que vous attaquerez l’enregistrement d’un autre élément de la batterie. D’autre part, si par la suite vous devez ‘quantizer’ (*) la partie enregistrée pour corriger ses défauts, autant le faire dès le départ (dans la mesure où vous connaissez le niveau de résolution des figures les plus petites que vous jouez.).

(*) quantizer : fonction présente sur les séquenceurs et les boîtes à rythmes et qui permet de délimiter la plus petite valeur de note pouvant être enregistrée. Par exemple 1/4 pour la noire, 1/16 pour des doubles-croches ou 1/32T pour des triples-croches en triolet.

L’enregistrement pas à pas n’est pas à négliger. Si la programmation est plus longue à réaliser, elle est par contre plus sûre. Il faut bien sûr posséder des rudiments en écriture rythmique pour que l’enregistrement en pas à pas soit efficace. Par exemple, ce mode d’enregistrement est utile pour l'enregistrement de parties hautement techniques, comme un roulement de caisse claire ou de toms. De plus, quand les nuances sont difficiles à réaliser sur un clavier, la programmation en pas à pas devient alors très utile. Chaque note étant contrôlée individuellement en dynamique comme en durée, il est tout à fait possible de réaliser des acrobaties rythmiques inaccessibles pour un batteur. La musique electro s’appuie en grande partie sur cette approche pour développer ses différentes effets et cassures rythmiques typiques.

S'il existe plusieurs façons de programmer un rythme, le choix s'opère généralement en fonction des objectifs que l’on se fixe : par exemple, dans un premier temps un rythme 'métronomique' tout simple pourra servir de support pour donner l'élan créatif, alors qu'un ensemble de rythmes combinés nécessitera de passer par les écritures et d'utiliser de temps en temps l'enregistrement en pas à pas pour corriger certains détails techniques.


LA QUANTIZE EN MARCHE

Le choix de la quantize sur un séquenceur ou une boîte à rythmes est un paramètre important, car plus il est ‘grossier’ (1/16 pour la double-croche, 1/8 pour la croche, 1/4 pour la noire), plus le jeu reproduit sera métronomique. Moins ‘humain’, si vous préférez. La fonction ‘groove’, qui sert justement à ‘humaniser’ le jeu, ne servira pas à grand chose si la résolution est basse.

D’autre part, si par exemple vous optez pour 1/8 de résolution, il vous sera impossible d’enregistrer des figures de note plus petites que la croche. Toutes les notes inférieures en durée se trouveront automatiquement enregistrées en croche, ce qui occasionnera des superpositions de notes inutiles.

Là où un rythme flottant convient, comme par exemple dans un morceau de jazz, un rythme trop carré ne fera qu’alourdir le rythme et anéantira alors tous vos efforts pour que le swing s’installe. A l’inverse, pour des musiques aux rythmes plus appuyés ou répétitifs, comme une musique techno, un jeu métronomique conviendra parfaitement.


LES SOUND TRACKERS

Les quelques repères décrits ci-dessus montrent toute la difficulté de la tâche. C’est pourquoi il existe des rythmes de batterie échantillonnés prêt à l’emploi. Toutefois, réaliser un 'song' (*) de batterie avec des rythmes déjà construits, comme le propose les sound trackers, oblige le musicien à se conformer à une certaine esthétique. Posséder une bibliothèque de rythmes divers peut être utile seulement pour se faire une idée, car dès que la composition prendra corps et que celle-ci dirigera vos pas, alors la programmation deviendra nécessaire.

(*) song : il représente un ensemble de patterns (rythmes).



LES GRILLES DE PROGRAMMATION

Si vous ne savez pas écrire une partition de batterie, les grilles de programmation peuvent être une solution. C’est un peu comme s’il s’agissait d’une tablature de guitare, mais qui serait adaptée pour la batterie. Ce genre de grille n’est pas sans rappeler les boîtes à rythmes d’antan, comme la TR707 de Roland.


COMMENT CELA FONCTIONNE-T-IL ?

Dans l’exemple ci-dessous, chaque ligne horizontale détermine un élément de la batterie :

CYMBALES
CHARL. O (pour charleston ouvert)
CHARL. F (pour charleston fermé)
etc.

ACCENT. (pour accentuation) sera un paramètre utile lors de la finalisation du rythme.

Les lignes verticales déterminent les pas. C’est-à-dire la plus petite note pouvant être écrite. Ici, comme nous sommes en présence de 16 pas, la plus petite note pouvant être reproduite sera la double-croche.

Voici un exemple basé sur un rythme rock,
montrant la grille de programmation et sa traduction en partition.

NB : la grille ci-dessus permet d’écrire seulement des rythmes binaires dans une mesure en 4/4 (exemple le plus courant). Toutefois, si vous souhaitez écrire des rythmes ternaires dans une mesure en 4/4, vous devrez fabriquer une grille comportant 24 pas au lieu de 16. Dans ce cas, la double-croche en triolet sera la plus petite note enregistrable... Mais si vous souhaitez avoir une vision plus limpide des formats de résolution, il vous suffit d'utiliser et de convertir le tableau des valeurs de notes propre au solfège, à savoir pour une mesure en 4/4 :

- La ronde = 1 pas,
- La blanche = 2 pas,
- La noire = 4 pas,
- La croche = 8 pas,
- La double-croche = 16 pas,
- La croche en triolet = 12 pas,
- La double-croche en triolet = 24 pas, etc.

Télécharger ICI une grille vierge binaire en 4/4.



L’ÉCRITURE DE PARTITION POUR BATTERIE

L'écriture de la batterie n’utilise pas de clé. A la place, une double barre accompagnée de deux points est généralement présente. Chaque élément de batterie est toujours écrit sur la même ligne ou interligne. Ci-dessous la nomenclature des principaux symboles de la batterie.

LECON SUIVANTE : PROGRAMMER DES RYTHMES COMPOSÉS SUR UNE BOÎTE A RYTHMES

  par ELIAN JOUGLA